undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Commentaire client

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les romans "young adult" ne sont pas morts, en voici la preuve éclatante, 23 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Angelfall (Penryn & the End of Days Book 1) (English Edition) (Format Kindle)
-
Malgré mon âge qui s'avance sans qu'on lui demande rien, je suis toujours aussi férue de littérature "jeunesse" ou "young adult". Le gros problème est que je suis devenue difficile, très difficile. Je chipote sur la crédibilité, je ne marche plus pour la moindre carotte, j'exige des personnages sans stéréotypes, vivants et attachants, et je ne supporte pas la vulgarité et les raccourcis de mauvais goût en ce qui concerne les relations "romances"...
Alors je lis, j'apprécie un peu, je critique beaucoup, mais je ne me décourage pas. Et parfois, par miracle, je tombe sur une perle, comme "Angelfall" !

L'idée des anges me tentait beaucoup. Mais après quelques essais, et la lecture de commentaires ici ou là, il m'est bien vite apparu que le sujet était utilisé sans aucune finesse, comme un produit marketing, et j'ai rapidement laissé tomber, lassée du ressassage incessant des thèmes soi-disant porteurs...
Pourtant, des thèmes porteurs ne sont pas forcément des mauvais outils. Non, comme tout outil, des thèmes à la mode ou tout simplement archi classiques peuvent être le levain de merveilleuses histoires lorsqu'ils sont maniés par des mains adroites, sincères et authentiques.

Voilà la différence : Susan Ee est douée, pleine de talent et de personnalité. Le récit est mené d'une main de maître, avec beaucoup de rythme, avec des chapitres courts, un vrai page-turner, mais pas de ceux qui vous laissent une impression de "ça se lit facilement mais c'est pas terrible en fait..." mais avec une impression de "arghh, c'est déjà fini, je veux la suite !!".

Le début du roman jette des bases classiques et dans le vent : l'apocalypse est venue, sous formes de cataclysmes variés et de l'invasion d'anges vengeurs, cruels et destructeurs. La catastrophe est récente, quelques semaines à peine, et déjà l’écroulement dramatique de la civilisation a posé son empreinte sur l'humanité. Les rues sont encombrées de voitures abandonnées, les survivants désespérés fouillent les habitations plus ou moins en ruines pour trouver l'essentiel à la survie, craignant les gangs déjà formés qui errent le jour et les anges mauvais qui hantent les nuits.
Penryn est une jeune fille aux responsabilités écrasantes, qui doit soutenir à la fois sa mère et sa petite soeur adorée de 7 ans, handicapée. Elles prennent la fuite, chargées du fauteuil roulant de l'enfant et du chariot archi plein de la mère. Avant de gagner le couvert de la forêt où elles espèrent trouver un refuge relatif, la famille est témoin d'un terrible affrontement entre un ange aux magnifiques ailes blanches et un groupe d'opposants de guerriers ailés.
La petite soeur est enlevée, la mère en fuite et Penryn se retrouve associée avec l'ange qu'elle croit mortellement blessé pour lui soutirer des indications sur l'endroit où a pu être emmenée sa petite soeur.

Tout ça vous semble fleurer à plein nez le déjà vu ? Oui mais non. A partir de ces bases classiques, utilisées à foison par les romans jeunesse à la chaîne de qualité parfois discutable, les romances centrées sur l'action et la violence ou encore les thrillers, l'auteur nous offre une histoire nuancée, rythmée, touchante, horrifiante et passionnante.
Les difficultés familiales de l'héroïne et ses étonnantes capacités à survivre et à se battre ne tombent pas comme un cheveu sur la soupe. Sa personnalité et ses facultés résultent d'une enfance douloureuse à aimer, supporter et surveiller sa mère : celle-ci est folle, paranoïaque et schizophrénique, aimante pourtant, terrifiante aussi. Cette réalité jamais sous-estimée est l'un des moteurs fascinants de l'intrigue - et parfois même à l'origine de scènes horriblement drôles ou horribles tout court.

L'héroïne, pleine de courage et de loyauté, de charme sans s'en soucier (ou encore un classique, mais pas frelaté ici) est très attachante, une rareté avec ce genre de profil. Le récit est écrit à la première personne du singulier et est régulièrement teinté d'un humour qui m'a beaucoup plu, sous forme de clins d'oeil.
D'une façon générale, ce livre, plutôt court et bourré d'action, n'est pas avare de petits-détails-qui-font-tout. L'ensemble est sobre et riche à la fois. Et si certaines choses pourraient paraître des raccourcis peu crédibles à un lecteur typé adulte exigeant, la qualité de l'ensemble n'en souffre absolument pas, donnant une impression soit de simplification assumée (dans le cadre d'une lecture digeste) soit dans l'idée d'une volonté assumée (les explications viendront plus tard).

