Commentaire client

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 ELEPHANTESQUE, 24 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven:Symphonies No.3&8 (CD)
Reconnu sur le tard à partir de ses interprétations des symphonies de Bruckner, G. Wand semble s'accrocher à cette image jusque chez Beethoven. Ecoutez le développement du 1er mouvement de la Huitième: la montée en est parfaitement structurée, maîtrisée, mais cela ne décolle jamais (comparez par exemple avec la première version DG de Karajan ou l'interprétation chez le même éditeur de Jochum). Passez au trio du menuet et ses vents 'wagnériens' vous plaqueront au sol. Et l'Héroïque n'est pas mieux lotie, consciencieusement mise en place mais entravée par des semelles de plomb. Du bon travail artisanal avec un orchestre dont la lourdeur a toujours été peu ou prou la marque de fabrique. Cela ne saurait suffire dans le foisonnement des versions disponibles.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-5 sur 5 de cette discussion.
Message initial: 25 mars 10 19:12:54 GMT+01:00
Non, les interprétations de Wand ne sont pas en lourdeur. Elles sont l'essence même de la musique Beethovienne... c'est une des meilleures intégrale (Günter n'aimait pas entendre dire la meilleure, raison pour laquelle je dis une des meilleures). La comparaison avec Karajan n'est pas à faire avec Wand... les effets coca-cola-sound de HVK ne lui viennent pas à la cheville :-(

En réponse à un message antérieur du 19 sept. 10 20:41:44 GMT+02:00
Je ne connais pas ce disque mais j'ai entendu Wand dans d'autres symphonies de Beethoven. J'ai à peu près la même opinion que vous. Il manque, disons, l'ardeur beethovénienne. Pensons à une flèche : entre l'arc et la cible, elle n'a aucun support, soutenue seulement par l'air. Avec Günter Wand, tout semble prendre appui sur terre. Ça ne m'empêche pas d'avoir le plus grand respect pour la rigoureuse intégrité du chef, son refus de tout ce qui brille, sa modestie. Mais, bon, dans Beethoven...

En réponse à un message antérieur du 13 mars 11 11:01:51 GMT+01:00
Je ne connais pas les versions avec le NDR-SO mais puisque les critiques de Michel Alibert et Peire Coto portent sur "Günter Wand dans Beethoven", je peux dire que ce qu'ils en disent n'a aucun, mais alors strictement aucun rapport avec ce que j'entends dans les enregistrements des années 1950 avec le Gürzenich-Orchester. C'est même l'exact opposé. C'est même un des rares précurseurs du courant interprétatif actuel (je ne parle pas de celui de Thielemann, qui n'a rien d'actuel, mais de Paavo Järvi, Osmo Vänskä, David Zinman, voire Haitink avec le Chamber Orchestra of Europe).

En réponse à un message antérieur du 17 mai 11 00:37:56 GMT+02:00
Pour ma part, je pensais à des enregistrements de la même époque que celui qui est ici chroniqué. Je n'ai pas entendu grand chose du Wand des années 50.

En réponse à un message antérieur du 2 oct. 13 10:31:36 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 2 oct. 13 10:32:37 GMT+02:00
Je ne comprends pas (ou plutôt je comprends trop bien) votre notion de 'courant interprétatif actuel'. En quoi constitue-t-elle un critère dans l'absolu?
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

2.0 étoiles sur 5 (1 commentaire client)
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

ALIBERT Michel
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Classement des meilleurs critiques: 905