Commentaire client

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 It's alive !!!, 25 juin 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Frankenstein (DVD)
Sorti en 1931 dans le sillage du Dracula de Tod Browning, "Frankenstein" est le second film d'horreur de l'histoire du cinéma parlant.
Il entérina le succès des films gothiques de la Universal et ouvrit la voie à toute une série de films d'épouvante. Il consacra le grand Boris Karloff dans le rôle du monstre et fit de l'acteur une immense star, malheureusement cantonnée aux rôles de méchants pour le reste de sa carrière, avant qu'il ne décide, de manière ironique, de présenter une émission TV pour les enfants à la fin de sa vie...

Ce qui faisait toute la qualité du film "Dracula" se retrouve à l'écran : Le noir et blanc directement calqué sur l'expressionnisme allemand des films de Murnau et Fritz Lang, les décors gothiques avec château lugubre, brumes et toiles d'araignées, ainsi que la présence d'un acteur taillé pour les rôles ténébreux. Mais "Frankenstein" est encore meilleur que son aîné transylvanien. Le film est désormais affranchi de toute adaptation théâtrale et développe son propre scénario de manière plus émancipée. Tout comme "Dracula", il fonctionne à la manière d'une version courte qui fait l'impasse sur la plus-part des éléments du livre dont il s'inspire pour n'en conserver que l'essentiel. Ainsi, le roman de Mary Shelley donne-t-il une version cinématographique de 71 minutes seulement.
L'absence de musique, comme c'était le cas pour la majeure partie des films de cette époque, procure au film une atmosphère très particulière, bizarrement réaliste, d'autant que le maquillage du monstre est une réussite absolue. Il demeurera dans les esprits au point de devenir indissociable du mythe de Frankenstein dans l'inconscient collectif. Si aujourd'hui, la seule prononciation du nom de Frankenstein évoque une armoire à glace au teint crayeux, au regard torve, aux paupières pesantes, avec un crâne démesuré et des vis sur le cou, c'est parce que le maquillage de Jack Pierce sur Boris Karloff a permis d'immortaliser cette interprétation du monstre au point de la rendre indissociable de cette figure romanesque.
Le jeu de Boris Karloff ajoute évidemment une note vibrante d'humanité étouffée à un rôle que la plus-part des acteurs auraient cantonné à une grosse baudruche effrayante, comme ce sera le cas sur la plus-part des autres versions cinématographiques. Et pourtant, dans cette version de 1931, Karloff ne prononce pas un seul mot ! Pour l'anecdote, le rôle fut initialement proposé à Bela Lugosi après son interprétation de "Dracula". Mais l'acteur hongrois déclina la proposition car il refusait de porter un masque. Il le regretta toute sa vie (au point d'incarner finalement la créature dans la séquelle tardive Frankenstein Meets The Wolfman), car les critiques ne cessèrent de comparer les deux acteurs, jugeant le talent du grand Karloff bien supérieur à celui de son éternel rival...
Il est bien ironique de remarquer aujourd'hui que Karloff n'est pas crédité au générique de "Frankenstein". En effet, on peut lire à la fin, un très mystérieux et incongru point d'interrogation à la place de son nom (The Monster : "?") !