Il y a bien une promesse de romance dans ce livre, entre les deux personnes attendues : la belle jeune fille en détresse et l'ange vengeur... en détresse d'ailleurs lui aussi !
Mais là où les auteurs se précipitent à jeter en hâte sans aucune finesse les bases d'une rencontre ad hoc pour décrire ensuite avec abandon la relation intime du couple, Susan Ee ne bâcle pas bêtement : la relation entre Raffé et Penryn évolue avec une crédibilité absolue, avec beaucoup d'émotion, de drôlerie et de délicatesse. C'est une réussite absolue à mes yeux, un équilibre rarissime de nos jours, où les éditeurs semblent souvent céder à l'attrait du roman vendeur qui gave - aux dépens du livre intelligent qui se savoure.

Ainsi la romance n'avance-t-elle pas à grands pas, du moins en acte, car l'émotion est là. L'intrigue est basée sur la survie en milieu hostile et surtout sur les découvertes que fait Penryn sur ce nouveau monde qui a basculé si vite.
On découvre l’organisation d'une résistance, ainsi que celle des nouveaux dominants de ce monde post-apocalyptique et on commence à deviner l'horreur qui couve, jusqu'à l'apothéose finale : là où ce genre de roman s’essouffle poussivement, laissant traîner des fils gros comme le poignet pour la sacro-sainte suite de la non moins sacro-sainte trilogie réglementaire, Susan Ee fait fort !
Attention aux jeunes lecteurs imaginatifs, les dernières pages du livre sont très réussies dans l'horreur, celle qui fait regarder sous son lit le soir avant de dormir...

J'ai refermé ce livre avec bien des regrets, dont celui de ne pas pouvoir me jeter illico sur la suite !
Il ne nous reste plus qu'à espérer que ce livre soit bien traduit en français et, franchement, à moins d'un aveuglément honteux, cela devrait être le cas très très vite !
(le dernier à l'avoir édité sera une chauve-souris déplumée)

Remarque : après un tour sur le blog de l'auteur, j'ai appris que les droits avaient été rachetés pour adapter le roman au cinéma (par Sam Raimi, Rob Tapert and Good Universe) et que la série était prévue pour 5 tomes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail
Suivi en cours par 3 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 30 de cette discussion.
Message initial: 24 nov. 12 14:26:28 GMT+01:00
Je suis très en colère contre toi.
Tu viens de livrer un commentaire superbe sur un livre qui a vraiment l'air d'être ce que j'attends aussi en la matière (des anges, du post-apocalyptique, un zeste de romance, des personnages forts) mais évidemment, EVIDEMMENT, il fallait que ce soit un bouquin en VO.

Partie bouder, très loin.

En réponse à un message antérieur du 24 nov. 12 14:38:09 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 24 nov. 12 14:39:30 GMT+01:00
Guinea Pig dit:
Reviens, ma petite chérie ! Veux-tu que je te le traduise ? Ce sera l'affaire de 2 ou 3 ans, pas plus !!
Rassure-toi, si le film voit le jour, nos gros éditeurs se battront pour saisir l'affaire entre leurs dents pointues, même s'ils n'aiment pas, pour mettre du charbon dans la machine.
Mais je suis convaincue que ça va passer le cap : ça cartonne déjà en Angleterre et aux EU, et c'est dans la veine d'Hunger Games, en beaucoup mieux !

En réponse à un message antérieur du 24 nov. 12 14:50:18 GMT+01:00
Alors je patiente.
Oui là ,je suis en mode attente.
Bon, c'est toujours pas fini cette traduction ?
Ben alors, ils veulent un harrap's ou quoi ?
Tu as sans doute raison, avec ce genre de bouquin, parfois la simple "menace" d'une adaptation cinématographique permet de faire bouger les choses.
Je l'ai retenu dans ma liste, de manière à l'avoir en mémoire le jour où la VF nous sera proposée.

En réponse à un message antérieur du 24 nov. 12 14:53:18 GMT+01:00
Guinea Pig dit:
Ne t'inquiète pas, je vais surveiller la VF de près, moi zaussi.
Et puis ne n'est pas très long, le traducteur ne se fera pas de cheveux blancs.
Je suis sûre et certaine que tu adorerais !!
Oups. pardon.
(en parlant de Harraps... tu sais que dans ton Kikinissou il y a des dicos intégrés, hein ?...)

En réponse à un message antérieur du 24 nov. 12 15:06:10 GMT+01:00
Je n'ose imaginer la traduction mot à mot. Ce serait encore plus compliqué à décrypter ! Et là il me faudrait 10 ans pour tout remettre dans l'ordre.

J'ai tenté de lire un des HP en VO (ma mère est une fan des de la version anglaise dans son jus que ce soient les Potter ou les Agatha C.), mais j'ai dû tenir 5 pages avant de renoncer.
Ce n'est pas faute de parler l'anglais assez fluently, mais je n'ai aucune patience en lecture, et tenter la périphrase quand on lit, ben ça marche pô...
Si je bute, je me crispe, et là c'est le drame, le livre termine avec une tasse de thé renversée dessus !
Une vraie psychopathe de l'encrier !!! ^^

En réponse à un message antérieur du 24 nov. 12 15:26:01 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 24 nov. 12 15:26:17 GMT+01:00
Guinea Pig dit:
Je ne vois plus qu'une solution : séquestre ta maman chez toi un samedi soir, et fais-là te lire le livre en traduction simultanée.
Mais non ce n'est pas cruel, rien ne t'empêche de la nourrir et de l'abreuver !

