Commentaire client

15 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Efficace mais inabouti., 6 septembre 2013
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Elysium [DVD + Copie digitale] (DVD)
Neill Blomkamp, après l'excellent District 9, continue d'explorer un genre qui semble cher à son cœur : la science-fiction. Mais pas une science-fiction foisonnante d'aventures se déroulant sur des planètes lointaines et inconnues. Non. Une science-fiction pleine de sang et de larmes, une science-fiction qui reste invariablement ancrée sur une Terre dévastée.

Dans District 9, son premier film, Blomkamp livrait, en plus d'un très grand film fantastique, une dénonciation acide de l'apartheid sud-africain. Dans Elysium, c'est la politique des pays développés vis à vis des pays du tiers monde (et plus particulièrement la situation entre Amérique et Mexique) qui est visée. Tenant donc un message à fort potentiel et un budget conséquent (à peu près 100 millions de dollars), le réalisateur s'entoure alors d'un casting irréprochable.
Matt Damon, tatoué et rasé, tient le film entier sur ses épaules (musclées pour l'occasion) dans un rôle à contre-emploi, tandis que Jodie Foster, en seconde tête d'affiche, est irréprochable en politicienne navigant en eaux troubles.
Du côté des seconds couteaux, William Fichtner (Pearl Harbor), Alice Braga (Predators) et Diego Luna (Le Terminal) livrent des performances, qui, sans être inoubliables, n'en demeurent pas moins sans défauts. La surprise vient alors de Sharlto Copley (héros de District 9), méconnaissable dans un rôle de fou écumant de rage et de violence. Véritablement habité par son personnage, il parvient à hisser sa prestation à la hauteur de celle de Damon, et prouve qu'il est un comédien à suivre de près.

L'histoire, portée par cette brochette d'acteurs confirmés, trouve également un moyen d'expression pour le moins réussi grâce aux décors et effets spéciaux du film. Ce dernier s'ouvre sur une vision dantesque de buildings transformés en bidonvilles, pour, quelques plans plus tard, enchaîner sur Elysium, immaculée station spatiale pour milliardaires.
La note est dès lors donnée : le long-métrage se base sur une dichotomie radicale entre terriens misérables et élyséens privilégiés, mais surtout, sur deux esthétiques diamétralement opposées.
D'un côté, la Terre, dortoir à ciel ouvert où grouillent vermine et pauvreté et où dominent les décors de plateaux, entre teintes ternes, usines crasseuses et maisons décrépites et branlantes. De l'autre, la station spatiale, au design épuré remarquable, nous transporte dans un univers où fiction et réalité se rejoignent. Des vaisseaux spatiaux côtoyant des villas hollywoodiennes ou encore des banquets avec vue sur la Terre donnent un sentiment d'irréalité, appuyé par cette vision de la blanche Elysium admirée par un enfant depuis la planète bleue. Le réalisateur, comme pour son précédent film, souhaite donc nous faire comprendre que quelque chose ne va pas dans cette société. Et, collatéralement, dans la nôtre.

Cependant, il est surprenant de voir les monstrueusement grosses ficelles que Neill Blomkamp utilise pour ancrer en profondeur son message. District 9 jouait sur le sous-entendu permanent vis à vis de l'apartheid, sur des situations chocs et jusqu'au-boutistes et sur un cynisme troublant. Ici, étrangement, les bases d'une telle réflexion sont posées...mais ne sont jamais développées, car vite cannibalisées par des rebondissements sans prises de risques qui se veulent tout public. Le script, prometteur au début, donne ainsi vite l'impression de redescendre comme un soufflé, pour, lors des séquences finales, devenir aussi plat qu'un ballon crevé. Comme si Blomkamp avait voulu jouer sur deux terrains, la série B sans censure et le blockbuster calibré. La pente étant glissante, Elysium mise alors beaucoup sur ses scènes d'action.

Et dans le genre, la plus grande partie du long-métrage est sans défauts : effets spéciaux parfaits, musique martiale, combats chorégraphiés au millimètre, scènes de fusillades empestant la poudre, la poussière et l'hémoglobine (à ma grande surprise, certaines séquences frôlent d'ailleurs le gore !), bref, à défaut d'une mise en valeur forte des idées porteuses, on peut légitimement se dire que le projet se rattrape du point de vue de l'action.

Mais néanmoins, plus le temps passe et plus la lisibilité des combats perd en efficacité : d'un léger tremblement au début du film, on arrive à une scène de combat final pratiquement illisible faute à des plans terriblement hachés et à une caméra secouée à n'en plus finir. Dommage, car le sentiment d'urgence qui s'en dégage aurait mérité un travail plus valorisant de l'image.

Que dire, donc, au final, d'Elysium ?
Sans être un chef-d'œuvre donnant lieu à une intrigue riche et inédite (seule la station et l'apparence robotique de Damon paraissent novateurs), il n'en est pas moins un très efficace film de science-fiction, mais surtout, la première expérience d'un talentueux réalisateur dans l'univers du gros budget. Encore tâtonnant à trouver où positionner sa créativité et son esprit revendicatif à Hollywood, Neill Blomkamp ne semble néanmoins avoir perdu ni son intégrité, ni son sens du spectacle. Il est donc probable que le temps lui apprenne à ne pas tenter à tout prix le compromis artistique, ce compromis qui constitue le talon d'Achille du présent long-métrage.
Et ce dès District 10, en cours d'écriture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

Soyez la première personne à commenter cette évaluation.

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 


Détails de l'évaluation

Article

3.7 étoiles sur 5 (132 commentaires client)
5 étoiles:
 (51)
4 étoiles:
 (26)
3 étoiles:
 (33)
2 étoiles:
 (10)
1 étoiles:
 (12)
 
 
 
EUR 10,02 EUR 9,99
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

matt
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 393