ARRAY(0xa7cb0ac8)
 
Commentaire client

59 internautes sur 68 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Je l'ai lu, 13 février 2010
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : De la guerre en philosophie (Broché)
Il y aurait beaucoup de bonnes raisons de ne pas écrire ce commentaire. La première est qu'il existe depuis très longtemps une philosophie mondaine distincte de la philosophie savante : il serait dérisoire de vouloir l'empêcher d'exister. Hume par exemple souhaitait les combiner plutôt que les opposer. Mais nous ne sommes plus à l'âge des salons et de la conversation polie ; nous sommes à l'ère des médias (Point, Express, Match, Libé, radios, télés) et voici une marchandise culturelle et sa publicité agressive, dénuée de la légèreté du causeur, qui excuse tout. La meilleure chose à faire serait d'ignorer cette marchandise et d'opposer au tintamarre (dont la polémique n'est que le prolongement) le droit de regarder ailleurs, de penser à autre chose. A défaut, on peut aussi dire ceci.

De la philosophie vivante, celle qui s'est faite depuis qu'il a quitté l'ENS, Bernard-Henri Lévy ne sait à peu près rien. Rarement les philosophes ont autant philosophé ; mais pour suivre, il faut s'instruire ; ouvrir des ouvrages non traduits, remettre en cause ses premières certitudes ; se déplacer avec l'évolution du savoir (et il y a un savoir philosophique, qui dialogue avec d'autres). Tout ce qu'il peut donc faire, c'est parler de lui, vivre au milieu des morts, porter des jugements à l'emporte-pièce sur des auteurs canoniques (Kant : « philosophe sans vie et sans corps», un étudiant de première année peut et doit faire mieux). Cette forme de philosophie littéraire, riche en formules et pauvre en arguments, où on fait mine d'avoir des idées quand ce sont celles des autres(Je en mouvement contre Je stable : quelle découverte bouleversante), était peut-être acceptable il y a très, très longtemps, mais elle a beaucoup vieilli. Que son auteur puisse citer un canular comme une référence sérieuse (Botul, p. 122, voir le Canard Enchaîné du 10 février 2010) n'est donc pas un accident : c'est un signe parmi d'autres de son amateurisme, je veux dire de sa totale incompétence.

De la philosophie académique, il ne sait rien et ne veut rien savoir. Qu'importe certes pour sa notoriété, puisqu'il sera commenté dans la « grande » presse, congratulé par des gens qui n'en savent pas davantage que lui. Mais son idée n'est pas: j'ai le droit de philosopher, moi aussi (pourquoi pas, on juge sur pièce). Elle est plutôt : là où je suis, je peux penser, et l'Université elle n'est pas un lieu propice pour cela (p. 36, p. 38). Cette médiocre charge repose sur l'ignorance de la qualité des travaux ; sur le cliché de la sclérose des institutions, opposée à la liberté du penseur qui embrasse l'univers du regard depuis la terrasse du Café de Flore. Mais l'enseignant qui prépare un cours sur la base de l'état de l'art malgré tout ce qui conspire à l'en empêcher, le chercheur à l'avenir incertain qui travaille toute l'année sur des sujets austères, et qui a pour horizon social la critique argumentée de ses idées et non le plateau de Canal Plus, sont libres d'une liberté bien plus concrète que l'intellocrate démodé qui voit sa barque prendre l'eau, ressasse ses souvenirs et court après sa propre gloire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Classer par: Le plus ancien d'abord | Le plus récent d'abord
Afficher les messages 1-10 sur 41 de cette discussion.
Message initial: 18 févr. 10 17:18:49 GMT+01:00
BAGRATION dit:
VU++++enfin des arguments pensés (les miens sont polémiques). On verra si une discussion argumentée peut se créer à partir de votre commentaire ou si c'est "Vox clamans in deserto".

En réponse à un message antérieur du 18 févr. 10 18:26:25 GMT+01:00
Merci, Bagration. J'avais fait pareil pour votre commentaire.

Une discussion argumentée? Cela m'étonnerait.

En réponse à un message antérieur du 18 févr. 10 20:34:18 GMT+01:00
Comment reconnaître un « faussaire du commentaire »...

