Commentaire client

2 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 PROVOCATION HONTEUSE !, 4 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La bataille de l'autisme : De la clinique à la politique (Broché)
Les mandarins de la secte psychanalytique se battrons jusqu'au bout pour conserver leur hégémonie, cette spécificité française !
Peu leur importe que leur théorie sur l'autisme soit dépassée et contredite par la science ! peu leur importe les causes génétiques à ce trouble neuro-développemental ! Ils continue à parler de psychose, à refuser les classifications internationales et surtout à ne rien proposer d'efficace et d'utile comme prise en charge. Ils sont le frein principal aux développement des prises en comptes qui, partout dans le monde développé permettent aux personnes avec autisme de mieux s'intégrer à la société. La principale raison à cela est la rente que constituent les autistes pour eux...et leur soif absolu de garder le monopole qui est aujourd'hui le leur. Les associations qui regroupent l'immense majorité de parents sont insultées, méprisée et l'auteur fait parti des principaux agresseurs des familles ! Lisez uniquement si vous avez du temps à perdre... Mais si l'autisme vous intéresse et si vous souhaitez des connaissances actualisées...FUYEZ !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 16 de cette discussion.
Message initial: 4 mars 13 21:32:50 GMT+01:00
Trouble neuro-développemental??? Génétique?? C'est de la spéculation, rien n'a été prouvé, ce sont des hypothèses, fais mieux tes recherches. Les psychanalystes ne sont aucun frein, la prise en charge de l'autisme en France est polyvalente dans les institutions et réalisé par des gens des plusieurs disciplines (orthophonistes, enseignants, etc.). La rente que constitue les autistes? Ils sont plus rentables pour les pharmaceutiques qui sponsorisent les associations de parents, qui sont en effet les premiers détracteurs de la psychanalyse. Tu sais le seul regard n'est pas celui des neurosciences ou du cognitivisme, la psychanalyse propose qqch de différent. Je te suggère de lire à François Gonon, neurobiologiste, pas du tout psychanalyste: http://www.valas.fr/IMG/pdf/36379-1.pdf

En réponse à un message antérieur du 5 mars 13 23:17:16 GMT+01:00
Jef dit:
Aucune association n'est sponsorisée par aucun laboratoire en France. Ou bien donner moi un seul exemple avec des preuves ?! Les psychanalystes sont opposés aux seules prises en charge édefficaces à savoir les prises en charge éducatives, intensives et précoces. On peut être de plusieurs disciplines est considérer à tort l'autisme comme une maladie psychique. On peut être de n'importe quelle discipline est attendre l'émergence du désir de sortir de l'autisme ...autisme qui est pour l’obédience psychanalytique un "choix du sujet !!!
La psychanalyse propose un regard du passé...c'est un peu comme si on défendait les ventouses et les saignées...plutôt que l’allopathie moderne ! Il ne s'agit pas de juxtaposer des professionnels et des prises en charge...il s'agit de reconnaître ce que montre l'imagerie médicale, les recherches génétiques...à savoir que l'autisme n'est pas une maladie psychique mais un problème de connection des synapses. Et que, de part la plasticité cérébrale, ce handicap neurodéveloppemental est efficacement compensé par l'ABA, le TEACCH.

Là où tu as raison c'est que des orthophonistes spécialisés en PECS et connaissant bien par ailleurs les approches comportementales peuvent compléter la prise en charge. Mais ce n'est pas le cas sio la prise en charge consiste en des pataugeoires, packings et autres ateliers contes. C'est en France que les adultes autistes sont le plus médicamentés et dans les pays prenant en charge de façon éducative qu'ils le sont le moins. Des statistiques précises existent. En effet la psychiatrie psychanalytique...après avoir attendu l'émergence du désir déverse nombre d'autiste dans les pires pavillons des HP...et là, on les bourre de neuroleptiques , leurs troubles du comportement s'étant aggravés faute de méthodes adaptées dans l'enfance. Les labos se réjouissent de la psychiatrie à la française. Les rapports de la HAs puis de l'ANESM ont tranché. J'attends avec impatince le nonm du labo qui financerait une association de parent !!! A moins que vous affirmiez sans preuve dans le seul but de dénigrer les dizaines de millier de familles adhérentes ?

