Commentaire client

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 BACH/CLAVIER BIEN TEMPERE/WEISS, 5 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Le Clavier bien tempéré (Coffret 4 CD) (CD)
Enregistrée à la Cité de la Musique en juin et décembre 2013, voici une version majeure du Clavier bien tempéré au clavecin, réalisée par Kenneth Weiss, musicien peu médiatisé mais important, en particulier dans Bach dont il a déjà donné, chez me même éditeur, des Partitas et des Goldberg de premier ordre. Il fallait beaucoup de maturité, alors que nombre d'artistes optent pour enregistrer les deux livres de ce qui constitue l'alpha et l'omega de leur répertoire (comme de toute la musique occidentale d'ailleurs) sur un laps de temps pouvant dépasser la dizaine d'années, pour présenter ainsi le bloc des 48 Préludes et Fugues en entier. L'expérience de toute une vise de musicien, comme celle de nombreuses exécutions en concert (dont tout récemment à Paris), se reflète dans cette somme, que l'artiste aborde un peu comme un paysagiste, cultivant et traversant le climat propre à chaque pièce, essentiellement défini par la couleur associée à sa tonalité, avec une liberté, un naturel, une ouverture intellectuelle des plus vivifiants.

Ici, et pour s'en tenir aux clavecinistes qui ont enregistré les livre I et II, point de dogmatisme même de haut vol (à la Gustav Leonhardt - DHM- dont l'approche à la fois solaire, sévère et inquisitrice n'a pas pris une ride, malgré un instrument peu séduisant et peu maniable, et une prise de son clinquante, et continue à dominer), point de coquetteries de style ou d'ornementation pour séduire et conjurer l'uniformité (voir l’approche rouée de Blandine Verlet - Naïve-), point de pastellisation du discours au gré d'atmosphères (et de conduite de phrases et de lignes) évanescentes (voir Ton Koopman - Erato-), ou de lenteurs nébuleuses trouées d'emballements gratuits (voir Maazaki Suzuki - Bis), mais plutôt une approche aussi spontanée que subtilement différenciée de chaque page, comme en un catalogue d'affects ou Weiss déploie, en poète plus qu'en architecte, un spectre de textures , de couleurs , de touchers, d'arpeggiatures discrètes proprement stupéfiant.

Loin de faire un sort à chaque note, sans aucune subjectivité excessive (ça c'est plutôt le propre des pianistes), il fait éclore chaque pièce, chaque ligne, chaque frottement harmonique et contrapuntique avec des doigtés tout en souplesse (particulièrement à la main gauche, ce qui fluidifie et avive le contrepoint) et un extraordinaire sens du chant, du modelé expressif, d'une seule coulée, évidente, créant une variété d'atmosphères absolument inédites, de l'allégresse (II. Prélude en ré majeur par exemple, dont la carrure sanguine est adoucie par un éclairage limpide, sans rien du caractère exaspéré ou furieux que d'autres - voir Pierre Hantaï par exemple - y mettent) à des demi-teintes presque pré-schumaniennes (la couleur crépusculaire, la respiration rêvée dans un rubato souple du Prélude en fa mineur du Livre I, ouvrant sur une fugue dont les chromatismes sinistres, lus avec une limpidité absolue, a quelque chose de tendrement fatal).

De même, les tempos, ici strictement déduits du caractère des pièces (tant de leur tension contrapuntique que de leur couleur tonale), vont naturellement de soi, sans excès, sans langueurs, sans embardées, en une sorte de continuum sensible particulièrement séduisant. L'attention portée aux fins et aux débuts de pièces, ouvertes (c'est la principale caractéristique de cette approche d'ailleurs) et "animées" - pulsées, presque- avec une totale logique, mais sans autres moyens que ceux que d'intuitions strictement musicales sans rien de forcé ou d'imposé, dessine pour chacune d'elles, et pour le tout, une dramaturgie intime qui captive, sans jamais lasser, tricher ou agacer, sur la totalité des deux "cycles". Il est extrêmement rare, pour moi, en tout cas, d'avoir été happé au point de ne pouvoir interrompre l'écoute en continu (pourtant tout à fait déraisonnable!).

