Commentaire client

14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De "A bout de souffle" à "Zombie" : un outil d'ores et déjà essentiel, 12 mai 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire de la pensée du cinéma (Broché)
Pour autant que l'on aime réfléchir au cinéma et lire le produit de la réflexion d'autrui afin d'aiguiser la sienne propre, un dictionnaire dédié à 'la pensée du cinéma' ne semblera pas une idée étrange.

Voici la façon dont les maîtres d'oeuvre de cet ouvrage le présentent en introduction, après avoir posé à l'instar de Jean-Luc Godard que "le cinéma est une pensée qui prend forme, une forme qui pense" et parlé des premiers penseurs de la technique et de l'art cinématographique : "Pour une nouvelle génération intellectuelle, le cinéma est devenu l'un des outils de leur réflexion, sans doute le plus maniable, le plus proche, le plus excitant : objet et lieu d'une pensée spécifique qui, tout à la fois, s'inspire de références multiples et influence en retour des modes de réflexion divers, puisque ceux qui travaillent avec le cinéma investissent aujourd'hui des départements universitaires aussi différents que la philosophie, l'histoire, la sociologie, l'ethnographie, l'histoire de l'art, autant que la large palette des études cinématographiques. Les 73 collaborateurs de ce dictionnaire offrent un arrêt sur image assez fidèle de ce phénomène générationnel. (...) La 'pensée du cinéma' n'est pas une discipline académique, il a fallu se livrer à un vrai travail de présentation raisonnée de ce qui parfois se cherche encore, se dit sous formes d'intuitions ou de métaphores, en particulier du côté de la critique cinématographique. Chaque entrée est un lieu de pensée déjà visité par d'autres. Ce qui implique de se demander pourquoi ce film ou cette notion ont donné ainsi à penser. Ceci n'empêche bien entendu pas une exploration actuelle, mais ce dictionnaire ne saurait se passer de cette perspective historique, au moins comme première médiation.
On trouvera dans ce Dictionnaire de la pensée du cinéma quatre différents types d'objets :
- Des concepts, environ 130, autour desquels se structurent et se cristallisent toutes les réflexions sur le cinéma, concepts dont la diversité nourrit cet ouvrage puisqu'on y rencontre les grandes catégories théoriques du film (espace, enregistrement, mouvement, esthétique, improvisation...) aussi bien que certains motifs cinématographiques puissamment évocateurs (plan-séquence, arrêt sur image, ralenti, effets spéciaux, final cut...) quelques mythes ou icônes (Marilyn, Bardot, Brando, Keaton, Dean, Bogart) et toute une déclinaisons de genres, d'écoles et de figures propres au cinéma ( action, comédie musicale, film noir, néo-réalisme, Nouvelle Vague, zombie...).
- Des théoriciens-critiques, au nombre de 110, largement internationaux, à l'oeuvre reconnue et (relativement) partagée, qui offrent à notre lecture, d'hier à aujourd'hui, le corpus de textes qui fondent ce volume.
- Des cinéastes-penseurs, une cinquantaine, soit qu'ils aient écrit sur le cinéma, préalablement à leurs films, des textes dont la portée a pu influencer l'oeuvre, soit qu'ils aient commenté leurs propres films en en tirant des principes de pensée fondamentaux. Parfois font-ils les deux.
- Des films, enfin, une centaine, qui ont marqué non pas tant l'histoire du cinéma qu'un certain moment soudain matérialisé comme pivot ou fondateur. Les articles sur les films ne sont ni des critiques ni des études d'histoire du cinéma, mais le développement synthétique d'une idée : qu'apporte ce film (accompagné de ses commentaires) à la pensée du cinéma?
(...) La dimension subjective de chaque article est évidemment primordiale. Notre idéal serait que ce Dictionnaire soit composé de 393 courts essais aussi personnels que des empreintes digitales."

