Commentaire client

22 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 MUET D'ADMIRATION...., 27 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Artist (Oscar® et César 2012 du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur) (DVD)
Au départ, un projet qui ne ressemble à rien de ce qui se fait actuellement, ni en France ni ailleurs. Le pari de Hazanavicius, en 2010, était sacrément culotté.
Car ce projet de se replonger dans le cinéma muet américain des années 20-30 et de son déclin, pouvait faire craindre une accumulation de clichés lourds dans une évocation nostalgique des productions de cette époque mais "The Artist" c'est bien mieux que ça, c'est un film épatant d'un Michel Hazanavicius inspiré, superbement construit, raffiné et porté avec talent par le jeu de Jean Dujardin, remarquable, mais aussi par celui de la craquante Bérénice Bejo, subtilement "glamour", qui sait si bien battre des cils, faire la coquette et rire dans son ascension vers la gloire, mais aussi qui sait si bien exprimer, en pleurant en secret, son amour indéfectible pour George dont la chute dramatique lui est insupportable.

Un film porté aussi, avant de parler des seconds rôles, par l'adorable petit chien Uggie craquant de drôlerie qui nous donne des leçons d'humanité : affection, courage, dévouement et fidélité, par un John Goodman en réalisateur truculent et par un James Cromwell en chauffeur loyal et digne, deux excellents acteurs qui donnent une touche hollywoodienne à cette romance mélancolique entre George Valentin, la star glorieuse puis déchue du muet, supplanté par la femme qu'il aime, une Peppy Miller triomphante, qu'il a aidée à monter les marches de la gloire, tandis qu'il les descend, vaincu, entraîné par son orgueil et par son entêtement....

Pour finir, grâce à Peppy, qui exige du réalisateur la réhabilitation de George, ils se retrouvent enfin réunis à l'occasion d'un projet de film, et nous font le plaisir de nous faire un numéro à claquettes, sans l'intention d'égaler, c'est évident, Gene Kelly et Debbie Reynolds, ou Fred Astaire et Ginger Rogers.

Scénario brillant, un très beau travail de cinéma aux plans souvent inventifs et bourrés de clins d'œil au cinéma muet évidemment, mais c'est aussi cela le grand art, c'est savoir réaliser un film totalement original, indépendant, en jonglant habilement entre ces clins d'œil aux anciens et sa propre identité.

Et de toute façon, comment ce film pourrait-il esquiver les clins d'œil au cinéma muet et à ses acteurs, puisqu'il est lui-même un film muet ? Bien sûr qu'il y aura des ressemblances, c'est inévitable !
Pour un film qui est une démarche artistique et un hommage à l'âge d'or d'un cinéma américain tombé dans l'oubli, le retour aux sources inspiratrices du muet dans les archives des années 20/30, était donc un passage obligé.
Cette recherche minutieuse n'avait pas pour but une vulgaire tentative de plagiat, ce qui n'aurait pas trompé les membres de tous les jurys français et internationaux (tous faisant partie du métier donc certainement pas naïfs), et qui l'ont donc récompensé pour son originalité.

Tout en s'inspirant de ses aînés (il le fallait bien), ce film n'a aucune prétention particulière de les imiter ou de les égaler, mais celle de nous divertir...
C'était un challenge voulu par toute l'équipe du film, faire du neuf avec du vieux. Le film est un film muet mais tourné avec des acteurs d'aujourd'hui qui évitent la théâtralité de ceux d'hier, avec le savoir faire des réalisateurs et les techniques cinématographiques de notre époque. Donc malgré le manque de dialogues, il n'y a pas pas cette surenchère dans la gestuelle et les grimaces comme dans tous les vieux films muets. L'Artiste reste sobre et c'est pour cela qu'il plaît, car il nous fait redécouvrir le charme du cinéma muet mais avec un jeu moins appuyé des acteurs, un jeu plus subtil, plus contemporain.

"The Artist" a la texture d'un souvenir qui n'appartiendrait à personne et à tous en même temps, celui d'un imaginaire qui serait moins celui du cinéma américain que celui du cinéma tout court.
Pour un spectateur, c'est une expérience hyper agréable, très sensuelle et beaucoup moins intellectuelle que le cinéma parlant. La photographie noir et blanc est superbe et la musique et les costumes ne le sont pas moins.

Alors pourquoi ne pas nous laisser aller au plaisir qu'il nous procure tout simplement, sans chercher des complications, ce film n'étant certainement pas destiné à être un sujet de philo, ou une tribune politique, ce pauvre artiste avait juste l'intention, par le biais d'un mélodrame frivole et romanesque dont raffolaient nos ancêtres, de distraire le public.
Alors pourquoi lui chercher querelle ?

Cette année, les Américains ont mis la France à l'honneur:
"Hugo Cabret" est un superbe hommage au Français G.Méliès, précurseur dans le domaine des effets spéciaux en réalisant, par exemple "Le Voyage dans la Lune", inspiré de Jules Verne, en 1902. Méliès utilise alors différentes techniques propres aux illusionnistes et invente les premiers et nombreux trucages cinématographiques...
Et le film "Minuit à Paris" de Woody Allen est plus qu'un hommage, c'est une déclaration d'amour à Paris.

