Commentaire client

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les racines du mal, 3 mars 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Neonomicon (Relié)
Neonomicon est un roman graphique en six parties publié initialement en 2011. Le prologue (deux épisodes) est un récit en prose d'Alan Moore adapté sous forme de comicbook par le scénariste Anthony Johnston. Les quatre épisodes du récit principal ont été écrits par Alan Moore et l'ensemble est mis en image par Jacen Burrows.
Il s'agit d'une enquête policière dans le milieu du paranormal. Pour l'essentiel, Alan Moore imagine un récit sous la forme d'un hommage à l'univers de l'écrivain Howard Phillips Lovecraft.

Sacré Alan Moore ! Une rumeur circule à propos de "Neonomicon", qui suggère que le scénariste aurait réalisé ce comicbook afin de payer ses impôts ! Une provocation supplémentaire de la part du plus grand auteur de comics de la planète, qui surpasse tout le monde, même lorsqu'il n'écrit qu'une histoire linéaire et facilement accessible comme celle-ci !
Le moins que l'on puisse dire, c'est que son hommage à Lovecraft se teinte immédiatement d'une toile de fond à la fois toute personnelle et infiniment cohérente quant au matériel d'origine issu des nouvelles de l'écrivain horrifique. Bourré de références à l'univers de "Cthullu", puisant ses sources autant dans les écrits de Lovecraft que dans ceux de ses héritiers littéraires, le récit d'Alan Moore impose néanmoins son indépendance en interprétant librement certains éléments Lovecraftiens, dont la violence et les métaphores sexuelles deviennent, sous sa plume, explicites et ostentatoires.
"Neonomicon" se révèle ainsi sulfureux, à ne pas mettre en toutes les mains, car l'interprétation que propose Alan Moore de la cosmogonie du maître de l'horreur affiche littéralement ce qui ne relevait jusqu'ici que de la simple allusion, voire du sens caché.
Pour autant, cette transposition frontale (et insoutenable) ne saurait faire passer le récit d'Alan Moore pour de la simple illustration racoleuse vaguement inspirée des nouvelles de Lovecraft. Car notre scénariste s'empare de ce matériel pour témoigner de son propre point de vue sur cet écrivain qu'il considère comme l'une de ses principales sources d'inspiration, autant qu'il en condamne le racisme et les idées impies sous-jacentes. Ainsi, dans "Neonomicon", les personnages principaux sont soumis au mal dans une forme de logique qui veut que la punition soit équivalente à leurs fautes. "Aldo Sax", l'enquêteur qui intervient dans le prologue, est un professionnel aussi efficace et brillant qu'il est méprisant et raciste. Les pistes qu'il soulève l'emmenant immédiatement vers un mal à sa mesure qui va s'empresser de le dévorer. "Meryl Brears", sorte de "Dana Scully" nymphomane et bourrée de névroses, sera victime d'un démon aux pulsions sexuelles insatiables. "Gordon Lamper", le dernier des enquêteurs, irréprochable, sera quant-à lui évacué d'une manière moins triviale...

En définitive, bien que l'on puisse penser que ce récit fasse office d'œuvre mineure, perdue quelque part dans la carrière du créateur de Watchmen (où l'on voyait déjà un monstre lovecraftien dans le dénouement apocalyptique !), on s'étonne de la richesse de son sous-texte, qui démontre le talent d'un auteur parvenant, même dans ses travaux les plus anecdotiques, à faire preuve d'esprit et de synthèse conceptuelle.
Qui plus-est, cette communion avec l'univers de Lovecraft est totalement cohérente dans le parcours d'un artiste ayant étudié l'ésotérisme (et par ailleurs adepte du Gnosticisme !) au point de considérer la magie comme une notion concrète et une passion réelle.
Pour ma part, j'ai été impressionné face à ce qui m'est apparu comme l'hommage d'un auteur à l'une de ses idoles, hommage à la fois sincère, critique, analytique, rehaussé d'un point de vue personnel et d'une virtuosité évidente quant à la synthèse des éléments fondateurs du matériau originel. Pas mal pour une "petite histoire mineure conçue pour payer ses impôts"...

Pour ne rien gâcher, la narration choisie par Alan Moore (et Anthony Johnston dans les deux premiers épisodes) est aussi simple qu'efficace. On a certes connu le scénariste plus inventif, mais l'ensemble se lit d'une traite et l'on regrette immédiatement, une fois le livre refermé, que les aventures de ces enquêteurs au royaume du mal ne continuent pas sur toute une série de tomes !
La partie graphique n'est pas exceptionnelle car Jacen Burrows est un artisan relativement modeste dans le monde des comics. Il s'est néanmoins appliqué, notamment en soignant ses décors, profitant par ailleurs de la superbe mise en couleur effectuée par les studios Juanmar, qui participent largement de la moitié du résultat final !
Le prologue est mis au point par le scénariste Anthony Johnston, qui réalise un très beau travail d'adaptation à partir de la prose d'Alan Moore. Je l'ai trouvé beaucoup plus créatif ici (avec son système des deux vignettes verticales par planche) que sur Fashion Beast, une autre adaptation d'un autre récit signé Alan Moore...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 2 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 13 de cette discussion.
Message initial: 4 mars 14 18:42:43 GMT+01:00
Présence dit:
Les personnages principaux sont soumis au mal dans une forme de logique qui veut que la punition soit équivalente à leurs fautes. - C'est vrai, je ne l'avais pas aussi clairement identifié ; par contre j'hésite entre facilité binaire de type justice poétique (le fautif est puni par là où il a péché) et réelle habilité scénaristique.

