Commentaire client

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Toujours autre chose, 18 février 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Something else by the Kinks (CD)
Les Kinks sont ils le plus surestimé des groupes sous estimés, ou l'inverse ?

Something Else apporte-t-il un début de réponse ?

Le contexte.

Nous sommes en 67 : la musique pop/rock connaît son âge d'or. Ça joue fort (Hendrix, Cream, Who, les MC5 pointent leur nez…), les pluies d'acide font pousser le flower power (Flamant Rose, Les Mamans et les Papas, les Portes, l'avion de Jefferson…), ça intrigue (Velvet et Nico lasse), ça folk en refusant les blagues (Do no vannes) ou ça Baez, ça assomme la concurrence (Beatles), ça se ramasse temporairement (Rolling Stones…)…Mais à côté de tout ça, en 67, il y a autre chose.

C'est au moment où le fantastique train musical de cette année là va quitter la gare, que se joue en partie l'avenir des Kinks qui sortent ce "Something Else", encore auréolés de la gloire de ceux qui ont un jour supplanté les intouchables Beatles à la 1ère place des charts ("Sunny Afternnon" vs "Paperback Writer").

Or, aussi près des sommets, Ray dévisse.
Il décide de fuir tout ce qui a fait le succès des Kinks auparavant (chansons accrocheuses aux mélodies imparables) et tout ce qui peut apparaître à la mode.

Il ne veut plus être cette vache à tubes que Pye, sa maison de disques n’a de cesse de vouloir traire. Pis, il va faire de ce disque, une collection de vignettes (13) qui vont cumuler les handicaps : délibérément nostalgiques, sentimentales, simples, britanniques jusqu’au bout des scones et évitant soigneusement le rock qui était la marque du groupe.

Le disque.

Franchement, combien de groupes auraient vendu dealers et gourous pour composer des perles comme "David Watts", "Waterloo Sunset", "Tin Soldier Man" et "Afternoon Tea" ?

Car malgré lui et pour avoir la paix, Ray Davies a encore pondu des tubes. Mieux, le petit frère s'y est mis aussi et chante une co-composition qui aura du succès " Death Of A Clown".

Pour le reste, tous les styles se côtoient sur l’album : le poppy sautillant (David Watts), de la bossa nova ("No return"), du cabaret ("End of the Season"), du folk ("Harry Rag"), du bluesy ("Love Me Till Sunshines")…Seul le rock semble oublié à l'exception d'un "Funny Face" guère convaincant.

Au niveau des textes, Ray donne dans le minimalisme et la simplicité apparente. Il parle des petites choses de la vie : des soldats de plomb, du thé de l'après midi, d'amoureux sur un pont, du chômage…Même les titres bonus de cette édition comme les délicieux "Autumn Almanac", ou "Wonderboy" restent dans cette tonalité (seul "Susannah's Still Alive" peut être considéré comme Kinky avec son texte coquin).

Alors que tout le monde danse le fandango en sautillant d'un pas léger avec Procol Harum, se réveille dans le soleil de son amour avec Cream, regarde la petite aile du cherokee marcher dans les nuages, apprécie le show du Sergent Poivre… les Kinks racontent des histoires de soleil qui se couche sur la gare de Waterloo !

Terrible décalage.
La planète attend du psychédélisme, de l'audace lysergique, de l'explosion séminale…Les Kinks vont sembler pusillanimes.

Tout ceci confère à l'ensemble une coloration semblant à la 1ère écoute, assez terne et manquant d'énergie.

Pis, Pye va s'évertuer à saborder l'affaire.

Comme d'habitude, les conditions d'enregistrement sont limites. Shel Talmy va laisser Ray Davies produire le disque et honnêtement, il n'est pas évident de voir la différence. Leur maison de disques refuse aux Kinks toute possibilité de jouer dans la cour des grands. Quand les Beatles monopolisent les studios Apple, les Kinks doivent s'estimer heureux de pouvoir utiliser un Mellotron MK2 pour simuler des arrangement de cordes.

Comme si cela ne suffisait pas, Pye va sortir quasi dans la foulée, la compilation "Sunny Afternoon" et le "Live At Kelvin Hall" (aux USA, la sortie sera retardée jusqu’en 68 en Angleterre).

Avec ce que Pye rate, comment s'étonner que cet album différent, coule irrémédiablement ? A ce niveau là, on hésite entre incompétence crasse ou sabotage ; voire les 2.

En résumé : un disque bancal, hors de son temps, une logistique défaillante.

