Commentaire client

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le méga-planeur, 26 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wish You Were Here (CD)
L'album-hommage à Syd Barrett est en même temps un concept-album aussi abouti que chaleureux, sans doute l'album de Pink Floyd le plus accessible à mon avis, mais également le symbole, pour l'imaginaire et l'inconscient collectifs, de ce que représente le groupe, de sa musique et de son identité (pas encore réduite à celle de Roger Waters quelques temps plus tard). Tous les titres s'enchaînent (comme dans l'album précédent, "Dark Side Of The Moon"), à l'exception de "Welcome To The Machine" et "Have A Cigar".
1 - Shine On You Crazy Diamond (Part One) (Gilmour/Waters/Wright) (13:31) - La longue introduction (un peu plus de 8 minutes 40) est légendaire : très planante au départ, synthétiseurs seuls en une nappe presque immobile sur laquelle vient ensuite se poser la guitare électrique de David Gilmour pour un solo tout en douceur... Quatre notes résonnent, telles des cloches (guitare électrique avec un léger effet d'écho), pour amorcer la seconde partie de l'introduction, la guitare cette fois plus expressive, avec la rythmique. Puis enfin le chant arrive, magnifique couplet, refrain très connu, choeurs féminins; la fin est dominée par un assez long solo de saxophone qui nous emmène tranquillement mais sûrement vers le titre le plus sombre de l'album (et qui annonce l'album suivant tant dans les textes noirs que dans l'atmosphère un peu désolée)...
2 - Welcome To The Machine (Waters) (7:26) - Avec sa guitare acoustique répétitive, sa voix éplorée, ses claviers sinistres, ce titre est très proche de l'album "Animals". Le début donne le ton, avec ses bruitages industriels mystérieux. Et à la fin, on peut entendre une sorte d'ascenseur qui remonte comme vers la surface, vers l'extérieur, la lumière; et puis un soudain bruit de foule joyeuse et animée termine le morceau de manière complètement inattendue.
3 - Have A Cigar (Waters) (5:08) - Très ironique, sur les tromperies du music-business (comme le titre précédent), mais beaucoup plus "léger" (si tant est qu'une chanson de Pink Floyd puisse l'être), bien qu'à la couleur sonore comparable (en cela très proche également de "Animals", et en particulier de "Pigs"); chanté par Roy Harper, musicien bien connu en Angleterre, dont la voix se fond comme un seul homme dans la musique de Pink Floyd.
4 - Wish You Were Here (Waters/Gilmour) (5:41) - Quelques bruitages (conversation, minuscule extrait d'une symphonie de Tchaïkowsky, la Quatrième pour être précis), puis démarre la chanson qui donne son titre à l'album, la plus mélancolique du disque et aussi celle qui s'adresse le plus explicitement à Syd Barrett (dont on sait qu'il est venu une fois assister, incognito et méconnaissable, aux séances d'enregistrement de cet album); un titre plutôt acoustique, et qui se termine de manière presque aérienne, la voix et la guitare en osmose, bientôt recouverts par le vent, et ainsi se fait la liaison avec le finale :
5 - Shine On You Crazy Diamond (Part Two) (Waters/Wright/Gilmour) (12:21) - D'abord, une même note répétée à la basse, puis la rythmique arrive, sur laquelle vient se greffer un solo de synthétiseur puis de guitare électrique de plus en plus enlevé jusqu'à un passage calme, toujours dominé par la guitare, amenant la reprise du thème vocal entendu au début de l'album... Couplet, refrain, couplet, refrain, puis les voix s'effacent devant la longue conclusion instrumentale : rythmique avec orgue et guitare, solo de piano électrique (un de mes passages préférés de l'album), nouveau solo de synthétiseur en même temps que la musique baisse progressivement d'intensité, préparant le dernier thème, calme, rappelant celui du début de la première partie, mais cette fois-ci avec basse, batterie et piano en plus de l'électronique. Dernières notes aux synthétiseurs seuls, dans un fade tout en douceur...
La boucle est bouclée ainsi que cet album qui, s'il ne semble pas traduire une évolution particulière au niveau de la créativité du "méga-planeur", représente néanmoins une sorte d'achèvement formel, et le dernier véritable album de Pink Floyd en tant que groupe, avant la prise de contrôle par Roger Waters puis la séparation définitive.
A noter (en-dehors de celles de la pochette bien connue) les photos à l'intérieur de l'album (que l'on peut retrouver dans les versions remasterisées et vinyl-replica), dont ma préférée est celle avec le foulard rouge agité par le vent, sur un paysage de hautes herbes jalonné de deux rangées de peupliers, comme un adieu poétique à Syd Barrett dont l'esprit plane tout du long sur cet album de légende.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 5 oct. 10 07:16:00 GMT+02:00
Oh là ...................... , si Gilmour lit çà !!!!! Tu as réussi l'exploit d'écrire quelque chose d'original sur ce disque !!! Chapeau bas, bravo ! et en plus c'est intéressant ! VU mille fois !

En réponse à un message antérieur du 6 oct. 10 04:03:31 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 6 oct. 10 04:03:58 GMT+02:00
Hervé J. dit:
Les sons de cloches, c'est bien de la guitare (pas très trafiquée). Un VU intégriste.

Publié le 4 nov. 10 14:41:36 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 4 nov. 10 14:42:28 GMT+01:00
"welcome to the machine", si je ne me trompe pas devait figurer dans la b.o. du "dune" que jodorowski préparait. ça devait être un film d'animation créé par dan o'bannon. certains des décors qu'il avait créé on servit pour "alien 1". magma était aussi prévu sur la b.o, une réinterprétation en plus court de mekanik. . on a loupé quelque chose de grand, le film n'ayant jamais été tourné. pourtant frank herbert avait choisi la version jodorowski plutôt que la version david lynch
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 486