Publié le 6 mars 13 14:02:56 GMT+01:00
Jef dit:
Article de Frank Ramus très utile :

« Dans l’autisme, tout ne marche pas, même si on met le paquet » – par Franck Ramus, Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique (UMR 8554), le 20/12/2012

Dans Libération du 14/02/2012, Bernard Golse affirmait : « Dans l’autisme, rien n’est validé, tout marche si on met le paquet, c’est l’intensité de la prise en charge qui compte« . Dans mes questions à Bernard Golse du 17/02/2012 (qui n’ont jamais reçu de réponse), je l’interpellais particulièrement sur la 1ère partie de l’affirmation selon laquelle rien n’est validé.

Il se trouve qu’une étude récente permet également de discuter la 2ème partie de son affirmation selon laquelle « tout marche si on met le paquet, c’est l’intensité de la prise en charge qui compte« . Il s’agit de l’étude suivante de Darrou et coll. (2010).
Cette étude française, coordonnée par l’équipe d’Amaria Baghdadli à Montpellier, dresse un tableau édifiant des résultats de la prise en charge de « psychothérapie institutionnelle« proposée à la plupart des enfants autistes en France (ainsi qu’en Belgique, Suisse et Luxembourg francophones).
Le premier résultat de cette étude, c’est de mettre en évidence les progrès extrêmement limités que permettent ces prises en charge.

En effet, l’âge de développement de ces enfants (mesuré par la Vineland Adaptive Behavior Scale, échelles communication et daily-living skills) a progressé de 12 à 13 mois en moyenne sur la période de 40 mois sur laquelle s’est déroulé le suivi. Au lieu de 40 mois, si ces enfants suivaient une trajectoire développementale normale (sans même parler de rattraper leur retard). Autrement dit, les capacités de communication et d’adaptation de ces enfants ne progressent que de 4 mois en moyenne par année de prise en charge, ce qui est très peu, et surtout bien en-deçà de ce que permettent les interventions comportementales et éducatives passées en revue par la HAS.

En effet, si l’on regarde les résultats d’un essai clinique américain (Howard et coll. 2005) ayant suivi la progression de différents groupes d’enfants autistes sur les mêmes échelles de développement en fonction du type d’intervention qu’ils recevaient, les enfants qui suivaient une prise en charge comportementale intensive (une variante d’ABA) progressaient de 11 à 17 mois par an, ceux qui suivaient un programme comportemental éclectique (empruntant des éléments d’ABA, de TEACCH et de PECS) progressaient de 6 à 9 mois par an, et le groupe contrôle qui était juste scolarisé dans une école spécialisée pour enfants handicapés progressait de 5 à 10 mois par an.

Autrement dit,les enfants autistes pris en charge en France progressent 3 fois moins en moyenne que les enfants américains suivant un programme ABA,et même un peu moins que le groupe contrôle ! Ce qui suggère que le système éducatif américain tout-venant, même lorsqu’il n’implémente pas des programmes spécifiquement dédiés à l’autisme, met en ½uvre des pratiques qui sont au moins aussi efficaces que celles de nos brillantes institutions françaises pratiquant la « psychothérapie institutionnelle » « intégrative » et « multidisciplinaire« .

Certes, les enfants participant à l’étude de Darrou et coll. (2010) ont été recrutés dans 51 unités différentes ayant sans doute une grande diversité de pratiques, qui n’ont pas été décrites dans l’étude. Il n’est donc pas possible d’attribuer ces mauvais résultats à une pratique thérapeutique unique bien identifiée. Mais étant donné la taille de la cohorte (208 enfants) et le nombre de centres impliqués, cette étude montre de manière claire que
les pratiques ayant cours dans un ensemble représentatif d’institutions prenant en charge les enfants autistes en France ont des effets d’une médiocrité accablante.