Le livre n'a pas été lu. Ce commentaire n'est qu'un règlement de compte de plus, la compilation laborieuse, fastidieuse mais
« appliquée » de tous les ragots propagés sur la toile et ailleurs.
La réputation n'est que la somme des malentendus accumulés sur son compte dit Michel Onfray. Ce commentaire en est l'illustration. C'est l'homme qui est méprisé. La pensée est ignorée.

Alors la philosophie de Bernard Henri Lévy résumée et attaquée de façon simpliste, réductrice dans ce commentaire ? même pas : une accumulation « stéréotypée » de tous les poncifs de la doxa, la vulgate rien que la vulgate. La méthode tourne au procédé : les arguments avancés sont éculés, usés... sourire.

Le commentateur a « brodé » ce texte roboratif, ronflant, confus... autour de ses seuls a priori. Tout cela n'est qu'un procès d'intention, un de plus... Quand on affiche une telle prévention contre une personne - pas contre son œuvre que l'on néglige complètement - on ne lit pas un livre dans le but de renforcer des « convictions » déjà forgées, fortement ancrées et aussi inamovibles que des menhirs... sourire.

Ce n'est pas cette guerre-là qu'évoque Bernard Henri Lévy dans son livre.

En réponse à un message antérieur du 18 févr. 10 21:23:41 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 26 févr. 10 08:39:28 GMT+01:00
Red Dog dit:
Pour que le livre fut lut il eut fallu qu'il y eut qqch à dire.
La "philosophie de BHL" ne peut être réduite car l'on ne peut réduire qqch qui n'existe pas.
Je ne lirai pas ce machin: j'ai vu le zozo se fait clouer le bec par Naulleau et Zemmour: ça me suffit. J'y ai pris beaucoup de plaisir.

Publié le 19 févr. 10 09:24:51 GMT+01:00
LD dit:
Manque de temps, d'énergie, de courage (que vous avez: celui de pouvoir juger sur pièces). Je vous remercie grandement de nous donner un avis circonstancié et pondéré. Qui ne devrait en effet pas nous dispenser de le lire et de venir alimenter une discussion argumentée, mais malheureusement ne fait que renforcer ce que nous sommes déjà un certain nombre à penser et risque d'en décourager plus d'un d'aller y voir.

En réponse à un message antérieur du 19 févr. 10 09:42:36 GMT+01:00
Ce commentaire de « Le seul vrai etc.. » est mon préféré.

Honnête, franc, sincère, authentique, il exprime sans fard, sans détour et surtout sans complexe la « petite méchanceté ordinaire ». Il remplace parfaitement, en les résumant, les diatribes indigestes... Il ne se retranche derrière aucun argussi...
Il a, sans doute, regardé une émission de TV et a pris du plaisir au « spectacle » d'un homme que l'on étrille... C'est direct. Cependant, pour la « Curée » je préfère Zola.

Le philosophe fascine décidément au point de remplacer avantageusement un match de football non ? car c'est bien comme cela que vous l'avez regardé.

Quelle arène cette toile ! Bernard Henri Lévy ne vous renierait pas : du médiatique rien que du médiatique mais pas de lecture... Amazon c'est bien votre tribune médiatique non ? Alors Bernard Henri Lévy philosophe amateur et « aimanteur » des médias ? mais et vous, et nous devrais-je dire, car je m'inclus, pour cette fois... vous utilisez cette tribune. Vous ne vous limitez pas à une discussion entre amis. Vous prenez bien un porte-voix...

En réponse à un message antérieur du 21 févr. 10 07:37:27 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 9 mars 12 10:40:23 GMT+01:00]

En réponse à un message antérieur du 22 févr. 10 09:52:51 GMT+01:00
LA riTOURnelle de la calomnie de LATOUR.

Je vous crois moi... quand vous vous vantez d'être un expert dans le domaine de la chasse à l'homme... mais pas dans l'exégèse des oeuvres... sourire.

Vous avez contracté jusqu'aux manies, aux « tics » des intellectuels qui ne manquent jamais de renvoyer, dans un débat, l'interlocuteur ou l'auditeur, à ses propres ouvrages...

