Commentaire client

40 internautes sur 42 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 BACH OFFICE, 10 juin 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Passion selon Saint-Jean (CD)
ATTENTION: CE COMMENTAIRE A UNIQUEMENT POUR SUJET LA PASSION SELON JEAN DE JS BACH DIRIGE PAR Peter SCHREIR ET NON SA VERSION DE LA PASSION SELON MATTHIEU.

Le moins que l''on puisse écrire, c'est que les captations de la Passion selon Saint Jean de JS BACH sont légions. Et 4 à 5 nouveaux enregistrements environ apparaissent bon an, mal an. Reconnaissons qu'il y a où se perdre et que le médiocre est malheureusement trop souvent au rendez-vous. Et puis pour la grande majorité de nos congénères, cette Passion, c''est « la messe »: erreur au pluriel.
Parmi ces versions, seules quelques unes sortent du lot à des titres divers (liste non exhaustive): Karl RICHTER (1964), Wolfgang GONNENWEIN (1970), Philippe HERREWEGHE (1977 et 2001), Sigiswald KUIJKEN (1987, (Roy GOODMAN (1996)'et celle concernée par le présent avis.
Un commentaire sur une œuvre aussi « sensible » et importante de la musique occidentale et au-delà, demande donc un minimum de précaution, tant il est vrai qu'il est aisé de tomber dans le piège de l''expression de la certitude espérée définitive mais trop souvent un peu limité en sens.
L''expression musicale des derniers jours de la vie terrestre de Jésus se révèle être une tradition datant des premiers siècles de la chrétienté et psalmodiée à 4 jours différents de la Semaine Sainte. Cependant ce n''est qu''au IX em siècle qu''on en retrouve des traces écrites architecturées autour des récits des 4 évangélistes. Donc, à l''origine, nous nous trouvons en face d'un drame religieux musical basé sur un récit et pas devant un chant religieux marqué par une dévotion particulière.
Grosso modo, la structure de la Passion à l''époque est inégalement duale : d''un coté des solistes (le narrateur Evangéliste, Jésus, Pierre, Pilate, Judas..etc.. et de l''autre la foule ( turba ou turbae) s''exprimant par l''intermédiaire de 3 ou 4 Chantres précurseurs du Chœur.
L''évolution viendra d''Allemagne durant la Réforme, La langue allemande se substitue au latin « démocratisant » ainsi la portée de la Passion. Cependant les instruments de musique profanes sont toujours exclus des églises et la polyphonie s''empare de la Passion (Introduction de la « Passion-répons » par Johann WALTHER, un ami de LUTHER). Cette forme connait son apogée avec Heinrich SCHUTZ (Egalement nommée « Passion-motet » par les musicologues).
Peu à peu la « monodie » venue d''Italie irrigue la Passion (Chants accompagnés d''instruments de musique séculiers)
La touche finale viendra de Hambourg en 1712 par la composition du livret de BROCKES. En effet, cette année là, Barthold Heinrich BROKES, conseiller municipal de Hambourg, publie la plus reconnue des versions poétique de la Passion de Jésus : « Der für die Sünde der Welt gemartete und sterbende Jesus » (Jésus martyrisé et mourant pour le péché du monde). KEISER, TELEMANN (46 Passions au compteur) et bien d''autres la mettrons en musique et JS BACH s''en inspire pour le livret de sa passion selon Saint Jean. Nous y voilà.
Ainsi avons-nous, en quelque sorte, et au-delà de la qualité de l''interprétation, une sorte de « grille de lecture » pour appréhender la forme et le fond d''une Passion à l''époque de JS BACH :
* Il s'agit bien d''un drame musical religieux, mais pas une œuvre musicale religieuse dédiée à la dévotion.
* L''orchestre soutient l''œuvre, il ne la détermine pas. Une Passion n'est pas une symphonie chantée.
* Une Passion ainsi définie ne supporte pas les déviations « romantisantes » ou louchant vers l''opéra
* La Passion est un Oratorio entendant équilibre entre le récitant, les solistes, le Chœur et l''orchestre.
Beaucoup d''interprétations n''évitent pas au moins un de ces écueils, y compris parmi celles citées plus haut.
Revenons à JS BACH. La première interprétation de sa Passion selon Saint Jean a lieu le 7 Avril 1724, un Vendredi Saint (Voir plus haut) en l''église de Saint Nicolas à Leipzig. En 1725 l''œuvre est donné dans sa seconde version. 3em exécution entre 1728 et 1732 et dernière entre 1746 et 1749, soit à la fin de la vie terrestre de JS BACH. La différence entre la version de 1724 et celle de 1725 réside dans le Chœur d''ouverture : « Herr, unser Herrscher « en 1724 et « O Meusch, bewein'dein Sünde gross » en 1725. Il est à noter que c''est ce même chœur qui conclut la première séquence de la Passion selon Saint Matthieu du même compositeur. C'est la version de 1724 qui est interprétée de nos jours.
Aïe, aïe, aïe..Je suis en train de vous écrire un roman !
Passons donc à la présente version.
Peter SCHREIER a « baigné » dans l''univers de JS BACH. Il fut Alto solo dans le célébrissime Kreuzchor de Dresde lorsqu''il était enfant. Adolescent, Passions et Cantates étaient son quotidien. A sa mue et jusqu''en 2005, il chante du JS BACH avec MAUERSBERGER, MASUR, CELIBIDACHE, RILLING et KARAJAN. Mais aussi avec un révolté militant pour un certain retour aux sources : HARNONCOURT. Tradition, travail, respect du fond et de la forme, voilà ses valeurs. Il est a l'origine d'une remarquable intégrale des Secular Cantatas (Cantates profanes de JS BACH)
Cette captation répond parfaitement aux « canons » de la Passion. Elle mériterait bien plus que 5 étoiles. Nous tenons là vraisemblablement, à ce jour, LA meilleure version de cette Passion. Une version qui invoque bien plus la Foi que la religion et bien au-delà de nos opinions sur ces sujets.
L''orchestre est prodigieux (flutes gazouillantes, précises et volubiles, contrebasses vivantes mais rythmant la marche au supplice, orgue chantant et incantatoire, violons au commandement). Le Chœur de la Radio de Leipzig apparait dans un grand jour : présence vivante mais au tranchant de l''épée et sans lyrisme aucun. Solistes magnifiques dont SCHREIER lui-même.
Voix et instruments s''imbriquent justement, humanité et spiritualité s''intriquent naturellement.
Cette Passion Luthérienne pleine d''humanisme, nous mène à l''illumination noire du sacrifice.
Un ESSENTIEL..Vraiment. Qui est daté de 1988 certes, mais dont l''intemporalité est flagrante.
De plus vous avez droit à 3 arias de la version 1725
J'ai été long. Trop peut être. Mais pour JS BACH et sa musique qui me surprend et me ravit chaque jour, pardonnez la facilité, j''ai une autre forme de passion.
Bonne écoute.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 25 mars 14 10:25:34 GMT+01:00
Merci pour toutes ces explications pour mieux comprendre cette oeuvre essentielle.

Michel Sayol, mélomane retraité

En réponse à un message antérieur du 25 mars 14 11:58:51 GMT+01:00
KANTATEN dit:
Bonjour ou bonsoir, c'est selon. Je tenais à vous remercier de votre commentaire....mais je pense qu'il n'y a pas de retraite pour les mélomanes !
Bien cordialement et longue vie heureuse.
Dominique
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.5 étoiles sur 5 (11 commentaires client)
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

KANTATEN
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Lieu : Alpha du Centaure

Classement des meilleurs critiques: 136