ARRAY(0xb24b28f4)
 
Commentaire client

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Le meilleur des mondes n'est pas celui de la littérature, 31 juillet 2013
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Meilleur des mondes (Poche)
Les fictions contre-utopiques masquent presque toujours un pamphlet sur leur époque proposant comme intrigue l’éclosion à plus ou moins long terme d’une communauté qui ayant manqué de lucidité a laissé ses disfonctionnements évoluer vers un univers liberticide et concentrationnaire. Le caractère prophétique de la fiction sera d’autant plus crédible que l’auteur aura su utiliser l’évident et l’anodin de son temps pour y déceler les éléments destinés à devenir toxiques s’ils étaient manipulés avec malveillance.

Huxley frappe d’entré en affirmant que « l’homme espère rarement au-delà de ce qu’il peut atteindre ». Cette déclaration est la base de l’édifice, car c’est sur ce déterminisme psychologique et social construit à l’aide de l’éducation, des habitudes et coutumes des mimétismes et de ses capacités économiques que s’installent en douceur les obligations et servitudes dont l’homme se sent redevable tout autant que les avantages et privilège auxquels il prétend sans qu’il soit nécessaire d’exercer un contrôle ou des contraintes excessives sur lui pour qu’il sache où et sa place et qu’il y reste.

C’est sur cette dynamique que se construisent les castes à l’intérieur desquelles peut s’exercer entre individus de même nature, une libre compétition agressive, le but étant de contenir les ambitions et convoitises dans un cadre maitrisé afin que les Alphas-plus soient hors d’atteinte. De ce point de vue si Huxley nous parle bien de son temps, les Alphas ne sont pas une hypothétique classe d’un inquiétant futur, mais l’aristocratie britannique des années 30 qui a su dicter par l’illusion d’une démocratie un jeu dont l’oligarchie régnante invente les règles et arbitre les conflits à son seul profit, n’accordant aux sous-classes que le strict nécessaire à faire illusion.

Rien d’exceptionnellement visionnaire. Thomas More, créateur du mot utopie, avait déjà au XVIème siècle décelé dans le mouvement des enclosures les signes annonciateurs du capitalisme. En revanche Huxley devient plus subtil lorsqu’il fait comprendre que la domination d’une majorité par une minorité n’est pas systématiquement le résultat d’un complot de nature fascisante mais peut tout autant découler de la rencontre entre des individus naturellement disposés à la soumission y trouvant en contrepartie une forme de sécurité, et d’autres individus prédisposés à la domination. De ce fait la dystopie n’est dans ce cas rien qu’une utopie devenue réaliste.

Venons-en maintenant à ces attaques sur la famille et la sexualité qui n’oublions pas s’adresse d’abord à un public anglo-saxon encore imprégné de puritanisme. Pour le reste n’oublions pas que la fiction dystopique a pour but de déstabiliser le lecteur. Elle s’attaque donc aux piliers de nos structures sociales et habitudes individuelles, la famille, le sexe et la propriété privée, la religion. Pour la famille l’essentiel n’est pas seulement de détruire la première cellule sociale rencontrée par l’individu, mais de le priver du seul lieu où il puisse exercer librement une forme de domination-soumission, autrement dit un mode, même symbolique, de propriété individuelle. Pour le sexe il est essentiel de choquer par l’adoption de coutumes jugées perverses dans la réalité en flirtant si possible avec toutes formes d’eugénisme. Quant à la propriété et la religion, laissons de côté, ça nous entrainerait trop loin.

Voilà donc une somme d’idées intéressantes qui auraient donné un bel essai sans doute mais qui ici nous est servie dans une bouille romanesque insipide et souvent à la limite du grotesque. Pire l’auteur trop pressé se prend parfois les pieds dans son tapis. C’est le cas lorsqu’avec une particulière préscience qui nous rappelle nos tempos modernes, il fait dire à ses acteurs que tout doit être fait pour qu’un individu soit consommateur à chaque instant et en tous lieux. Mais il oublie de nous en donner les raisons. En effet s’il en est ainsi dans ce futur monde c’est qu’il y persiste un système d’échange commercial et donc une forme de liberté, à moins que consommer soit lié à la nécessité de tenir les classes laborieuses en activité, les loisirs laissant le chemin libre à la réflexion et donc à la subversion. Mais Huxley ignore cette réflexion qui aurait crédibiliser son hypothèse et préfère se précipiter dans un bourbier insane où la sexualité, la procréation vivipare, la filiation naturelle prennent le premier rôle, celui à la portée de tout créateur de fiction, nous livrant une intrigue désespérante d’ennui, avec au comble du ridicule ces noms sortis de la case de l’oncle Staline d’un côté et du tonton Ford d’Amérique de l’autre et son ridicule signe de T double allusion à la Ford T et au signe de la croix. Et puis ces Tacots dont on ne sait trop à quoi ils font allusion et pour en finir avant épuisement, avec ce Monsieur Sauvage, un sauvage. Génial non ? non!!!

Huxley aurait dû en rester à l’essai, mais il est vrai que celui-ci aurait demandé plus de rigueur et plus de temps. Son meilleur des mondes est bien loin du meilleur de la littérature.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Classer par: Le plus ancien d'abord | Le plus récent d'abord
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 7 août 13 08:58:41 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 7 août 13 09:02:24 GMT+02:00
ADANSON. dit:
Bonjour Arribat.
Ce livre est un véritable chef-d'oeuvre intemporel mais apparemment ce n'est pas ton opinion.
Bravo en tout cas pour cet excellent com (très intéressant et très fouillé) bien que je ne suis pas d'accord.
VU pour ce magnifique travail d'analyse.
Amicalement.

En réponse à un message antérieur du 7 août 13 17:51:18 GMT+02:00
Arribat dit:
Bonjour
Merci pour ce VU en dépit d'une opinion différente. Pour mon commentaire, il est bien évident que si l'on se permet de critiquer une pointure comme Huxley on se doit d'argumenter. Je me doute que de nombreuses personnes ne seront pas d'accord avec moi , c'est la bienheureuse diversité de point de vue. En tous cas merci pour votre amicale appréciation.
Amicalement
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

3.9 étoiles sur 5 (103 commentaires client)
5 étoiles:
 (46)
4 étoiles:
 (21)
3 étoiles:
 (19)
2 étoiles:
 (11)
1 étoiles:
 (6)
 
 
 
EUR 4,70 EUR 4,47
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Arribat
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 111