Commentaire client

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le temps d'en dire un mot., 1 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time And A Word (Expanded & Remastered) (CD)
Pour son deuxième album à l'école du rock (Time And A Word), Yes qui ne joue pas encore dans la cour des grands en est toujours à sa période pré-Howe. Pour son deuxième effort, le groupe s'est adjoint le concours d'un orchestre classique, chose assez dans l'air du temps à l'époque (Deep Purple, Moody Blues, The Nice, Pink Floyd...). Cherchaient-ils un effet grandiose afin d'étoffer leur son? Aujourd'hui le résultat fait un peu daté mais moins grandiloquent qu'on ne pourrait le craindre. Néanmoins, les bonus de cette édition, versions avec peu ou pas d'orchestre, prouvent que Yes aurait pu largement se passer de cet artifice.

Comme dans le premier album on a ici deux reprises: No Opportunity necessary... de Ritchie Havens avec une formidable partie de basse de Chris Squire et un intermède orchestral ronflant tout droit sorti d'une BO de western de John Ford. Everydays de Buffalo Springfield (Stephen Stills) est sympathique, sans plus.

Les compositions originales de Yes sont bonnes mais n'ont pas encore atteint la majesté future de l'âge d'or. Par contre, le côté "pompeux" qu'on leur reprochera plus tard est encore absent ici.

On notera aussi qu'ici la section rythmique Squire-Bruford efface totalement le ou les solistes (le guitariste Peter Banks, en passe d'être viré, est honteusement sous-mixé). Ici le son de l'Hammond est assez organique et le jeu de Tony Kaye rappelle un peu celui de Jon Lord, mais en moins inspiré.

Chris Squire est vraiment la révélation de l'album et son groove n'aurait pas dépareillé à l'époque dans des groupes aussi différents que le premier Chicago ou chez Led Zep. A l'époque ses fans disaient de lui: "quand Chris joue de la Ricken il n'y a pas de déchet de Backer!"

La voix de Jon Anderson traine encore un peu dans le grave et n'a pas encore atteint l'évanescence stratosphérique que lui reprocheront nombre de ses détracteurs.

La pochette très Daliesque est très loin des futures Rogerdinneries (mais la femme nue sera reprise dans la pochette de Yesterdays, compile des deux premiers albums). A noter que dans la version US Steve Howe, fraichement recruté à la place de Peter Banks, figure sur la photo alors qu'il ne joue pas une seule note dans l'album. Banks est purement oublié, mesquins les Yes ?

Sans être un chef-d'oeuvre Time And A Word est un album de transition ou charnière dans la discographie de Yes, mais mérite toute votre attention.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-4 sur 4 de cette discussion.
Message initial: 1 nov. 12 18:38:10 GMT+01:00
Yes....bon, chacun porte sa croix.

Publié le 2 nov. 12 00:58:36 GMT+01:00
ecce.om dit:
Là par contre, c'est bien l'excès de Bourgogne.

Publié le 3 mars 13 18:18:21 GMT+01:00
c'est très joli "... en attendant de jouer dans la cour des grands, c'est leur période pré-Howe, euh... il reste du bourgogne ?

En réponse à un message antérieur du 10 avr. 14 11:10:33 GMT+02:00
Banks était un guitariste franchement moyen. Et Kaye n'a jamais été un excellent claviériste. Il était ok mais sans plus. Un bon musicien de fond. Les Wakeman et Howe se chargeront d'apporter le plus qui manquait à Yes.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Hervé J.
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   

Lieu : Savoie,France

Classement des meilleurs critiques: 8