Si j'ai cité longuement cette introduction, c'est non seulement parce qu'elle est assez informative relativement au contenu, mais aussi parce qu'elle résume bien la démarche, la portée et les limites des entrées de ce dictionnaire aussi stimulant que parfois discutable. Si la dimension subjective des articles, revendiquée, arrive le plus souvent à respecter les impératifs d'un dictionnaire censé informer le lecteur et faire autant que faire se peut le tour du sujet en étant aussi concis que pertinent, elle est parfois quelque peu envahissante. Ainsi, l'article 'Navet', signé Elie During et Dork Zabunyan, dépasse la mesure lorsqu'il assène "le navet apparaît souvent comme un film prétentieux, c'est-à-dire incapable de se maintenir à la hauteur de ce à quoi il prétend. There Will Be Blood n'est même pas à cet égard un bon navet. On en dirait de même d'Inception. Car c'est bien là la question : qu'est-ce qui permet de distinguer les bons navets des navets uniformément mauvais?". Evidemment, en disant qu'ils dépassent la mesure, je ferais sans doute plaisir aux auteurs, qui ont bien entendu souhaité la dépasser et faire leur petit effet, en particulier dans une entrée telle que celle-là. Leur texte, par ailleurs intéressant, n'a pourtant à mon sens rien à gagner à ce dézingage express, et je ne dis cela évidemment pas parce que mon goût me porte vers ces films-là (ce qui est le cas) mais bien parce que tout cela fleure bon le jugement de goût érigé au rang de paradoxe fumeux.

L'un des deux maîtres d'oeuvre de l'ouvrage, Antoine de Baecque, signe un grand nombre d'entrées. Historien et historien du cinéma, rappelons qu'il est un ancien des Cahiers du cinéma, qu'il en a été rédacteur en chef pendant deux ans dans les années 90, qu'il en a écrit l'histoire (Les Cahiers du cinéma, Histoire d'une revue, tome 1 : A l'assaut du cinéma, 1951-1959), qu'il est le biographe de Truffaut et de Godard, etc. Si les cinéastes et critiques des Cahiers fournissent un bataillon important des figures retenues par ce Dictionnaire, on ne peut guère soupçonner De Baecque de manquer d'objectivité en tant qu'historien. Le fait que l'article Positif ne soit pas rédigé par lui, et surtout soit dans l'ensemble assez neutre, en atteste. C'est lui, en revanche, qui a écrit l'article sur Robert Benayoun, grande figure de Positif et ennemi juré des Cahiers et singulièrement du Godard cinéaste : un article équilibré et même assez admiratif, que l'on pourrait presque qualifier d'ému. On se demande cependant s'il fallait, même si de Baecque a établi l'histoire des Cahiers, qu'il signe lui-même l'article sur la revue, où pourtant il est là aussi assez mesuré. Le voir épingler (légèrement) les errements de la dernière décennie rassure quant à son objectivité, moins lorsqu'on constate qu'il mentionne son propre magistère uniquement en parlant de renouvellement dans la tradition.

Bref, si l'on met de côté quelques exemples de consanguinité (même limitée par le sérieux et l'honnêteté intellectuelle des rédacteurs) et le penchant avoué et assumé pour les penseurs français, j'ai trouvé la plupart des articles que j'ai lus in extenso au mieux pertinents de bout en bout, au pire avec des passages ou idées de valeur. Comme toujours dans un dictionnaire, on pourra comprendre les choix et ne pas forcément les partager - l'exclusion d'Ingmar Bergman, j'imagine au motif que les textes qu'il a écrits (Laterna magica, Images), à l'inverse d'un Tarkovski dans Le Temps scellé, ne sont pas assez réflexifs (mais ne s'y exprime-t-il vraiment aucune pensée du cinéma?) ; l'exclusion d'un Bertrand Tavernier, alors que Jacques Lourcelles y figure (Dictionnaire du cinéma, tome 3 : les films); certes, dans 50 ans de cinéma américain et Amis Américains, Tavernier (avec ou sans Coursodon) ne va pas aussi loin que Lourcelles dans la définition des critères de son propre jugement esthétique, et il ne fait certes pas profession de penser en règle générale, mais ce moindre systématisme ne limite pas ses contributions à un simple jugement de goût : on espère qu'il n'a pas été écarté pour d'autres très mauvaises raisons (parti-pris confinant au règlement de comptes?). D'autre part, les bibliographies, certes nécessairement sélectives, pourraient être un peu moins partiales - au-delà de l'esprit de chapelle que l'on peut détecter ici ou là, il y a parfois des bizarreries : l'article sur le regretté Jean-Louis Leutrat, alors que le texte mentionne très vite "ses nombreux ouvrages sur le western" n'en cite par la suite aucun!

