Commentaire client

21 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 LUDIQUE ET DIABOLIQUE... KUBRICK NOUS EMMENE SUR LES RIVES DE LA FOLIE, 3 mars 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shining [Blu-ray] (Blu-ray)
SHINING (1980) est le plus grand succès public de Stanley Kubrick, qui a d'ailleurs participé à renflouer les caisses de la WarnerBros. Tiré d'un roman de Stephen King, c'est un film de genre, très abordable, populaire, et voulu comme tel par le réalisateur, qui souhaitait tout simplement réaliser un film qui fasse peur. Mais peur en plein jour, en pleine lumière, à l'opposé de ce qui se faisait dans ce genre, jusqu'à présent.

SHINING s'appuie sur une trame dramatique très simple : Jake, un écrivain, accepte un poste de gardien dans un hôtel fermé au public pendant l'hiver, pour y travailler sereinement à son prochain livre. Il y emmène femme et enfant. Le temps passe, et chacun se retrouve face à sa solitude, ses angoisses, ses fantasmes... Kubrick y traite ses thèmes de prédilection, la perte de contrôle, la folie, l'opposition raison/émotion, et la famille (à partir de LOLITA, et à l'exception de FOLAMOUR, tous les films de Kubrick mettent en scène un couple et un enfant).

Le générique nous montre très astucieusement, vu d'hélicoptère, la voiture de la famille serpenter dans la montagne jusqu'à l'hôtel Overlook. En découvrant ce paysage, le spectateur comprend de suite la difficulté qu'il y aura à en repartir, en cas de tempête de neige... Le générique défile à l'écran mais... à l'envers ! Sensation d'étrangeté, dès le début, accentuée par la partition contemporaine de Wendy Carlos, d'après Berlioz. SHINING est un long compte à rebours. Des intertitres décomptent les mois, puis les jours, puis les heures qui nous séparent du dénouement. L'étau se resserre. Une fois les premières scènes d'exposition passées, mais loin d'être anodines, Kubrick va nous distiller sa science de la mise en scène, et amener le spectateur vers l'horreur.

L'utilisation du décor est primordiale. Kubrick y promène sa caméra de manière rectiligne, il affectionne la symétrie des éléments, pour mieux faire ressortir les dérèglements psychiques. Ces longs couloirs vides et silencieux parcourus en travelling par la caméra, sont comme le réseau de neurones de notre cerveau. Pour cela Kubrick avait commandé une caméra spéciale, que l'opérateur tenait grâce à un harnais. Elle permettait de réaliser des travellings sans rails, très fluides. On la connaît maintenant sous le nom de SteadyCam. Cette caméra s'immisce partout, comme un serpent venimeux dans tous les recoins de l'hôtel. Que se cache-t-il derrière ces portes de chambre ? L'hôtel est-il vraiment vide ?

Le film bascule dans le fantasmatique, l'irréel, et le génie de Kubrick est de parvenir à nous faire douter de tout. Jake est-il paranoïaque, schizo, le fils Danny est-il perturbé, affabulateur ? Qu'est ce qui est vrai, qu'est ce qui est faux, qu'est ce qui est inventé ? La force de Kubrick est de filmer le fantasme et le réel sans distinction. La scène où Jake commande à boire, au bar, est l'exemple type. Ou la discussion dans les toilettes. Kubrick parvient à nous faire adhérer à un point de vue, que l'on sait ne pas pouvoir être réel. Il nous amène à un tel état d'esprit que nous acceptons, à la fin, que Jake soit libéré de la chambre froide, alors nous avons vu Wendy en verrouiller la porte.

Une fois le spectateur définitivement perturbé, Kubrick passe la vitesse supérieure, et nous assène des morceaux de bravoure à couper le souffle. Jake menaçant Wendy d'une batte de base-ball, Jake défonçant la porte de salle de bain à la hache en chantant "little pigs, let me go in !" (décomposer cette scène, plan par plan, c'est diabolique !), ou encore les portes des ascenseurs s'ouvrant sur les hectolitres de sang, l'apparition des jumelles (absentes du roman), la chambre 237... autant d'images terrifiantes, traumatisantes, conçues pour nous hanter, davantage que les situations en elles-mêmes. Kubrick veut nous emmener sur les rives de la folie, dans un crescendo d'épouvante. Le point culminant étant la scène du labyrinthe végétal (absent dans le roman de King) avec ce travelling descendant incroyable, et encore une fois, l'utilisation judicieuse de la SteadyCam. Quant à ce qui se passe dans ce labyrinthe, je ne vous en dirai rien...