Deuxième résultat de cette étude : les facteurs prédisant l’évolution (plus ou moins mauvaise) des enfants entre le début et la fin du suivi incluent la sévérité de l’autisme (la plus grande sévérité prédisant une évolution moins bonne) et le niveau de langage (un plus haut niveau de langage prédisant une évolution meilleure). A la surprise des auteurs, l’intensité de la prise en charge ne s’est révélée avoir aucune influence sur l’évolution des enfants! Pourtant, cette intensité était conséquente, puisque la médiane se situait à 30 heures par semaine, avec une grande variabilité selon les enfants. La conclusion, c’est que, n’en déplaise à M. Golse,lorsque les pratiques thérapeutiques sont médiocres, cela ne marche pas, même si on met le paquet.

Références
Darrou, C., Pry, R., Pernon, E., Michelon, C., Aussilloux, C., & Baghdadli, A. (2010). Outcome of young children with autism. Autism, 14(6), 663-677. doi: 10.1177/1362361310374156 Howard, J. S., Sparkman, C. R., Cohen, H. G., Green, G., & Stanislaw, H. (2005). A comparison of intensive behavior analytic and eclectic treatments for young children with autism. Research in Developmental Disabilities, 26(4), 359-383. doi: DOI 10.1016/j.ridd.2004.09.005

En réponse à un message antérieur du 7 mars 13 16:32:42 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 8 mars 13 03:22:12 GMT+01:00
Oui tu pourras me citer toutes les études qui montrent en effet que ABA ou le TEACCH (qui d'ailleurs fut inventé par des psychanalystes!) marchent très bien, mais ce n'est pas là le problème; je ne pense pas que ce soit la critique: de dire qu'ils ne marchent pas, au contraire ils marchent et ils marchent très bien!! La critique c'est de réduire le traitement de l'autisme à de la rééducation, ça d'un côté, puis en suite les questions éthiques, c'est-à-dire que le ABA met très souvent certains autistes dans des situations d'angoisse et de détresse intenables. Et en effet, la prise en charge institutionnel de l'autisme est pluridisciplinaire, ce n'est pas que psychanalytique comme certains le déclarent. Certains de ces autistes, qu'on peut appeler de haut niveau, déclarent qu'il aurait été mieux qu'on les écoute plutôt à ce qu'on se mettent à les éduquer.
Et oui, dans l'autisme rien n'a été validé, y compris les supposés causes neurobiologiques et génétiques, d'ailleurs on se rend de plus en plus compte que c'est l'environnement de l'enfant qui joue un rôle primordial. Je te renvoie à nouveau à l'article du neurobiologiste François Gonon: "La psychiatrie biologique: une bulle spéculative?" que tu peux trouver gratos, en pdf, sur le net.

En réponse à un message antérieur du 7 mars 13 17:03:10 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 8 mars 13 03:23:22 GMT+01:00
Secondo, je comprend que les parents d'enfants autistes veulent que l'on ne les blâment pour l'état de leur enfant, ils veulent que toutes ces théories psychanalytiques culpabilisantes disparaissent, d'ailleurs c'est en partie pour cette raison qu'on a inventé ces associations, d'un côté, et de l'autre que l'on promeut fortement de plus en plus les causes et les étiologies neurobiologiques et génétiques des tous les troubles mentaux (et pas que de l'autisme), même si rien n'a été validé ni véritablement confirmé, et tout ça dans le but de déculpabiliser les malades et les familles. Mais comme François Gonon le pointait dans une conférence à laquelle j'ai assisté, la naturalisation des causes de troubles mentaux n'a pas déstigmatisé ni déculpabilisé ces enfants ou ces malades, comme on le croyait, mais bien au contraire, savoir que c'est qqch d'inhérent au corps et à l'organisme, que c'est inscrit dans les gènes, est qqch de plus marquant et plus pointé du doigt par l'ostracisme et la moquerie des autres (enfants dans les écoles, etc.). Il y a des études sur ce sujet. Donc au lieu de dire "c'est de ta faute" et dire plutôt "c'est la faute de ton cerveau et tes gènes", n'a pas vraiment changé la donne vis-à-vis des attitudes à l'égard du malade ni à l'égard de soi-même.