Bien que le film ait extrêmement vieilli d'un point de vue formel, il se doit d'être vu par tout spectateur un brin cinéphile. Certes, les personnes qui le découvriront aujourd'hui pourront le trouver lent et parfois surjoué. Mais, une fois passé cet indispensable effort pour se remettre dans le style de l'époque, ils assisteront à la naissance de l'âge d'or du cinéma fantastique. Il est évident que ce pionnier du cinéma parlant avance encore bien maladroitement, demeure théâtral et statique, manque de rythme et parait bien timoré en regard de l'évolution cinématographique. Mais tous ces défauts n'ont jamais réussi à entamer l'aura de ce monument du 7° art.
Le réalisateur James Whale, dont le succès se résumera (injustement) à quatre films d'horreur réalisés pour la Universal dans les années 30, gère le tournage de main de maître. Reléguant le thème principal de l'œuvre de Mary Shelley -les limites de la science et de l'étique- au second plan, il préférera tout miser sur le pathos et le crescendo, focalisant tous ses efforts sur le traitement du monstre qui, "à cause" du metteur en scène, portera dans l'esprit du public le nom de "Frankenstein", pourtant tenu par son créateur... De ce changement de cap vont émerger de nouvelles thématiques passionnantes, comme celles du droit à la différence, de la peur de l'inconnu, de la vanité humaine, de l'intolérance que génère la différence et de la dictature de la normalité. Soit une sacrée densité !
Le film recèle des moments inoubliables, à jamais gravés dans la mémoire du cinéma et du mythe de Frankenstein : La première apparition du monstre, impassible, en gros plan dans un silence pesant ; le célèbre "It's alive ! It's aliiiiive !!!" que crie le baron Frankenstein (interprété par Colin Clive) lorsqu'il voit bouger la main de sa créature ; la bouleversante scène de la petite fille, que le monstre compare à une fleur flottant sur l'eau, avant de la précipiter tragiquement dans la marre ; la vindicte paysanne qui voit une horde de gens hystériques armés de fourches et de pioches, poursuivre le monstre sur les collines brumeuses ; et bien entendu le final cathartique, dans les flammes du moulin à vent.
Toutes ces séquences auront un tel impact sur le public et sur les cinéphiles qu'elles seront sans cesse reprises, calquées, citées, parodiées et immortalisées dans l'hommage rendus par d'autres chefs d'œuvre de l'histoire du cinéma. Plus encore, il n'existera aucune expression artistique qui échappera à l'héritage du film, à son esthétique, à son aura, à sa poésie macabre, faisant de cette référence un poncif majeur de l'histoire de l'art.

Le film connut un grand nombre de suites. Il y eut d'abord La Fiancée de Frankenstein en 1935, puis Le Fils de Frankenstein en 1939, toujours interprétés par Boris Karloff. Ensuite, Le spectre de frankenstein en 1942, "Frankenstein rencontre le loup garou" en 1943, "La Maison De Frankenstein" en 1944 et "La Maison de Dracula" en 1945, avant de plonger dans la parodie avec Abbott et Costello contre Frankenstein en 1948.
"La Fiancée de Frankenstein", également réalisé par James Whale, est de très loin le plus beau de tous, quasi-unanimement considéré comme la meilleure suite de tous les temps et comme un des plus grands chefs d'œuvre de l'histoire du cinéma. Excusez du peu...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 25 juin 12 18:32:19 GMT+02:00
Présence dit:
Passionnant et didactique. Merci.

Et beaucoup plus agréable à lire qu'un article de wikipedia. Ce docte commentaire m'a permis d'apprendre beaucoup de choses et de remettre des dates et des faits sur des éléments très flous dans mon esprit. Encore merci. Du coup j'ai été relire ton commentaire sur la fiancée de Frankenstein.

Oui, c'est un nouveau tome des Next Men. Et il me reste encore plusieurs séries réalisées par John Byrne.

En réponse à un message antérieur du 26 juin 12 17:05:26 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 26 juin 12 17:05:47 GMT+02:00
Tornado dit:
Merci !
Voici le lien qui permet de visionner le court métrage d'horreur que j'ai réalisé avec un groupe d'ados (et quelques adultes) :
http://www.youtube.com/watch?v=O9KjT5o_Kyc
Je suis fier d'annoncer que nous avons gagné le premier prix dans notre catégorie au festival du court métrage de Hyères (festival "COURTS TOUJOURS") !

En réponse à un message antérieur du 26 juin 12 19:24:00 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 26 juin 12 20:08:14 GMT+02:00
Présence dit:
J'ai été regarder et j'ai trouvé ça rigolo et très bien fait (de mon modeste point de vue). J'ai évidemment beaucoup apprécié la musique. Je pense que je vais le passer à mes enfants.

-
Ils ont regardé (avec plaisir même). Mon fils (15 ans) l'a regardé au second degré, et ça l'a beaucoup amusé, à tel point qu'il l'a régardé une deuxième fois. Il a beaucoup apprécié le reflet des volets en train de descendre sur le tableau blanc. Ma fille (13 ans) l'a également regardé en le percevant au premier degré, avec une forte implication émotionnelle. Elle a été fortement impressionné par la panique apparente (transpiration) du collégien. Toutes mes félicitations pour le premier prix.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.3 étoiles sur 5 (12 commentaires client)
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (6)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 19,99
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Tornado
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Lieu : Provence Côte d'Azur

Classement des meilleurs critiques: 7