SHINING est un film ludique, qui joue avec nos nerfs, servi par un duo d'acteurs formidables : Jake Nicholson est au sommet de son art. Il singera le personnage de Jake dans de nombreux films ensuite. Shelley Duval (vue chez Altman) est bouleversante, malmenée par Kubrick qui la poussait à bout de nerf pour obtenir le résultat souhaité à l'écran. Le nombre de prises exigé par Kubrick dans SHINING dépasse l'entendement. Le dénouement énigmatique soulèvera beaucoup de questions, presque autant que 2OO1 et nous force à revoir le film sous un autre angle. Comme MULHOLLAND DRIVE (D.Lynch) autre labyrinthe cérébral, dont on ne peut pas nier la filiation.

Pour finir, quelques infos en vrac : si une version de SHINING de 145 minutes est disponible en DVD, le montage définitif souhaité par l'auteur est de 120 minutes. Fidèle à sa technique, Kubrick avait finalement coupé les scènes "explicatives". Le seul making-off disponible sur Kubrick a été réalisé par sa fille, sur le tournage de SHINING. Ne le rater pas. Ces images sont rares. Stephen King s'estimant trahi par Kubrick, supervisa un remake pour la télé en 1997 (no comment !).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 23 de cette discussion.
Message initial: 3 mars 09 17:59:36 GMT+01:00
Superbe chronique avec anecdotes. Le VU est déjà parti.
Amitiés.

Publié le 3 mars 09 18:36:39 GMT+01:00
François dit:
Pareil que Jacques, je n'aurais donc pas à chroniquer ce film, qui fait partie de mes favoris avec "Basic instinct" et certains Hitchcock et De Palma.

Publié le 3 mars 09 18:46:27 GMT+01:00
Brutor dit:
Du bon travail ! 4 VU (1 pour 2 paragraphes).
(Un cinéphile m'avait expliqué, il y a quelques années, que Stephen King s'était senti trahi parce que Kubrick avait occulté certains thèmes, bien plus dérangeants pour l"etablishement" que la schizophrénie. A cet effet, il m'assura qu'il y avait un site internet dédié à Stephen King relatant le détail de l'histoire - je n'ai jamais vérifié car je n'avais pas à ce moment là d'internet! -).
- Petite question à 2 balles : combien de VNU et en combien de temps ?

En réponse à un message antérieur du 3 mars 09 18:56:47 GMT+01:00
Luc B. dit:
Kubrick a supprimé tout l'aspect fantastique, malédiction, cimétière indien sous l'hôtel, explosion de la chaudière qui fait mourir le personnage... En fait, il n'a gardé que le contexte, la situation de départ, et a inventé le reste, et surtout la fin. Il a rajouté énormément de références à la psychanalyse. En fait, je ne connais pas le livre, je sais cela de bouquins sur Kubrick.

réponse à deux balles : je crois que le VNU a été posté cette fois moins de 5 minutes après la chronique ! reccord battu !

Publié le 3 mars 09 20:27:19 GMT+01:00
François dit:
Le mien (de posteur de VNU) s'est un peu calmé, il est moins réactif.....Fatigué ? :)

Publié le 4 mars 09 16:03:26 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 4 mars 09 16:04:22 GMT+01:00
Je viens faire appel au "tecnicien"" qui m'a déjà dépanné, orienté, ou expliqué les "pourquoi".
Ma question est pourquoi mon avis, depuis quelques jours, n'est plus comptabilisé, pris en compte lorsque je clique sur "Pensez-vous que ce message apporte quelque chose à la discussion ? " les "oui" restent vierges SUR MA PAGE malgré mon clic !
Amitiés.

En réponse à un message antérieur du 4 mars 09 16:57:52 GMT+01:00
Luc B. dit:
Je viens de cliquer "oui" à votre message, pour voir si cela réagit.
Mais je ne pense pas pouvoir vous répondre. Logiquement, on ne peut pas cliquer "oui" ou "non" sur ses propres avis ou commentaires... Désolé, je ne peux vous en dire plus.

En réponse à un message antérieur du 4 mars 09 17:46:41 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 6 mars 09 15:56:53 GMT+01:00
Evidemment, ce n'est pas sur mes commentaires, mais ceux de vous tous, et puis, c'est aussi utile pour les accusés de réception.
Merci.
Amitiés.

En réponse à un message antérieur du 4 mars 09 18:02:12 GMT+01:00
François dit:
Oui, j'ai remarqué ça, j'ai plusieurs fois cliqué sur "oui" à la question "Pensez-vous que ce message apporte quelque chose à la discussion ?" pour les interventions de Rockin et Brutor sur l'un de mes coms et ça n'a pas été comptabilisé....

En réponse à un message antérieur du 4 mars 09 18:11:02 GMT+01:00
[Supprimé par l'auteur le 10 mars 09 17:59:05 GMT+01:00]
‹ Précédent 1 2 3 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.4 étoiles sur 5 (88 commentaires client)
5 étoiles:
 (61)
4 étoiles:
 (12)
3 étoiles:
 (7)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:
 (5)
 
 
 
EUR 14,99
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Luc B.
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 149