Commentaire client

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Diabolique et apocalyptique., 9 novembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Romains, Tome 2 : Néron : Le Règne de l'Antéchrist (Broché)
Cinq mois à peine après avoir lu le Néron d'Alain Decaux (voir « La Révolution de la Croix : Néron et les chrétiens »), me voici replongé dans l'infernal parcours de ce tyran incomparablement horrible et machiavélique, cette fois sous forme romancée.
Un itinéraire désormais donc familier, mais qui laisse intact le dégoût que l'on peut éprouver à la lecture des « exploits » de ce monstre « sans âme », tour à tour cruel, immoral, incestueux, assassin, violeur, décadent, pédophile, criminel, destructeur, impitoyable, génocidaire, symbole de la déchéance la plus extrême, pitoyable et totalement schizophrène (et j'en oublie sans doute). A se demander s'il n'est pas l'envoyé du diable en personne ou n'a pas signé un pacte avec lui, lui échangeant son âme contre un pouvoir absolu et un accomplissement de tous ses désirs, même les plus pervers.
On a du mal à imaginer que l'empire romain ait pu y survivre.

Vice, débauche et perversion, dégénérescence, dénonciations et assassinats, destruction à grande échelle s'enchaînent au fil des pages de manière toujours croissante, jusqu'à aboutir à une véritable vision apocalyptique.
Une surenchère permanente dans l'horreur, entre lui et sa terrifiante mère Agrippine, couple infernal et rivaux jusque dans la mort. Plus loin encore que les exactions de triste mémoire de Caligula puis Claude, « illustres » prédécesseurs eux aussi amants ou mari d'Agrippine, dont les relations incestueuses étaient à l'image de l'absence de barrières et d'états d'âme qui pouvaient la caractériser.
Une montée infernale vers la déchéance la plus extrême, le tout servi par un style sans concession, doublée d'une vision critique intéressante du rôle de certains personnages, à l'image en particulier du célèbre philosophe stoïcien Sénèque, qui occupe une place importante dans ce roman, l'auteur s'interrogeant en tant qu'intellectuel sur la véritable sagesse du philosophe et son comportement souvent critiquable, même si l'on comprend bien que Sénèque était dans une situation plus que délicate face à Néron, dans son rôle très fragile et temporaire de mentor. Une chose est certaine : on ne peut plus lire ses oeuvres de la même manière après avoir eu connaissance de cette Histoire.

Une vision effrayante du monde romain, après le révoltant « Spartacus », qui contenait déjà son lot d'abominations douloureuses à lire. Mais une description pleine de maturité, sans faux semblants ou vision édulcorée. Sans surenchère non plus.
Un seul regret, qui est de ne pas avoir droit à la fin de règne de Néron, sa fuite et le caractère toujours aussi pitoyable qu'elle représente, si bien décrite dans l'ouvrage d'Alain Decaux. On quitte le tyran au sommet de son délire, sans savoir comment son règne s'achève. Mais peut-être est-ce l'objet du début du tome 3 ?
A lire vite, pour s'extraire au plus vite de cette atmosphère pénible et étouffante, que l'on n'envie pour rien au monde. Je prendrai d'ailleurs une pose pour « souffler » et digérer toute cette violence avant de passer à la lecture du tome 3.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 8 janv. 11 19:10:15 GMT+01:00
Victaureau dit:
J'ai aimé ce livre parce que son personnage est légendaire et l'écriture de Max GALLO incomparable pour ce genre de récit. J'ai apprécié votre commentaire également et je constate en parcourant votre liste que vous jouez dans une ou deux divisions au-dessus de la mienne.

En réponse à un message antérieur du 9 janv. 11 14:57:58 GMT+01:00
Merci à vous.
Sur les deux divisions au-dessus, cependant, je ne crois pas.
D'une part, ce n'est pas une compétition (mais je me doute que vous pensez la même chose que moi à ce sujet). D'autre part, je suis favorablement impressionné par vos lectures et les commentaires que vous en faites. Vous n'avez donc absolument rien à m'envier.
Merci encore de votre passage. Vous évoquez votre lecture du présent livre. J'ignore si vous en avez rédigé un commentaire. Je vais aller voir cela tout de suite.

Publié le 12 juin 13 14:10:40 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 12 juin 13 14:11:09 GMT+02:00
Canusium dit:
"Une vision effrayante du monde romain", comme vous dites, c'est l'impression que l'on a du règne de Néron quand on gobe comme argent comptant toutes les calomnies rapportées sur cet empereur par Tacite, Suétone et la tradition chrétienne. Mais presque rien de tout cela ne tient devant la critique moderne. Juste un exemple, l'assassinat d'Agrippine dans sa galère sabotée me fait penser à James Bond (quand Numéro 1 du Spectre élimine Numéro 6), mais défie toute crédibilité.
Rappelons que l'empereur Trajan émit le jugement que les 5 premières années du règne de Néron furent l'Age d'or du genre humain.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Johan Rivalland
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Lieu : LEVALLOIS-PERRET France

Classement des meilleurs critiques: 63