undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Commentaire client

23 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 GIMME A "F" GIMME A "U" GIMME A "C" GIMME A "K" ..., 18 août 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Woodstock (DVD)
WOODSTOCK c'est un festival de musique (16 août 1969), une époque, un film, un disque... c'est tout cela ensemble, c'est un mythe. Après Monterrey, Altamont, et avant Wight, c'est le rêve incroyable de Michael Lang, et une poignée d'investisseurs, persuadés de réaliser un gros coup financier. Mais dans le cas qui nous intéresse, c'est un film de Michael Wadleigh. Donc parlons cinéma !

Le film tient son titre de la petite ville de Woodstock, célèbre pour avoir été le lieu de repos de Bob Dylan après son accident de moto. Manque de chance, ce n'est pas là que le concert aura lieu, mais à 100km de là, à Bethel. Le scénario est classique, vues sur le terrain vide, arrivée des techniciens, puis du public, avec son embouteillage monstre, puis des artistes, et déroulement chroniologique des faits. Mais WOODSTOCK est davantage qu'un compte rendu de concert. C'est un grand film documentaire sur une génération, une époque, un film anticonformiste, comme son réalisateur. Anticonformiste par sa longueur (3h10) et par l'utilisation du format. Il a été tourné en 16mm (format 1.66) mais gonflé ensuite et tiré sur pellicule 2.35, plus communément nommée cinémascope. Et ce, alors qu'aucun plan est en scope ! L'idée de Michael Wadleigh était d'utiliser la largeur de l'écran pour y mettre deux images, et tout simplement de montrer plus de choses. Le format des images changent donc constamment, s'adaptant à ce que l'on veut montrer. Le cadre à la carte ! Anticonformiste encore, car pour un festival de stars du folk ou du rock, celles-ci semblent passer au second plan. D'ailleurs sur 12 caméras, seules trois s'occupent du concert, les autres sont ailleurs. Dommage, car qu'est ce que c'est mal filmé ! On ne retient de Richie Havens que ses narines ! Le cadreur est à genou au pied du micro, ne filme que les chanteurs en contre plongée, et en zoomant en plus ! La mâchoire d'Alvin Lee n'a jamais été si chevaline ! Où est Keith Moon pendant la prestation des Who ? On ne voit que le torse épilé de Daltrey sous sa veste à franges ! Aucune caméra sur pieds ne filme la scène dans son ensemble. Pourquoi ?

Car le grand héros du film, le vrai, c'est le public. Cette fameuse « génération Woodscock », ces gamins beaux comme des dieux, épanouis, le regard pétillant, les neurones qui pètent un à un sous l'effet des acides gobés en guise de petit dej'... mais tellement heureux d'être là, essayant d'expliquer ce qu'ils sont, ce qu'ils aiment. Comme ce jeune couple interviewé, dont le garçon parle de son père, émigré, pour qui les USA représente tout, alors que pour le fils, tout n'est que contestation... Incompréhension générationnelle. Mais le gamin pense malgré tout que son père comprend son point de vue. Magnifique passage. Ou encore cet interview de Lang qui parle gros sous, sur l'écran de gauche, pendant que sur celui de droite, un couple au loin, filmé au zoom, se déshabille, se couche dans l'herbe et fait l'amour. Beauté et perfidie du montage ! (120 km de rush, et un certain Martin Scorsese crédité au montage...). On se souvient du toboggan de boue, concours de glissade, de la foule hurlant « no rain » pour arrêter le déluge, les tirades anti-Vietnam, des passages de joints, des pipes en alu, de ces nymphettes demi-nues dansant dans les effluves, et les gamins partout. Et puis les gens du coin, interviewés au début, qui voient déferler la horde sauvage (« des p'tits gars très bien élevés, toujours bonjour et merci » ; « y'en a un qui voulait m'acheter 4 glaçons... je savais pas quoi lui dire, moi !») et se remplir leur porte-monnaie, car comme le rappelle un commerçant : « les jeunes, faut qu'ça mange » ! On voit le public affluer, contourner les entrées, resquiller, et un Michael Lang dépité, qui voit sa trésorerie s'envoler, déclarer au micro : « à partir de maintenant, le festival est gratuit ! ». WOODSTOCK c'est ça. L'intelligence de Waldleigh est de n'avoir pas réduit son film sur les performances musicales, mais d'avoir osé penser en grand.

Mais parlons quand même rock'n'roll ! Il y a les grands absents, les Doors, les Stones, Led Zep, Dylan, d'autres retirés du montage (Creedence, Greatful Dead, Joplin, sur le premier montage), mais reste du beau linge ! Revoir les débuts de Joe Cocker, encore conscient de ce qu'il chante, mimant tour à tour tous les instruments dans une transe incroyable, le juvénile Arlo Gurthie estomaqué de l'événement, Joan Baez a capella [et qui donne des nouvelles de son mari : « il va bien, il a été transféré de prison, et a fait une grève de la faim » (sic !)], la furie Alvin Lee sur « Going home », une prestation de Sha-Na-Na totalement surréaliste et poilante, le sourire angélique de Janis sortant de l'hélico, avant les brumes éthyliques et opiacées d'une prestation honteuse, un Bear des Canned Heat très en forme, et un fan qui vient lui piquer une clope, et bien sûr Jimi Hendrix au petit matin, qui balance son napalm sonore sur ceux qui ont encore la force de tenir debout, les pieds noirs entre les canettes cabossées. On reste pantois devant une telle affiche, une telle qualité de musique, hard, rock, blues, folk. Sur scène, on est bien loin de l'imagerie hippie. C'est l'énergie rock qui domine.