C'est un itinéraire sans complaisance mais tout à fait fraternel auquel Kenneth Weiss convie ici ses auditeurs, sans, et c'est tout le charme de cette version aux sinuosités à la fois lumineuses et secrètes, que rien n'y paraisse fixé pour "la postérité". Le simple plaisir de jouer (divinement), de dialoguer, et de transmettre la plus belle musique du monde. Pas loin de l'approche "heuristique" d'un Gloud, par exemple, même si le résultat se situe aux antipodes.

C'est encore mieux (un cran au dessus à la fois pour l'élégance, l'imagination et l'extrême beauté de l'instrument choisi, un Andreas Ruckers de 1648, frais, précis et boisé, aussi parfait dans la distribution des coloris qu'il permet que pour la mise en espace du discours contrapuntique - à peu près le même que Suzuki, qui en tire des couleurs bien différente) que la récente version de Pieter-Jan Belder chez Brilliant Le Clavier Bien Tempéréqui avait jusqu'ici ma préférence, Leonhardt Le Clavier bien tempéré, 2ème livre The Well-Tempered Clavier 1 mis à part.

Textes de présentation détaillés en français. Image sonore tout en finesse (la figuration gauche-droite des claviers est hallucinante), avec des micros idéalement placés pour éviter toute dureté ou toute intrusion. Du grand art.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-5 sur 5 de cette discussion.
Message initial: 12 mai 14 14:25:13 GMT+02:00
Nicolas dit:
Merci pour ce commentaire très utile qui inclue énormément de versions qui comptent et qui va me forcer à acheter ce coffret.
J'ai beaucoup apprécié le second livre que Kenneth Weiss a donné en concert en mars à la cité de la musique sur ce même instrument.
Aussi, il est très rare que ce clavecin Ruckers-Taskin soit bien enregistré, il sonne ainsi souvent un peu dur. Il semble que ce ne soit pas le cas ici (le clavecin était déjà en grande forme lors de la série de concert à la cité de la musique, c'est donc aussi un succès dans la préparation du clavecin autant que de la prise de son en elle même).

Publié le 31 mai 14 11:09:27 GMT+02:00
Petit ajout à votre commentaire auquel je souscris pour l'essentiel : il est dommage qu'on ait oublié la belle interprétation de Davitt Moroney (HM 1988) sur un belle copie due à John Phillips. Le travail si subtil de Moroney sur les ornementations, qu'il poussera encore plus loin dans ses Suites françaises, en fait, pour moi, la première alternative à la grande version de Leonhardt.

En réponse à un message antérieur du 31 mai 14 11:27:07 GMT+02:00
brissaud dit:
Merci de cet ajout. Je n'ai pas parlé de Moroney, car je ne connais pas cette version. S'agit-il d'une intégrale ? Je ne crois pas ...
Bien à vous,
PB

En réponse à un message antérieur du 31 mai 14 11:34:22 GMT+02:00
Nicolas dit:
Complètement d'accord avec Echos de 3 rivières pour dire que la version (intégrale) de Moroney Well-Tempered Clavier Books I & II est exceptionnelle (on peut l'écouter sur youtube), peut-être en effet la première alternative à Leonhardt d'une certaine manière clavecinistique même si Walcha avait fait produit une alternative à sa manière. Par contre, je trouve ses suites francaises trop surlignées/chargées mais c'est autre chose...

En réponse à un message antérieur du 31 mai 14 12:10:28 GMT+02:00
brissaud dit:
Merci pour le lien, je vais voir ça !!
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

5.0 étoiles sur 5 (3 commentaires client)
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

brissaud
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Lieu : Paris

Classement des meilleurs critiques: 511