Synthèse conceptuelle, hommage à la fois sincère critique, analytique [...] - C'est vrai qu'exposé ainsi on prend mieux conscience du talent et de l'oeuvre de création réalisée par Moore.

En réponse à un message antérieur du 4 mars 14 19:21:36 GMT+01:00
Tornado dit:
Je ne m'attendais pas à grand chose de ce "Neonomicon". Mais j'ai immédiatement été impressionné par la manière intelligente et pleine de sens avec laquelle Alan Moore abordait son récit et son hommage.
C'est sûr que si on compare cette lecture avec ses chefs d'oeuvres, elle ne soutient pas la comparaison. Mais pris entant que récit comme un autre, c'est tout de suite au dessus du reste. J'ai très envie que notre auteur continue à explorer l'univers de Lovecraft !

En réponse à un message antérieur du 4 mars 14 20:31:05 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 4 mars 14 20:33:33 GMT+01:00
Tornado dit:
Je ne suis pas certain de comprendre ta phrase : "j'hésite entre facilité binaire de type justice poétique (le fautif est puni par là où il a péché) et réelle habilité scénaristique".
Je commence à connaitre le bonhomme : Il a beau être assez provocateur, il reste très attaché aux valeurs essentielles et condamne systématiquement toute forme d'antisémitisme (Lovecraft était ouvertement antisémite), de discrimination homophobe, etc. Le fait qu'Aldo Sax soit un personnage décrit comme un raciste notoire ne peut être pris à la légère. Il suffit que le type avec le voile sur la figure le fasse inhaler une drogue douce en lui murmurant quelques mots à l'oreille pour le transformer en psychopathe ! La relation entre faute et punition me parait clairement sans ambigüité : Il n' a fallu qu'une pichenette à ce type pour être la pire des ordures !
Les racines du mal sont en nous !

En réponse à un message antérieur du 4 mars 14 20:35:31 GMT+01:00
Présence dit:
Facilité binaire - Un mal à sa mesure qui va le dévorer, ou Meryl Brears victime d'un démon aux pulsions sexuelles insatiables. Ils sont punis en fonction de leurs défauts.

Alan Moore a revisité HP Lovecraft dans Coeur de glace.

En réponse à un message antérieur du 4 mars 14 20:39:31 GMT+01:00
Tornado dit:
Je n'ai pas acheté "Coeur de glace" (ce qui représente pour ma part l'exception qui confirme la règle, car j'achète TOUS les Alan Moore !!!) : J'ai trouvé l'édition Panini minable. J'espère une réédition dans un meilleur format.

En réponse à un message antérieur du 5 mars 14 06:48:01 GMT+01:00
Bon....J'ai l'air fin moi....
être puni par sa faute : voilà qui nous ramène à Dante ! Je trouve aussi que Burrows s'était appliqué. Mais ton commentaire me conforte dans l'idée qu'il faille apprécier l'univers de Lovecraft pour profiter du spectacle. Ce n'est vraiment pas mon truc , ces borognimes , ces monstres, peut être aurais je dû découvrir cela plus jeune.
Même chez Metalllica que j'écoutais gamin , les chansons de Chtullu ne me parlaient pas. Encore une fois je réalise mes lacunes dans la scifi : Lovecraft mais aussi Dick , Asimov, Huxley ce que j'en ai lu a toujours eu un pouvoir soporifique. J'aime bien Bradbury.

En réponse à un message antérieur du 5 mars 14 10:23:09 GMT+01:00
Tornado dit:
Lovecraft, ce n'est pas vraiment de la SF, mais plutôt du fantastique tourné vers l'horreur. Il s'agit d'un univers fascinant parce que l'auteur a développé toute un mythologie et une cosmogonie vénéneuse.
Mais il y a surtout un autre élément qui ne te plait pas dans l'univers de Lovecraft, c'est celui de la "magie". Même que ce manque d'appétence pour la magie t'a fait renoncer au run de Garth Ennis sur "Hellblazer", série très inspirée par l'univers de Lovecraft !

En réponse à un message antérieur du 5 mars 14 10:25:19 GMT+01:00
Tu vois je suis cohérent dans mon ignorance !

En réponse à un message antérieur du 5 mars 14 11:04:04 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 5 mars 14 11:06:31 GMT+01:00
Tornado dit:
Je suis pourtant certain qu'il doit y avoir certains films issus des écrits de Lovecraft que tu aimes bien. Tient, une petite liste :
- La Malédiction d'Arkham
- The Evil dead
- Re-Animator
- From Beyond
- Necronomicon
- Chasseur de sorcière
- L'Antre de la folie (Un John Carpenter !!!)
- Dagon
- La Cabane dans les bois

En réponse à un message antérieur du 5 mars 14 11:43:51 GMT+01:00
L'antre de la Folie : Culte !!!
Je pense qu'au cinéma , ça fonctionne mieux pour moi ! Comme la Scifi que je suis incapable d'apprécier en Bd
‹ Précédent 1 2 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

3.9 étoiles sur 5 (8 commentaires client)
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
EUR 17,50
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Tornado
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Lieu : Provence Côte d'Azur

Classement des meilleurs critiques: 8