Commentaire client

29 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 MES (BELLES) PHOTOS DE VACANCES AVEC DE LA (TRES BONNE) MUSIQUE DESSUS, 18 juin 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The rolling stones/stones in exile (The French Connection) (DVD)
L'histoire de l'enregistrement d'EXILE ON MAIN STREET était connue. Imaginé à Londres, enregistré dans le sud de la France, réalisé à Los Angeles, cet album sorti en 1972 fait aujourd'hui figure de classique. Harcelé par le fisc et les stups, les Stones s'expatrient sur la Côte d'Azur, à Villefranche sur Mer, dans la villa louée par Keith Richard. Ne trouvant de lieu adapté pour enregistrer, les Stones finissent par aménager la cave de la Villa Nellcote, et pendant près de six mois, y enregistrent des kilomètres de bandes.

L'annonce que des archives audio et visuelles avaient donné naissance à un documentaire (majoritairement des photos de Dominique Tarlé, magnifisues, le tout réalisé par Stephen Kijak) faisait saliver de joie les fans que nous sommes. Voilà donc EXILE ON MAIN STREET, le film. Et on allait en voir des choses ! Il y a des choses passionnantes dans ce film. L'aspect logistique de l'enregistrement regorge d'anecdotes. L'humidité des lieux qui fait sauter les plombs sans arrêts, les kilomètres de câbles qui serpentent jusqu'au camion régie, la maîtrise de l'acoustique (les sax dans un couloir, telle guitare dans une salle de bain...). On y voit le producteur commençait à s'inquiéter des retards, pendu au téléphone avec la maison de disque. On y entend aussi (parfois) les Stones parler entre eux, chercher, réfléchir, essayer, recommencer... Bref, travailler ! Le tout accompagné de témoignages d'époque, ou contemporains, sur leur escapade azuréenne.

Ce qui fascine en premier lieu, c'est ce sentiment d'être là en invité, de participer à la fête, de regarder ces « monstres » au travail, avec cette ribambelle d'invités, femmes, enfants, copains, journalistes, venus pour quelques jours, qui sont restés des mois, partageant séances d'enregistrement et banquets copieusement arrosés. C'est de découvrir des Stones sereins, un Keith Richard avec sa guitare greffée aux mains, torse nu, qui se ballade au soleil, Charlie Watts qui préfère son hôtel, loin de la pagaille ambiante, mais trop éloigné justement, avec ses allers-retours quotidiens.

Une fois heureux de voir ses images, on commence à se dire que le temps passe, et qu'on aimerait en arriver à l'essentiel : la musique. Le savoir-faire de ces anglais à reproduire si merveilleusement le son du vieux blues du Sud, les secrets de composition. (Il y a bien l'explication de l'origine de « Tumbling dice » du à une femme de chambre accro au jeu). Mais le film va trop vite pour cela. Et pointe un sentiment d'agacement devant ces images trop courtes, sans cesse coupées, sans suite, devant ces bribes de conversation juxtaposées. Il n'y a pas une chanson entière. Quand on entend un titre, il est tirée de l'album achevé, mais pas issu des séances de Nellcote. On n'entend pas de chanson se construire, évoluer, depuis l'ébauche d'un riff à la production finale. (Pourquoi des cuivres ici ? Un harmonica là-bas ? Pourquoi ce tempo ? Pourquoi ces accords ?) Comme si les fameux kilomètres de bandes, mythiques, n'étaient en fait que quelques centimètres filmés un peu chaque soir, sans logique, et sans possible continuité au montage. Et tout simplement aussi parce que ce film est avant tout un montage de photographies. Et les photos, ça ne bouge pas, et c'est muet ! Les photos, c'est très bien dans un livre, mais ça passe moins bien à la télé... Le documentaire ne se concentre pas sur l'enregistrement de EXILE, mais raconte six mois de la vie des Stones, pendant lesquels ils ont enregistré cet album. Nuance.

Six mois d'enregistrement de son, d'images, de photographies, finalement collées les uns aux autres, comme un film souvenir, un diaporama, que l'on regarde émerveillé parce qu'ils témoignent du Rock'n'Roll way of life dans toute sa splendeur. Parce que ces gars-là, on les adore, parce qu'il sont libres, beaux, sauvages, géniaux, et pour ce qu'ils ont fait, créé, pour la joie et l'excitation qu'ils nous ont apportée. Et particulièrement pour ce disque-là. Un film que l'on feuillette avidement comme un magazine people, avec stars en bikini se gavant sur un yacht de luxe, avec clichés volés de quelques mannequins sniffant une ligne entre deux rasades de Cognac. Mais un film qui ne témoigne pas, à mon sens, du réel travail de musiciens des Stones. C'est cet aspect-là aussi que j'attendais, et qui est peu montré, faute à un matériel (finalement défaillant?) ou mal exploité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-7 sur 7 de cette discussion.
Message initial: 18 juin 10 16:45:08 GMT+02:00
Hervé J. dit:
Vu la semaine dernière sur Arte ou la cinq. En intégralité? Ai eu aussi cette impression de frustration, mais c'était quand même sympa.VU

En réponse à un message antérieur du 19 juin 10 10:23:25 GMT+02:00
Luc B. dit:
Hervé, ce DVD est effectivement la version passée à la télé, et au festival de Cannes. 60 minutes, ni plus ni moins.

En réponse à un message antérieur du 20 juin 10 00:43:49 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 21 mai 11 11:09:59 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 20 juin 10 11:01:51 GMT+02:00
Cela dit, c'était un tel foutoir à l'époque de Nellcote qu'il faut pas non plus s'attendre à des miracles ou des révélations fracassantes, tant absolument tout le monde était déglingué ...
Un document (apparemment assez anecdotique) destiné à accompagner la ressortie trafiquée avec pseudo-inédits de "Exile" ...
Bonne analyse ...

Publié le 21 juin 10 09:53:34 GMT+02:00
Fab Free dit:
Un doc frustrant donc? En même temps c'est sur Exile alors pour moi toute bribe est bonne...
Resignalons aussi One+One de notre Godard national. Là on peut pas dire qu'on les voit pas tatonner et construire Sympathy.

En réponse à un message antérieur du 21 juin 10 13:35:40 GMT+02:00
Luc B. dit:
Exact, "One+One" avec la caméra qui s'immisce en studio, observe, dissèque, et comme le rappelle Peter, "Gimme Shelter" très grand film documentaire.

En réponse à un message antérieur du 25 juin 10 12:44:03 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 25 juin 10 12:44:44 GMT+02:00
VU et pourtant je n'ai jamais été en extase , et tu m'as déjà eu sur ce coup là !!!!!!!!!!!! VU PTH l'a racheté sous ce format .je vais donc me le refaire
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.2 étoiles sur 5 (8 commentaires client)
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 20,00
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Luc B.
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 148