Commentaire client

64 internautes sur 68 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 De l'onde méga à l'onde courte, 6 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blake & Mortimer Tome 22 l'Onde Septimus (Album)
Entreprise périlleuse - plus ardue qu'inventer une intrigue inédite - que de vouloir donner une suite à "La Marque jaune" - album qui reste pour beaucoup le chef-d'œuvre d'Edgar P. Jacobs. Et pari assez loin d'être gagné, malgré quelques points positifs. Certes bon nombre des jacobsismes attendus sont au rendez-vous; pour les thèmes: machination diabolique, savants fous, descentes dans les souterrains; et pour la forme: récitatifs abondants, nombreux strips fragmentés (environ 35% du total des strips), pages à symétrie verticale (1/3 des planches). Mais la comparaison - inévitable - avec l'original amène à une sérieuse réserve: l'intrigue foisonnante, rocambolesque et en définitive incohérente, qui se résout, si on peut dire, par le recours à une entité apparemment extraterrestre, "deus ex machina" commode et étranger à l'univers de Jacobs, qui restait rationnel. On ne comprend d'ailleurs pas grand-chose aux propriétés mirobolantes de l'onde Septimus, ni à ses rapports avec la plus familière onde Mega. Si l'intrigue est moins "ligne claire" que celle de Jacobs, le dessin, lui, l'est davantage, dû à un encrage plus léger. A noter quelques cases hideuses dans les dernières pages, les images ultimes d'Olrik (On se souvient que c'est Jacobs lui-même qui posait pour Olrik, ce n'est pas sympathique de défigurer son gagne-pain.) Et de fait la qualité faiblit au fil des pages. La couleur est réaliste, mais moins dramatique que celle de Jacobs, essentiellement théâtrale. On note que les participations de Blake et Mortimer à l'intrigue sont équilibrées, la vedette étant cependant tenue par Olrik à qui revient - innovation - la couverture (très réussie) de l'album. On relèvera au passage quantité de références aux aventures de Blake et Mortimer, outre "La Marque jaune" - entre autres "Espadon" page 30 ou "Atlantide" page 42. Et on verra passer au fil des pages le nom - inattendu - de Virginia Woolf et l'image de W. Churchill en Oncle Paul, flanqué comme il se doit d'Anthony Eden page 59. On apercevra même Tintin page 9 (reprise de "Objectif Lune", page 3, case 8) - et Francis Albany, inévitable dans le Londres des 50', page 22. On pensera encore à Floc'h page 55 pour la mise en abyme - une belle idée en soi; à la fin de "2001" page 65, etc... Tout cet intertexte est divertissant, mais détourne quelque peu de l'intérêt pour la narration, et empêche le lecteur de vibrer aussi spontanément à "L'Onde Septimus" qu'il le fait à "La Marque jaune". L'impuissance à égaler Jacobs est encore un hommage à son génie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 3 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 10 de cette discussion.
Message initial: 6 déc. 13 20:39:35 GMT+01:00
Un autre expert à l'oeil d'aigle d'une précision qui outrepasse largement mon acuité visuelle. Merci de m'avoir ouvert les yeux sur ces détails que je n'avais pas vus.
Mais au-delà de cette analyse de dextérité chirurgicale que j'admire car j'en suis incapable, ne boudons pas notre plaisir. Cet ouvrage, sans porter la marque originale du maître, est néanmoins pétri de son esprit et de bonnes intentions. Gageons qu'une telle équipe saura nous livrer un opus encore plus conforme à l'esprit de E.P. Jacobs si elle se réunit pour une suite que nous attendons d'ores et déjà tous.
Patience et longueur de temps...

Publié le 8 déc. 13 14:17:43 GMT+01:00
Paxi dit:
L'analyse de Paluel Marmont est on ne peut plus précise, forte intéressante, et un peu sévère pour cette nouvelle équipe. L'onde Septimus est bien le premier Blake et Mortimer depuis le départ de E.P. Jacob dont le scénario et trés proche de l'esprit de son créateur.
Francois P.

Publié le 10 déc. 13 21:34:42 GMT+01:00
YB12 dit:
Bonjour,
La personne qui a inspiré Olrick à Jacobs est Otto Skorzeny, le chef des forces spéciales du 3ème Reich (plus exactement des "troupes à destination spéciales" selon la terminologie de l'époque). Celui qui a entre autre "délivré" mussolini détenu sur un piton montagneux, réputé inaccessible.