En réponse à un message antérieur du 7 mars 13 18:09:11 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 8 mars 13 03:32:33 GMT+01:00
Troisièmement, tu dis "psychiatrie à la française" qui bourre de médicaments?? je suis désolé mais le premier consommateur au monde des psychotropes sont les USA où prédomine la psychiatrie biologique et neuroscientifique. "Bourrer" des neuroleptiques, ça ne discrimine pas l'orientation du psychiatre (ça peut être psychanalyste, TCC, systémique ou exclusivement bio-neuroscientifique) peu importe son obédience il peut donner des tons des médocs. C'est bien connu les association financées par l'industrie pharmaceutique, les cas du CHADD pour le TDAH ou de France-Dépression pour la dépression, et bien d'autres. C'est connu aux USA que l'Autisme Science Foundation ou Autism Speaks (la plus grande fondation pour l'autisme) ont été infiltrés par l'argent des laboratoires, Autism Speaks est largement financé par l'industrie pharmaceutique et ils promevuent ouvertement les solutions médicamenteuses.
http://gaia-health.com/gaia-blog/2012-03-23/new-autism-research-program-big-pharma-profit-center-with-taxpayers-help/
Ca ne va pas tarder à arriver en France, si ce n'est pas déjà le cas, croie-moi, ils sont trop puissants et ils ont trop d'argent, et la recherche dans ce milieu manque d'argent.

En réponse à un message antérieur du 7 mars 13 19:26:09 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 7 mars 13 20:03:54 GMT+01:00
Quatriemement, tu parles de la "rente que constituent les autistes" pour les psychanalystes, que tout ce qu'intéresse à ces psychanalystes c'est l'argent des patients et le monopole des psychothérapies. Bon en ce qui concerne le premier point, je vois pas pourquoi tu vois nécessairement un intérêt financier, pourquoi ne pourrait-il y avoir un intérêt pour le patient? Si c'était l'inverse, et c'était les TCC qui étaient mises en cause, je ne vois rien d'étonnant qu'elles veulent se défendre et argumenter que leurs techniques et pratiques marchent, et qu'elles ne doivent pas disparaître. Dans le monde des psychothérapies aucune n'est supérieure à l'autre quoi que l'on dise; c'est ce qu'on appelle le "Verdict du Dodo". Egalement je pourrais argumenter que les TCC et ceux qui promeuvent le ABA et TEACCH ont un intérêt financier et de monopole des traitements de l'autisme puisqu'ils veulent déplacer la psychanalyse et se garder tout pour eux. L'argument monétaire et économique n'est pas le plus avisé pour attaquer la psychanalyse à l'intérieur de qqch qu'est devenu un marché.
Pour la deuxième partie de ton argument, c'est bête de croire que la psychanalyse a le monopole des thérapies dans la santé mentale, loin de là, qu'elle garde une place privilégiée en France, c'est vrai, mais elle est loin d'avoir le monopole, y compris dans les institutions. La santé mentale est devenue un marché où la libre compétition et la concurrence sont à l'ordre du jour.