La facilité à lire dans une langue étrangère tient beaucoup je crois dans le type de mémoire qu'on a. La mienne est très photographique, ça m'aide beaucoup à reconnaître les mots en un seul coup d'oeil (inutile de te dire que certains, comme righteouslessness ou cantankerous, gardent une prononciation orale très mystérieuse...)

En réponse à un message antérieur du 24 nov. 12 21:00:14 GMT+01:00
M'enfin madame Larouette, pourquoi nous avez-vous privé de vos commentaires ces dernières semaines (de trop mauvaises lectures pour en mériter un peut-être ?). En tous cas le nombre de critiques sur ce livre aux US et UK est impressionnant. Je pense que la position d'amazon (l'éditeur) a dû aussi aider au marketing.
Par contre, même si la qualité de la substance du roman a l'air attrayante, le thème post-apocalyptique ne me tente absolument pas malgré de nombreux essais récents.
Next time ?

En réponse à un message antérieur du 24 nov. 12 21:57:01 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 24 nov. 12 21:58:14 GMT+01:00
Guinea Pig dit:
Eh, ya méprise cher monsieur ! Vous confondez avec la Belle au Lama Dormant ! Mes lectures étaient excellentes, don't worry, mais trèèès longues (j'ai repris la série des Tide Lords de Fallon pour pouvoir enfin lire le tome IV). Et j'ai intercalé ce délicieux petit encas. Je ne vous le conseille pas, le back ground n'est pas assez solide pour vos goûts, c'est une lecture de midinette haut de gamme, en fait !
Je ne crois pas que l'éditeur y soit pour quelque chose, c'est vraiment excellent, une lecture à la fois très facile et de grande qualité. Une sorte de Old Man's War pour filles, en extrapolant diaboliquement ! Et c'est encore un cas d'auteur d'abord auto-édité repéré par la masse des commentateurs anglo-saxons.
A propos de coms, j'ai été voir ce que les allemands pensaient de Tide Lords, apparemment (enfin je me fie aux *, pour le reste je sèche à 100 %) ça plait bien. Dommage que les français soient passés à côté de Fallon, pff... Ma fille aime beaucoup, elle embraye sur le tome 3 à l'instant !

En réponse à un message antérieur du 25 nov. 12 13:02:50 GMT+01:00
Voilà un livre très prometteur, en effet !
Mais je trouve inquiétante la volonté d'Amazon de faire une brèche dans le monde de l'édition. Vendeur de livres papiers, c'est normal c'est leur métier de base, diffuseur d'e-book vendeur d'un outil pour lire les oeuvres électroniques, ok (même si le format "propriétaire" laisse déjà transparaitre une ambition hégémonique), mais éditeur de livres "papiers" maintenant ? Ça fait quand même un peu Big Brother quand même, non ?

En réponse à un message antérieur du 25 nov. 12 14:05:15 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 25 nov. 12 19:37:29 GMT+01:00
Guinea Pig dit:
Inquiétante ou non, je crois que si ça doit se faire, ça se fera. Quelques soient les injustices et les sympathies des lecteurs/acheteurs. Quand on voit déjà tout ce qu'on peut acheter sur le site, le service impeccable (de mon expérience, très large), le rouleau compresseur est en route et je doute qu'on puisse y faire quoi que soit. Et, honnêtement, d'une façon parfaitement égoïste, ça ne me gêne pas !
Je vais encore radoter, mais je trouve vraiment bête que l'on ne fasse pas étudier Au bonheur des dames à nos enfants. Non seulement c'est un des rares Zola doté d'une happy end (en ce qui concerne l'histoire d'amour, du moins) mais le sujet est incroyablement moderne. Le livre raconte la naissance d'un grand magasin de confection (#Galeries Lafayette) et la mort des petits commerces dans son sillage. Le lecteur a accès, par la jeune héroïne, aux deux points de vue, car elle travaille au Bonheur des Dames, qui l'éblouie autant par sa perfection commerciale que par sa séduction, et habite chez son oncle, un tailleur en pleine faillite, amer, aigri et désespéré. L'attraction incroyable du choix, de la mise en scène, de la foule sur les clientes est exceptionnel. On comprend comment un concept parfait, infiniment séduisant et efficace, ne peut qu'écraser l'ancien système. Les clientes du Bonheur des Dames compatissent parfois, mais finalement ne résistent pas au chant de la sirène...
Qui fait appel à un tailleur ou une couturière de nos jours ? A Nantes Bouchara a disparu, pour trouver un morceau de tissu c'est la croix et la bannière (en fait non, c'est internet !).
Bref, si ça se trouve dans cinquantaine d'années il n'y aura plus d'éditeurs, et juste des plateformes de distribution qui feront tout du début à la fin. Ça parait monstrueux, mais si ça doit être ça sera et personne n'y pourra rien, je le crains...
‹ Précédent 1 2 3 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Guinea Pig
(MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 159