Cet audacieux raid aérien, et le fait qu'il a disparu à la fin de la guerre ont contribué à le transformer en une sorte de génie du mal vu par la presse européenne de l'époque qui le voyait derrière chaque événement mystérieux. D'où l'inspiration de Jacobs pour son Olrick.

En réponse à un message antérieur du 10 déc. 13 23:38:03 GMT+01:00
Merci pour cette information. Je parlais en fait d'une ressemblance physique entre Olrik et Jacobs, que souligne une illustration page 104 des "Mémoires de Blake et Mortimer, un opéra de papier". La même page fournit d'autres suggestions concernant des modèles possibles d'Olrik. Jacobs lui-même s'est plu à brouiller les pistes dans "E. P. Jacobs, témoignages inédits" de Viviane Quittelier, pages 146-147.

En réponse à un message antérieur du 13 déc. 13 18:43:21 GMT+01:00
[Supprimé par l'auteur le 12 janv. 14 15:20:41 GMT+01:00]

Publié le 15 déc. 13 15:17:54 GMT+01:00
wotan dit:
Excellente analyse. Tout est dit et écrit. Le pire reste " l'alliance" Olrik Mortimer face à la résurrection , ratée, de Septimus.
Mais comment intellectuellement peut on imaginer Olrik et Mortimer associés? Ne serait ce qu'une seconde!
Le politiquement correct , la pensée unique , le côté droit de l'hommiste sont ici d'une telle abjection !
Cette trahison de l'auteur ne mérite qu'un verdict : cesser définitivement de poursuivre une telle entreprise!

Vive Olrik!

En réponse à un message antérieur du 15 déc. 13 19:44:35 GMT+01:00
YB12 dit:
Re-bonjour, je précise ce que j'ai omis de dire dans mon précédent message. Physiquement, Olrick a la tête d'Otto Skorzeny. Ainsi que cet air narquois, arrogant et supérieur (voir ses photos) , et j'imagine qu'il était lui aussi totalement dénué de scrupule... De plus Olrick tient sa cigarette (ou son porte cigarette) avec la même attitude que Skorzeny!

Dans ses mémoires de guerre (car après diverses peripéties, dont en Egypte, il a en fait trouvé refuge dans l'espagne de Franco), Skorzeny élude en 2 phrases l'aspect nazi du régime hitlérien..., et détaille ses différentes opérations spéciales.

Aussi, imaginer Olrick combattre aux côtés de Mortimer pourrait-être, en plus d'un calcul intéressé et cynique..., une forme de tentative de rédemption de la part du premier?

Crdlt.

En réponse à un message antérieur du 16 déc. 13 09:46:02 GMT+01:00
Avec une bonne balafre sur la joue gauche d'Olrik, ce serait encore plus convaincant.

En réponse à un message antérieur du 20 déc. 13 11:46:13 GMT+01:00
Jean Bal dit:
J'avais l'intention de poster une critique de cette BD, mais je m'aperçois que vous avez dit l'essentiel. Je serais toutefois un peu moins sévère que vous pour le dessin. Malgré une baisse de régime vers la fin, je trouve qu'il respecte le "canon" et restitue notamment très bien les ambiances, primordiales dans l'oeuvre de Jacobs. Le scénario, lui, expose quelques bonnes idées, mais se perd dans des incohérences irrattrapables. De plus, Jean Dufaux a semble-t-il une moins bonne maîtrise du français que Jacobs, d'où l'emploi à contresens de quelques mots, ce qui me fait personnellement grincer des dents ("mortifère", première case page 38. Damned!). La fin est bâclée, donc... mais j'ai pris un plaisir coupable à lire cet album de 70 pages (!) jusqu'à sa moitié environ. Ce qui est déjà beaucoup plus que ce que j'avais pu accepter des médiocres albums précédents. Bref, je suis un vieux fan qui lit du Jacobs depuis presque 50 ans... et j'espère que cette équipe parviendra à confirmer ses qualités indéniables dans un prochain album.

En réponse à un message antérieur du 20 déc. 13 23:03:49 GMT+01:00
J'étais surtout consterné par les gros plans d'Olrik pages 60, 67, 69 et 70. La séance d'hypnose page 27 ne me semble pas non plus une réussite - et Jacobs ne pratiquait plus le gaufrier après "L'espadon". Mais le dessin d'Antoine Aubin me paraît dans l'ensemble fidèle au style de Jacobs.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Paluel Marmont
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Lieu : France

Classement des meilleurs critiques: 209