WOODSTOCK a sonné le glas d'une époque, de l'été 67, le début de la fin des idéaux. Il en reste ce témoignage miraculeux, grâce à la ténacité de Michael Lang, et du travail de cinéaste de Wadleigh, qui a du batailler avec la Warner pour imposer ses choix, qui reçut l'Oscar en 1971 du meilleur documentaire.

WOODSTOCK est davantage qu'un documentaire, c'est désormais un document.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail
Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 19 de cette discussion.
Message initial: 18 août 09 11:50:47 GMT+02:00
C'est vrai que ça donne souvent l'impression d'être filmé avec les pieds.
Scorsese est crédité parce qu'il était un des 17 ou 18 cameramen présents aux côtés de Wadleigh.
Question: c'est comment au niveau du son sur le DVD (je ne l'ai vu qu'à la télé) ?
Parce qu'au niveau des séries de Cds de chez Sony, c'est assez ... étrange (j'ai mis un com aujourd'hui sur le Sly Stone).
Hommage de circonstance, et VU.

En réponse à un message antérieur du 18 août 09 13:04:12 GMT+02:00
Luc B. dit:
Franchement, je l'ai vu (et revu hier encore) à la télé, et j'ai une version VHS ! ! !
Méa Culpa...
Je sais que Wadleigh avait beaucoup misé sur le son (super stéréo machin chose), mais je ne peux en dire plus.
Pour entendre Canned Heat eructer leur génial blues rustique, le THX 5.1 surround tri-bandes compressé à 9,7% est-il vraiment nécessaire ?!!!

Publié le 18 août 09 16:24:44 GMT+02:00
dom370 dit:
1 vu pour cette excellente chronique. Woodstock, toute une époque en effet! Et je me souviens de Jimmy Hendricks, à la fin de sa prestation, qu'on voit engueuler son gratteux rythmique (si je me souviens bien), pour un truc qui, bien sûr, nous a totalement échappé!

En réponse à un message antérieur du 18 août 09 17:10:02 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 21 mai 11 11:07:28 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 18 août 09 17:19:08 GMT+02:00
Luc B. dit:
Mais quand serai-je prêt, Maître Obiwan ? Dites-moi, quand ? J'ai tellement envie d'entendre ces futilités...

Publié le 18 août 09 19:09:30 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 19 août 09 12:18:53 GMT+02:00
Bravo Luc ! Tu t'es fendu d'une chronique poussée et colorée. Je t'offre un VU très amical et sincère.

Publié le 18 août 09 21:32:11 GMT+02:00
Bonne remarque sur le mouvement hippie qui est bien mort et enterré (par les freaks à San Francisco en 67, cf Barney Hoskyns et Barry Miles) à l'époque de Woodstock, sauf, bien sûr,pour les mercantis qui se chargent de tout recycler.

Publié le 19 août 09 12:03:55 GMT+02:00
Passionnant ce com. Excellente vision et description imagée côté acteurs et côté spectateurs, malgrès les petits défauts du documentaire (film ?). En lisant le com je suis presque sûr que j'y étais, y a qu'à fermer les yeux, ensuite....

Woodstock (Bethel) J'avoue qu'à l'époque (en France) on en parlait peu ou mal, à part quelques mordus, quelques initiés.
Je commençais à bosser (du lundi matin au samedi soir et souvent 10h de chantier) dans les TP, pas facile après 68 (et encore j'avais eu la chance d'avoir un chantier de nuit d'Orsay à Austerlitz en mai 68). Alors les chemises à fleurs, les Peace and Love, les adeptes du fromage de chèvres dans le Larzac, les grateux boutonneux place St Michel, les fantômes nimbés d'un voilage de fumée herbeuse .... tout cela nous pelait un peu la couenne.
Est-ce que j'aurai loupé quelque chose d'important ?
Pourtant j'aimais Baez, Dylan, Melanie, Cohen ... Hoocker, Spann, Hendrix ....
Et en france on avait Cloclo et ses paillettes ..... et une télé de medre (quand on avait l'ocase de la regarder), SI, quelques matchs de Rugby !.
Bon sang que ça fait du bien de se lâcher !...

Faut à tout prix que je regarde ce doc.
Encore BRAVO pour ton COM.

En réponse à un message antérieur du 19 août 09 12:50:15 GMT+02:00
Luc B. dit:
Et merci pour cette évocation, éloignée de l'imagerie qu'on se faisait de cette année là.
Avez-vous vu l'excellent "Milou en mai" de Louis Malle ? (à voir absolument, jubilatoire)
C'est vrai, comme le soulignait je ne sais plus qui, que Woodstock, est devenu une légende après la sortie du film et des disques, mais sur le moment, pas sûr que l'info ait traversé l'Atlantique...

En réponse à un message antérieur du 19 août 09 13:26:24 GMT+02:00
Il y a pourtant des similtudes France/USA: aux Etats-Unis aussi, les ouvriers du bâtiment coursaient les hippies pour les tondre...
‹ Précédent 1 2 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Luc B.
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 542