En réalité vous êtes un émule des affamés de médias... Vous puisez vos sources sur la toile mais n'avez pas lu le philosophe ni même la presse citée comme référence. Vous « picorez » ici et là ce qui vous semble le plus croustillant... mais uniquement sur le net. Vous êtes donc vous aussi « ventriloque »...

C'est ce qui fait tout le comique de votre commentaire forcément simpliste... C'est... désopilant !
Encore...

Publié le 23 févr. 10 16:44:09 GMT+01:00
Michel dit:
Oui, il existe une "philosophie mondaine" à côté de la "philosophie savante". Mais ce n'est pas une activité méprisable, c'est un complément, qui permet (ou peut permettre) à un vaste public d'accéder à la connaissance des enjeux philosophiques sans se laisser rebuter par l'abord souvent austère de la "philosophie savante". Par exemple, Michel Serres, grand philosophe, lui, a produit des livres "coriaces" relevant à l'évidence de la "philosophie savante", mais c'est à travers ses interventions télévisées (je pense à ses analyses magnifiques des différents niveaux de lecture des ouvrages de Jules Verne) qu'il a réussi à faire partager au plus grand nombre sa curiosité philosophique et son bonheur de réfléchir. Il est injuste de reprocher à BHL de relever de la "philosophie mondaine": c'est un choix qu'il a fait et qui lui a porté chance (je présume qu'il a eu plus de lecteurs que Derrida).
On ne peut pas non plus lui reprocher de céder à la tentation des mots d'esprit: c'est une tradition bien française. Si on tient en France Voltaire pour un philosophe, c'est certainement plus pour ses mots d'esprit que pour sa contribution conceptuelle, qui est bien maigre.
On peut en revanche reprocher à BHL d'appliquer trop à la lettre la formule de Descartes "je pense donc je suis", au lieu de "je pense donc je précède", ce qui pourrait être la maxime d'une philosophie innovante et courageuse : BHL surfe sur les idées à la mode, ce qui est bien plus confortable que de ramer à contre-courant. Et, après avoir pourfendu avec talent le stalinisme dans ses ½uvres de jeunesse ("La barbarie à visage humain"), d'avoir succombé aux charmes de la méthode stalinienne, consistant à diaboliser ses contradicteurs: "je suis dans le camp du bien, donc tous ceux qui ne sont pas d'accord avec moi appartiennent à l'Axe du Mal". A vouloir se construire une position en surplomb du débat, il esquive le débat de fond sur les idées qu'il exprime pour le concentrer sur des points purement anecdotiques ("Botul" et autres) sans aucun intérêt. Ce qui est dommage est que l'establishment médiatique (dont il est un membre éminent et sans doute influent) lui accorde un statut que son ½uvre, quoique bien écrite et agréable à lire, et sa vision du monde, aimable et superficielle, ne méritent pas. Je suggère, comme antidote aux idées labellisées BHL, la lecture du livre d'Alexandre Zinoviev, "L'occidentisme" (paru dans les années 1990 mais hélas plus en catalogue), où il démonte la mécanique du recyclage des méthodes staliniennes (qu'il connaît bien par expérience directe) au service d'une idéologie postmoderne indolore, sans nuances et sans saveur dont BHL est un des hérauts.

En réponse à un message antérieur du 23 févr. 10 18:02:41 GMT+01:00
Michel, Voltaire était un vulgarisateur de talent, en plus d'un conteur de génie. On lui doit avec les Eléments de la philosophie de Newton une contribution décisive à l'introduction des idées de celui-ci en France.
Voltaire newtonien : Le combat d'un philosophe pour la science. Pas mal pour un esprit léger. La diffusion des idées des autres est une activité noble et utile. Dans le cas présent il ne s'agit pas de cela.

Votre jugement sur BHL est dans son ensemble plutôt négatif. Si vous lisez cette conférence, je doute qu'elle vous fasse changer d'avis.
Cordialement, D.
‹ Précédent 1 2 3 4 5 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

1.8 étoiles sur 5 (8 commentaires client)
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (6)
 
 
 
EUR 12,70 EUR 12,07
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Denis Urval
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   

Lieu : France

Classement des meilleurs critiques: 8