Commentaire client

1 internaute sur 11 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Le degré zéro de l'originalité, de l'imagination, de l'art cinématographique, 17 février 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme des vallées perdues [Blu-ray] (Blu-ray)
Le western est un genre extrêmement stéréotypé, basé sur un manichéisme absolu. Un héros solitaire venu d’ailleurs, le poor lonesome cowboy, accueilli avec beaucoup de réserve par la population locale, va peu à peu faire la preuve de ses talents exceptionnels qui permettront de débarrasser la société de la terreur que font régner les méchants, sauvages ou mécréants. Mis en grand danger par des individus sans foi ni loi, le héros s’en tire toujours, pouvant repartir comme il est venu, avec la conscience du devoir accompli.
L'Homme des vallées perdues relève du western consacré aux problèmes internes à la société blanche. C’est, dans son genre, un véritable chef d’œuvre. On peut difficilement imaginer une mise en pratique du scénario type plus dénuée d’originalité et d’imagination, comme il est difficile de concevoir un manichéisme plus outré. Shane, venu d’on ne sait où, arrive dans une petite vallée du Wyoming où il va aider la famille Starret. Joe semble l’avoir fait venir pour le seconder dans ses travaux agricoles. Marian, son épouse, est sensible au charme mystérieux du nouveau venu, en qui son cœur de femme a reconnu un être supérieur. Leur fils, Joey, est fasciné par cet homme, en qui il a, dans son innocence enfantine (qui ne trompe pas), reconnu d’instinct le Héros. Très vite confronté aux provocations des ranchers qui veulent, par tous les moyens, faire fuir les fermiers pour s’emparer de leurs terres, Shane s’efforce d’éviter le combat, rapidement rendu inévitable. Quand le chef des méchants, Ryker, commence à flancher, il fait appel à un tueur à gage, ce Jack Wilson dont la sinistre réputation provoque la terreur dans toute la région (Jack Palance, tout de noir vêtu, semble tout droit sorti d’une bande dessinée avec son profil en lame de couteau). Sa victoire acquise, il part vers d’autres aventures, sans qu’on puisse comprendre ce qu’il est véritablement venu faire, ni pourquoi il éprouve le besoin de partir, les travaux agricoles auxquels il paraissait être venu aider étant plus nécessaires que jamais après les interruptions causées par les luttes.
Le film accorde à son début une grande importance à la vénération de Joey pour Shane, ce qui nous vaut des scènes d’une mièvrerie insupportable. On devine l’amour de Marian Starret pour le héros, qui efface complètement l’admiration qu’elle éprouvait pour son mari, homme courageux mais qui n’a pas reçu les secours de la grâce. La dame a de la religion, cet amour semble sans espoir, d’autant plus que l’amour ne peut pas polluer la gloire d’un surhomme. Laissons les péripéties, détournons nous de ces fermiers couards qui abandonnent tout de suite devant l’adversité, et venons-en au point culminant de l’histoire. Shane ne peut plus éviter la lutte à mort avec le Diable. Jack Palance, transformé en super méchant donnant des frissons d’effroi, y gagnera sa gloire, tant il est à sa façon caricaturale un super héros (du mal). Bien sûr, c’était gagné d’avance, le Bien triomphe du Mal absolu, la morale est sauve. Enfin… leur morale, car cette terre sur laquelle lorgnaient indûment les méchants, a été volée au peuple qui la possédait, et le drapeau qui flotte au dessus des maisons du village est celui du sud esclavagiste, ce qui n’est pas totalement insignifiant.
Cher lecteur, si tu es comme les enfants et que tu adores qu’on te raconte en boucle tes histoires préférées, si ta passion cinématographique ne dépasse pas le niveau des bandes dessinées les plus simplistes, tu trouveras là un film qui te conviendra. Si tu attends davantage d’un film, passe ton chemin, tu risques de le trouver, comme moi, prodigieusement ennuyeux tant tout y est convenu et connu d’avance. D’autres westerns se sont montrés autrement plus inspirés, La Rivière rouge, par exemple. L'Homme des vallées perdues a reçu l'Oscar 1954 de la meilleure photographie. Il n’y a pourtant pas d’images plus conventionnelles que celles-ci. Là encore, d’autres westerns ont fait infiniment mieux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-4 sur 4 de cette discussion.
Message initial: 18 mars 14 19:11:40 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 18 mars 14 19:12:56 GMT+01:00
Le degré zéro de la critique ? Car passant complètement à côté de la dimension mythologique du récit et des personnages ...

Publié le 16 avr. 14 20:06:31 GMT+02:00
Nagar dit:
Je ne vois pas pourquoi vous sous-estimez autant ce western qui a pourtant d'énormes qualités et un grand pouvoir émotionnel (la scène de fin par exemple).

C'est plutôt que vous avez le degré zéro de la compréhension, voire de la critique.

Publié le 10 mai 14 22:54:20 GMT+02:00
Ded dit:
Le cinéma est le véhicule du rêve et des émotions. Alors de temps en temps, envoyons au diable la rationalité et gardons notre regard d'enfant pour déguster ce métrage filmé justement à hauteur d'enfant, à travers le prisme des yeux de Joey... Un peu de poésie n'a jamais fait de mal à personne... et surtout à aucun cinéphile.

Publié le 28 oct. 14 12:30:40 GMT+01:00
M. Bigot dit:
Il ne suffit pas d'aligner des phrases creuses pour démolir un film comme L'Homme des vallées perdues (Shane).
Le degré zéro de la critique.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.2 étoiles sur 5 (10 commentaires client)
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
EUR 15,05 EUR 12,14
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 27.602