En réponse à un message antérieur du 8 mars 13 10:26:45 GMT+01:00
Jef dit:
Je te cite : "mais ce n'est pas là le problème; je ne pense pas que ce soit la critique: de dire qu'ils ne marchent pas, au contraire ils marchent et ils marchent très bien!! La critique c'est de réduire le traitement de l'autisme à de la rééducation, ça d'un côté, puis en suite les questions éthiques, c'est-à-dire que le ABA met très souvent certains autistes dans des situations d'angoisse et de détresse intenables. ".
1) Merci d'avoir l'honnêteté de reconnaître que les méthodes éducatives marchent et marchent très bien. C'est en effet le cas. Tu devrais juste rajouter que l'"attente de l'émergence du désir", c'est à dire les approches psychanalytiques...ça ne marche pas du tout !
Donc pour permettre aux autistes (sans déficience intellectuelle 70% ou avec 30%) de s'intégrer à la société, d'éviter les HP et l'abrutissement aux neuroleptiques : il est nécessaire de mettre en place ces méthodes éducatives. On est d'accord.
2) "L'ABA met très souvent certains autistes dans des situations d'angoisse..." ... je suis intéressé par des études sur le sujet. Mais ce que je sais c'est que les auto-mutilations, les comportements autodestructeurs baissent avec l'ABA et la plupart du temps disparaissent alors que la communication et les habiletés sociales augmentent. Si l'angoisse augmentait...ce serait l'inverse. Faut-il ne plus éduquer à l'école les enfants ordinaires ? Faut-il les laisser ignorants et sans instruction parceque l'école dans certains cas pour certains provoque un peu d'angoisse ? Non ? Alors pourquoi considérer qu'il faut laisser les autistes sans prise en charge adaptée sous pretexte d'une hypothétique angoisse.

Bref ... reconnaitre l'efficacité et donc l'utilité des méthodes éducatives est un grand pas que tu as fait et que j'apprécie. Si tu continues à te renseigner, tu verras que l'on peut, en cas de stress lors des séances ABA, les adapter et combiner avec un suivi psychologique actif pour travailler sur les angoisses qui, diminuent et disparaissent au fur et à mesure des progrès de sociabilisation et de diminution des automutilations. En tout cas on est loins de la camisole de drap glacés et mouillés qu'imposent Delion et quelques uns de ses pairs !

En réponse à un message antérieur du 8 mars 13 10:29:48 GMT+01:00
Jef dit:
Merci aussi de confirmer qu'aucune association de parents en France n'est financée par aucun laboratoire. Tu rétablis la vérité et reviens sur tes propos. En France et merci de l'avoir confirmé, aucun labo n'a jamais financé aucune de nos association. Cet argument ne tenait donc pas !

Il était de plus méprisant (mais on est habitués) pour les parents qui seraient malhonnêtes ou sous influence...trop cons pour avoir un avis éclairés eux qui ne sont pas de brillants sachants psychanalystes !!!

En réponse à un message antérieur du 8 mars 13 10:40:21 GMT+01:00
Jef dit:
Sur la consommation de psychotropes : je suis désolé, mais je te renvois à toutes les études. C'est la France qui est championne du monde et non les USA !!! Mais en plus, ce n'est pas le sujet !!! Le sujet c'est la prescription aux Autistes : et là...clairement et sans aucun doute, la France détient tous les records. En Pensylvanie, par exemple ou un programme de prises en charges éducatives est lancé depuis 20 ans pour les autistes...moins de 5 % sont traités avec des médicaments. Dans les HP français où les psychanalystes déversent les autistes une fois adultes...c'est 100% d'entre eux qui prennent une molécule !!!

Je n'ai aucun avis éclairé sur l'efficacité de la psychanalyse pour les troubles psychiques ou psychioatrique. Je sais par contre que pour l'aiutisme qui n'est ni une maladie psychique ni une maladie psychiatrique mais un trouble neurodéveloppemental ...elle est inefficace, inutile et souvent maltraitante...au moins par sa passivité !
‹ Précédent 1 2 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

2.3 étoiles sur 5 (3 commentaires client)
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 39,96
Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 1.565.558