Comme ils l'ont mise aussi à l'honneur dans le passé :
Pour n'en citer qu'un, ce chef-d'oeuvre de 1951:
"An American in Paris" de Vincente Minnelli avec Gene Kelly et Debbie Reynolds.

Alors si les Américains honorent le cinéma français et Paris, pourquoi les Français ne seraient-ils pas autorisés à honorer le cinéma américain et Hollywood ? Où est le problème ?
D'ailleurs on peut remarquer que beaucoup de commentateurs qui reprochent au film une certaine "complaisance" hollywoodienne, font eux-mêmes des clins d'œil éblouis à d'autres films américains...

On parlera dans le futur de "The Artist" comme d'un grand film d'auteur, avec des acteurs talentueux et un petit chien qui ne l'est pas moins.
Le plaisir, le charme, le divertissement, une pointe d'émotion, de joie, de drame, une pincée d'humour, sont au rendez-vous et ce n'est pas à dédaigner par les temps qui courent..
Et nous ne verrons plus désormais le cinéma avec le même regard.

Mais j'ai le pressentiment que ce film sera descendu en flèche....surtout par ceux qui ont besoin de réviser leur grammaire....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 2 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-9 sur 9 de cette discussion.
Message initial: 3 mars 12 09:10:44 GMT+01:00
Papoulin dit:
"Zavez pas vu Marion ?
Oh non, non, non, non, non,
Zavez pas vu Marion ?
Je la cherche partout !
Zavez pas vu Marion ?...
Ah! ça y est je la vois !"...(Nino Ferrer)
Oh, John, vous êtes un vilain garnement : c'est pas gentil d'avoir effacé tous les commentaires tellement intéressants de ma copine, et, du fond de ma campagne où, provisoirement exilée, je pédale dans la semoule pour mailer, je déplore le rapt de mon amie !
(En tous cas, la suite des événements a confirmé son jugement sur le film ! Dites lui, John, if you please ! thanks)

En réponse à un message antérieur du 3 mars 12 18:06:58 GMT+01:00
John Doe dit:
Retrouvez-moi sur le dernier commentaire paru : "J'ai un problème", je pense que c'est un appel à l'aide....

Publié le 7 mars 12 17:46:39 GMT+01:00
Bravo, John, vous avez écrit un commentaire qui rend pleinement justice à ce véritable chef-d'oeuvre en l'analysant brillamment ! Merci !

En réponse à un message antérieur du 8 mars 12 00:45:03 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 8 mars 12 05:00:47 GMT+01:00
John Doe dit:
Merci David, je suis un vieux romantique, et je pense que ceux qui ont descendu ce film ont perdu le sens du rêve et sont inaccessibles à l’émotion.
"The Artist" est un conte, une histoire, une ½uvre d'art subjective qui sait nous parler et nous émouvoir.
Mais ce petit film sans prétention, léger, simple et romanesque mais à l'élégance et à l'ingéniosité remarquables, est devenu l'enjeu de joutes intellectuelles redoutables qui laissent pantois....
Sa réponse : une centaine de récompenses internationales....
La mienne : "Une société sans rêve est une société sans avenir." (Carl Gustav Jung)

Amicalement.

En réponse à un message antérieur du 8 mars 12 10:51:21 GMT+01:00
Je suis d'accord avec vous, John, sur tous les points !
Si le coeur vous en dit, j'ai rédigé des commentaires sur les romans de Bernanos (alors que très peu d'internautes l'ont fait, un comble !) ou encore à propos de livres et de films sur Jeanne d'Arc.
Au plaisir de vous lire.
Cordialement.

En réponse à un message antérieur du 10 mars 12 07:15:56 GMT+01:00
non mais c est pas possible autant de mots pour definir un film aussi minable!!!!je comprends pas!!

En réponse à un message antérieur du 10 mars 12 21:52:57 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 10 mars 12 23:53:13 GMT+01:00
John Doe dit:
Oh vous n'avez pas compris? Je suis désolé, je vais préciser :
Je faisais un commentaire sur "Indiana Jones et l'Artiste Maudit"....
Là là, ça va mieux ?

En réponse à un message antérieur du 11 mars 12 08:02:52 GMT+01:00
Papoulin dit:
Bon Dieu, mais s'est bien sûre !
Enfin !!! Je compran tout , merci M.Doe, j'ais lontant cru qu'on parlé du dernier film du grand John Of Garden ...ouf ! j'en reste sans pas rôle !

En réponse à un message antérieur du 11 mars 12 15:42:26 GMT+01:00
Merci, Papoulin, pour votre brillante parodie du "style" aurethôgrahaffyckq de certains internautes !
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Lieu : USA

Classement des meilleurs critiques: 8.649