J'ai déjà été assez long et ai soulevé quelques aspects qui me semblent regrettables. Mais pour l'essentiel, on trouvera amplement matière à réflexion dans cet ouvrage qui s'avèrera vite un outil d'approfondissement essentiel. Certains articles sont tout bonnement remarquables, d'autres aussi étonnants que convaincants (cf. l'article Titanic de Jean-Christophe Ferrari). Comme dans tous les bons dictionnaires, on dévorera des articles entiers ou l'on picorera, avec le même appétit.

Les 5 étoiles décernées viennent saluer l'entreprise dans sa globalité, de la pertinence de la démarche au sérieux de la réalisation. Si j'ai pointé ce qui me semble être des limites ou des parti-pris discutables - et il y en sans doute d'autres dans les articles que je n'ai pas encore abordés! - je ne peux qu'engager tous les cinéphiles à se procurer cet ouvrage, qui ne saurait remplacer un 'simple' dictionnaire du cinéma (ex. Dictionnaire mondial du Cinéma) mais deviendra un complément dont on ne pourra se passer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 14 mai 12 23:05:55 GMT+02:00
Valentin dit:
Je viens d'en entendre parler de la bouche de F.Beigbeder, je me renseigne sur le site de la Puf et arrive jusqu'à Amazon.
Intrigué, je lis le commentaire, long mais exceptionnel.
Merci de m'avoir décidé à me procurer cet ouvrage, c'est superbement écrit et j'espère que cela convaincra d'autres curieux tels que moi !

En réponse à un message antérieur du 15 mai 12 00:14:10 GMT+02:00
LD dit:
Merci Valentin. J'espère évidemment que vous ne serez pas déçu par votre acquisition, et que vous y trouverez ce que vous cherchez et plus encore et en tout cas de quoi nourrir votre curiosité.

Je sais que je fais long, trop au goût de certains sans doute, mais il n'est pas aisé de faire court lorsque la matière est riche... et je n'en ai pas forcément envie! Bon, il faut dire que là, j'ai d'autant plus allongé la sauce que j'ai préféré citer l'introduction largement plutôt que de devoir poser tous les choix des auteurs moi-même. Au-delà de ce que j'ai écrit, j'ai bien sûr trouvé depuis, au gré de la lecture de quelques autres pages, d'autres choses à dire! Mais rien qui modifie en profondeur mon appréciation, je ne changerai donc rien.

Cordialement,

LD

Publié le 28 janv. 14 16:11:16 GMT+01:00
jlya2 dit:
Bravo pour ce commentaire très détaillé et surtout, très argumenté. J'ai apprécié votre sens de la mesure, y compris lorsque vous n'aimez pas ou n'êtes pas d'accord: c'est vraiment de la discussion, comme elle devrait toujours être. Je suis moins enthousiaste que vous sur ce dictionnaire, qui échappe moins que vous ne le dites, je trouve, à la «consanguinité»; je citerai seulement la longueur ahurissante de l'entrée consacrée à Nicole Brenez – qui est sympathique et active, mais n'a tout de même pas révolutionné la pensée occidentale; par contraste, l'entrée sur Jean-Louis Leutrat, qui a mené durant 40 ans une entreprise originale et très personnelle, est étrangement minorée, je suis bien d'accord avec vous. Et surtout, l'ouvrage n'échappe pas au francocentrisme, certes en partie justifié par la place considérable qu'a occupée le cinéma dans la vie culturelle française au 20ème siècle et par le fait que le cinéma a été discuté en France plus que n'importe où – mais enfin, au 21ème siècle, la réflexion vient de partout, et elle a balisé pas mal de nouveaux territoires (pas seulement esthétiques)… Pour ma part, j'aurais mis 3 ou 4 étoiles, pas plus. Mais peut-être, pour quelqu'un qui veut découvrir rapidement le territoire de la «pensée-cinéma», ce livre est-il une bonne introduction.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

3.0 étoiles sur 5 (2 commentaires client)
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
EUR 39,00
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

LD
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   

Lieu : Paris, France

Classement des meilleurs critiques: 12