Ajoutons à cela :
- un leader dépressif,
- des membres ayant du mal à se supporter. Outre la franche animosité entre Mick Avory et Dave Davies, il faut compter sur les difficiles relations entre les 2 frères, comme le texte de "Two Sisters" (!) y fait allusion (ils seront beaucoup plus explicites dans "Brother" présent sur "Sleepwalker" et Dave plantera un dernier poignard en déclarant en 2011 : "Comment ne pourrais-je pas aimer mon propre frère ? C'est juste que je ne supporte pas d'être avec lui. Une heure, c'est ma limite avec Ray". Gulp !
- une interdiction de tourner aux USA suite à des incidents en 1966…

Aussi, quand le train s'en va, les Kinks restent à quai.
Ils ne seront plus jamais dedans.
Ils peuvent apercevoir aux fenêtres, les Stones rigolards qui ont resquillé en voyageant avec un faux billet estampillé "Their satanic…"

Alors pourquoi chez certains, cet engouement maniaque pour les Kinks ?

Parce qu'à partir de ce disque, ils vont vraiment "être différents, mais pas comme tout le monde".
Parce qu'ils ont su dire "stop" à un moment peu évident (en 67, si on voulait appuyer sur le bouton "retour", il fallait avoir le génie des Fab Four de l'Album blanc).
Parce que l'histoire retiendra la petite musique de "Something Else", de "Face to Face", de "Village…", d'"Arthur" quand les grosses machines rendront leurs boulons chromés.
Parce que les Kinks étaient moins solides, moins malins, moins doués parfois, que d'autres.

Mais quand les fleurs artificielles terniront définitivement, quand les "seigneurs du rock" peineront à cacher leur bedaine et leur calvitie, les Kinks resteront jeunes pour tous ceux qui regardent d'un œil attendri des hommes qui se sont trompés, ont échoué au pied du podium, mais n'ont pas menti.

Les Kinks avaient un business plan d'enfer. Ils auraient pu acheter un château pas très loin de ceux de Sir Jagger. Ils se contenteront d'un petit cottage.

Mais pour ma part, s'il s'agit de prendre le thé, j'irai plutôt chez Ray Davies.
(et si je veux quelque chose de plus fort, j'irai danser avec Chrissie Hynde ou les Jam)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-7 sur 7 de cette discussion.
Message initial: 18 févr. 14 17:36:10 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 18 févr. 14 17:53:14 GMT+01:00
Hervé J. dit:
Tout ce que tu dis est frappé du bon sens! C'est marrant ce qui te touche chez les Kinks, c'est ce qui personnellement me rebute:

Je n'aime pas la voix flottante, voire souvent fausse de Ray Davies (alors que je supporte ce défaut chez Neil Young).

Aucun de leurs morceaux ne m'a jamais mis le frisson: quand ça commence bien (Waterloo Sunset), ça finit mal (refrain). Pour moi le problème n'est pas Avory, mais tout le groupe: techniquement ils n'ont jamais eu les moyens de leurs ambitions, on ne peut pas toujours accuser la production.

Sûr qu'ils auraient dû s'appeler "The Beautiful Loosers". Perso, je suis étonné qu'ils aient pu durer aussi longtemps, je leur trouve un courage assez phénoménal.

Je pense que Ray Davies n'a pas eu la chance comme Lennon-McCartney d'avoir un alter égo avec qui se coltiner, corriger ses compos, etc...

Il m'arrive souvent d'écouter des groupes biens moins bons, mais c'est le seul ou je n'entends que les défauts, c'est assez bizarre, ça doit s'appeler une allergie...

Publié le 18 févr. 14 18:04:52 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 19 févr. 14 11:43:17 GMT+01:00
Darko dit:
J'ai relu mon commentaire de ce disque et grosso modo je suis d'accord avec....

T'aurais pu en choisir un autre....un qu'on connait pas déjà....

Publié le 18 févr. 14 19:25:36 GMT+01:00
C'est bien joli tout ça, mais quelles sont les réponses aux questions?

En réponse à un message antérieur du 18 févr. 14 19:53:34 GMT+01:00
ecce.om dit:
Le mystère reste entier.
La réponse ne pouvait être : YES

En réponse à un message antérieur du 19 févr. 14 11:42:37 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 19 févr. 14 11:45:34 GMT+01:00
Darko dit:
Hum....Si ça continue je vais finir pas acheter un Cd de Yes......mais lequel ?

En réponse à un message antérieur du 19 févr. 14 12:15:16 GMT+01:00
ecce.om dit:
Je ne sais pas moi, essaye "Arthur" ou "The Village Green"....

Tiens pour revenir aux Kinks, j'ai accédé à ta demande ("T'aurais pu en choisir un autre....un qu'on connait pas déjà")

Publié le 19 févr. 14 16:59:02 GMT+01:00
Jlenjo dit:
ah, très bien, mais faudrait savoir pourquoi les frères dévissent
bien vu
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.6 étoiles sur 5 (10 commentaires client)
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

ecce.om
(TOP 50 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 46