ARRAY(0xb2e13258)
 
Commentaire client

41 internautes sur 45 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "just one more thing!", 19 octobre 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Intégrale Columbo : 12 saisons - Coffret 37 DVD (DVD)
Bien malin qui aurait pu prédire, il y a quarante ans, le glorieux destin qui attendait Columbo! Avec ses manières brouillonnes, son imper défraîchi et sa 403 vétuste, ce pittoresque lieutenant du LAPD n'avait pas franchement l'étoffe d'un flic de légende. Et pourtant, au fil de ses enquêtes, il sut très vite imposer son style ô combien singulier et s'affirmer comme l'une des icônes les plus mémorables du petit écran. L'intérêt principal du personnage vient évidemment de sa capacité à tromper son monde en arborant non seulement une dégaine assez pathétique, mais aussi un air furieusement benêt. En le voyant débarquer, le cigare éteint au bec, en train d'écoquiller un de ses éternels oeufs durs, qui pourrait s'imaginer que ce gars-là est en fait un rusé de première qui n'a pas son pareil pour confondre les pires criminels? Du coup, l'un des grands plaisirs de ce feuilleton consiste à voir les suspects perdre peu à peu de leur superbe face à ce policier qu'ils croyaient minable et qui s'avère en réalité redoutablement perspicace. Il faut dire qu'à l'inverse des séries policières habituelles, on ne cherche pas ici à découvrir un assassin, puisque nous voyons celui-ci commettre son forfait en début d'épisode. Non, le concept "Columbo" repose sur l'affrontement psychologique entre un criminel, généralement persuadé d'avoir commis le crime parfait, et un enquêteur qui s'évertue à démonter son alibi et à prouver sa culpabilité. Concept un peu répétitif, certes, mais néanmoins jubilatoire, et dans lequel Peter Falk excelle au plus haut point. Ce qui est même étonnant, c'est qu'il trouva d'emblée, dès le tout premier épisode, le ton juste et les maniérismes adéquats pour incarner Columbo. Il en fait juste assez, jamais trop. Ca n'a l'air de rien, mais c'est du grand art. Et puis il sait créer avec ses partenaires plus qu'une alchimie, une complicité. C'est tout juste, parfois, s'il n'a pas quelques scrupules à les arrêter, éperdu qu'il est d'admiration devant leurs stratagèmes diaboliques! Je pense en particulier aux épisodes où apparaissent respectivement Patrick McGoohan, Donald Pleasance et Faye Dunaway, lesquels comptent parmi les tout meilleurs de ces douze saisons. Originale, ingénieuse et brillante, voilà une série qui tranche sur le tout-venant télévisuel et qui s'entoure, à mesure que le temps passe, d'un parfum de nostalgie qui la rend plus délectable encore.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Classer par: Le plus ancien d'abord | Le plus récent d'abord
Afficher les messages 1-9 sur 9 de cette discussion.
Message initial: 25 oct. 09 10:28:22 GMT+01:00
Luc B. dit:
Joli commentaire, Gwen, et j'ajouterai une chose généralement laissée de côté quand on parle de Columbo. L'aspect social. Columbo enquête souvent chez les riches de Los Angeles, et il ne manque jamais de leur faire remarquer que leur argent, leur pouvoir, leur rang, le leur permetent pas tout. Il se présente comme un être moins brillant, c'est vrai, mais aussi moins riche. Ce qui renforce la supériorité de l'adversaire, qui généralement se moque un peu de Columbo.

On voit souvent Columbo demander : où avez-vous acheté cette superbe cravatte, car pour la communion de mon neveu, madame Columbo m'a demandé de faire un effort, et la cravatte que j'ai est tâchée, et... Et puis deux scènes plus tard, il dira : je suis allé dans le magasin que vous m'avez indiqué, mais il n'y avait rien à moins de 400 dollars... Vous êtes un farçeur de m'envoyer là bas, j'ai eu l'air bête, je pouvais à peine m'acheter une chaussette ! Et en face, l'assassin de prendre un mine désolée, de s'excuser platement, avant de monter dans sa grosse mercedes...

En réponse à un message antérieur du 26 oct. 09 09:16:27 GMT+01:00
Gwen dit:
Excellente remarque!

En réponse à un message antérieur du 30 oct. 09 16:08:25 GMT+01:00
Superbe chronique Gwen, pour ce merveilleux coffret que je me suis offert l'année dernière..! La remarque de Luc B complète parfaitement ton propos...
VU d'évidence pour ma série culte...
amicalement, Hervé

En réponse à un message antérieur du 24 nov. 09 19:08:14 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 9 mars 12 10:34:04 GMT+01:00]

En réponse à un message antérieur du 14 mars 10 10:44:22 GMT+01:00
GILRIU dit:
De très bons commentaires mais selon vous, spécialistes de la série, quels sont les "saisons" prioritaires?

Publié le 20 déc. 10 10:41:28 GMT+01:00
Bima dit:
Bonjour Gwen,

Remarquable avis sur M. COLUMBO. Vraiment pertinent et bien argumenté.

Cependant, là où je ne vous rejoins pas c'est lorsque vous évoquez un "Concept un peu répétitif, certes, mais néanmoins jubilatoire". Le concept est une illusion de répétition si l'on s'attarde au principe de voir le meurtre et son auteur dès le départ mais si l'on pousse la réflexion plus loin, on constate qu'il n'y a sans cesses de changements dans l'ingénieuse machine scénariste de Columbo. En effet, parfois dès le début il sait qui est le meurtrier, parfois le découvre au milieu de l’épisode et tantôt à la fin. Il lui arrive de se tromper sur le réel auteur du crime avant de se rendre compte de son erreur, de débusquer des preuves irréfutables ou parfois de jouer le bluff à la fin de l'épisode ou de monter un piège au tueur faute de preuves. La trame des épisodes change sans cesse et sa méthode de travail s'adapte toujours à la situation. Chaque épisode est nouveau et chaque conclusion diverge. Je souligne là aussi l'un des talents inégalé de la série qui à eu l'audace d'innover !!

On ne se lasse pas des épisodes et même moi qui compte seulement 25 ans, je peux me vanter de prendre plaisir à regarder M. Falk incarner à la perfection le devenu culte lieutenant COLUMBO....

En réponse à un message antérieur du 20 déc. 10 14:57:03 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 20 déc. 10 15:00:19 GMT+01:00
Gwen dit:
Pour moi, Gilriu, la première saison reste la meilleure, mais c'est forcément subjectif!

En réponse à un message antérieur du 20 déc. 10 14:59:49 GMT+01:00
Gwen dit:
Très finement observé, Bima! A y regarder de plus près, c'est en effet moins routinier qu'il n'y paraît... Cela tient peut-être à la variété des scénaristes?

En réponse à un message antérieur du 20 déc. 10 15:23:50 GMT+01:00
Bima dit:
Effectivement Gwen.

La variété de scénaristes qui ont rapportés les enquêtes du lieutenant ont fait que l'impression de routine s'efface. La volonté de suivre un modèle de narration mais de modifier toute la trame intérieur et que chaque scénariste met sa patte ont fait la richesse de COLUMBO.
Tout comme le changement de réalisateur qui contribue à chaque épisode de l’impression du renouveau. Avec des plans, des montages, une mise en scène différente.. on obtient au final des épisodes qui ne se ressemble pas.

Et je suis en accord avec vous, la saison une est ma préférée à moi aussi.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Gwen
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (COMMENTATEUR N° 1)   

Classement des meilleurs critiques: 1