Commentaire client

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 DE BRUIT ET DE FUREUR, 25 août 2006
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kick Out The Jams (CD)
Le commentaire de Jean Pierre est excellent, et il serait inutile de le reprendre, pour décrire ce CD live des MC5. je souhaitais seulement apporter deux ou trois avis en plus. D'abord, la surprise d'entendre, dès 1968, un boucan pareil, un tel déchaînement d'énergie et de violence. Les conseils avisés du grand gourou John Sinclair y sont pour beaucoup, lui qui avait tout compris du marketing, avant même que ce mot existe ! Les White Panthers, étaient tout de même une vaste plaisanterie, une provocation destinée à faire venir le public. Les musiciens du groupe, eux, assomés par la dope, se laissaient mener sans trop rien dire... Malcom Mc Laren, reprendra ce filon avec les Sex Pistols, quelques années après...Je n'ai pas la version japonaise, mais simplement française, du disque. Et le son est tout de même très moyen. Cela gâche un peu les choses, notamment sur le "Starship", magma sonore très influencé par les délires de Jim Morrison, un des pères spirituels du mouvement punk rock de la côte Est. Ce disque reste en tout cas un témoignage incontournable de ce qui se tramait dans ces années là du coté de Détroit, et qui allait changer radicalement la scène musicale dans les années à venir.

MA REPONSE A SIRIUS 1917 :
Il ne me semble pas avoir dit du mal de ce disque, ni réduit son influence et celle de MC5 sur dans l'histoire du rock' n' roll. Il faut parfois se méfier des grandes légendes qui entourent les groupes de rock. La réalité est souvent plus terre à terre. Je persiste et je signe donc, en me fondant sur l'excellent livre "Please kill me" de Legs Mc Neil, l'histoire du punk raconté par ceux qui l'ont crée. Oui, les Doors sont une influence pour des groupes comme MC5 ou Les Stooges, moins pour la musique en elle-même que pour l'attitude et les provocations scéniques de Morrison. Danny Fields, manager des Stooges puis des Ramones, a fait signer The Stooges et MC5 chez Electra Record, c'était la maison de disques des Doors. Field a encouragé Pop à voir les Doors sur scène. Iggy Pop avoue avoir pris la claque de sa vie devant le phénomène Morrison. Il faut comprendre que tous ces types se croisaient, se connaissaient, s'influençaient... Morrison était pote avec Wayne Kramer. L'idylle fabriquée (mais réelle) entre Morrison et Nico du Velvet Underground, qui sortait aussi avec Dylan... En matière de musique pop, rien ne se crée... tout se transforme ! Sur la côte Est, à Detroit ou New York, d'autres influences ont servi ces groupes, comme le Velvet Underground, les poètes gauchistes, les spectacles travestis, le monde des paillettes... car au risque d'en faire hurler certains, le mouvement punk doit beaucoup au glam rock, aux paillettes et talons haut ! Iggy Pop adorait chanter en nuisette de soie, les MC5, les NY Dools, jouaient maquillés, avec des paillettes aux yeux... Il serait réducteur, voire idiot, de penser que le punk-rock est né des concerts des MC5. Ce mouvement est le résultat d'un bouillonnement artistique, musical, protestataire qui inclut nombres de groupes.

Oui John Sinclair, manager, producteur, a entraîné son monde dans ses délires phylosophico-politiques (le terme "gourou" n'est pas si loin de la réalité dans ce cas précis). Oui les "White Panthers" étaient une provocation, une parodie des "Blacks panthers". Les Mc5 étaient des mecs de 20 piges défonçés à longueur de journée, qui ne s'intéressaient qu'à brailler sur scène, rouler à 200 km/h et sauter des filles ! Tu parles d'un programme politique ! Les orgies post-concert dont parlent Sirius ne prouvent rien du tout : c'est ainsi que se terminaient TOUS les concerts de rock dans ces années-là, la politique n'a rien à y voir ! Dans le genre, les 4 de Led Zep n'étaient pas mal non plus ! Ce n'étaient pas des politicards, mais des rock star ! Elvis, Bowie, Tom Jones, même Sinatra, ont donné là dedans ! Par contre c'est vrai qu'un Mac Laren (manager et relookeur des New York Dolls avant de s'occuper des Sex Pistols) était sans doute plus opportuniste que Sinclair, mais ils étaient rivaux, et prêt à tout pour coiffer l'autre sur le poteau, à qui irait le plus loin, qui aurait la plus mauvaise presse !

Reportez-vous au livre que j'ai cité, vous verrez que le mythe en prend un sacré coup. Comme on l'entend dans le film "L'Homme qui tua Liberty Valence" : quand la légende est plus belle que l'Histoire, on préfère imprimer la légende"...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-4 sur 4 de cette discussion.
Message initial: 7 avr. 13 20:37:13 GMT+02:00
Excellente analyse , qui remet effectivement les choses en place, et bravo pour ce parallèle avec "l'homme qui tua Liberty Valence"...
Ce qui n'enlève rien à la qualité de ce disque ainsi qu'à sa signification... "socio politique"...

En réponse à un message antérieur du 9 avr. 13 09:26:10 GMT+02:00
Luc B. dit:
merci !

En réponse à un message antérieur du 14 avr. 13 10:28:50 GMT+02:00
C'est sûr, les MC5, c'étaient pas des Che Guevara électriques, il s'en foutaient un peu beaucoup de l'idéologie de Sinclair ... et très peu de groupes punk de 76-77 les citaient ...

Pas d'accord quand tu dis que la politique n'avait rien à voir avec le Five. Y'a quand même l'intro en forme de harangue de JC Crawford avec le fameux "ça vous prendra 5 secondes pour réaliser si vous êtes le problème ou la solution". Ce genre de speech révolutionnaire tant par le fonds que la forme est assez original voire unique au début d'un concert de rock ...

En réponse à un message antérieur du 15 avr. 13 09:37:28 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 avr. 13 09:37:55 GMT+02:00
Luc B. dit:
La politique... C'est en réponse à ce qu'écrivait un type (le Sirius en question) qui m'avait copieusement traité de tous les noms, car je n'avais pas vu le message politique contenu dans la musique de MC5. Je crois me souvenir qu'il disait : le groupe avait un vrai programme politique, qu'il a mis en ½uvre (sous entendu, c'était donc du sérieux) en adaptant son style de vie, à la dope, au sexe, aux déchainements divers et variés. D'où ma réponse, qu'en terme de "chahut" et d'orgies diverses, la politique n'avait pas grand chose à y voir, les Stones, Elvis ou Sinatra ayant copieusement donné là dedans sans être des leaders politiques.

Bien sûr, pas mal de chanteurs ont pris partis, faisait des déclarations, surtout les mouvements folk protestataires, (bien que Dylan lui même dit n'avoir jamais fait de politique, qu'il s'en foutait royalement...) quand Morrison hurle "on veut le monde, on le veut maintenant" c'est déjà un peu de politique, au sens où le chanteur est aussi citoyen, impliqué, qu'il use de son aura pour faire passer quelque chose.

M'enfin... les prises de position d'une Nina Simone, Ray Charles, ou d'un Pete Seeger, dans une Amérique ségrégationniste et allergique aux Rouges, ça avait plus de g u e u l e que les beuglements d'ivrognes du MC5 !!!
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.9 étoiles sur 5 (7 commentaires client)
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Luc B.
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 218