Commentaire client

5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE PHILIPPE MANOEUVRE MAGAZINE ROCK&FOLK, 27 octobre 2011
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kick Out The Jams (CD)
CHRONIQUE DE PHILIPPE MANOEUVRE MAGAZINE ROCK&FOLK JUILLET 1977 N° 126 Page 92
1° Album 1969 33T Réf : WEA 42027
Impossible de passer la chronique directement (????) elle se trouve sur les remarques.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-1 sur 1 de cette discussion.
Message initial: 25 nov. 11 09:28:32 GMT+01:00
VIRY 02 dit:
CHRONIQUE DE PHILIPPE MANOEUVRE MAGAZINE ROCK&FOLK JUILLET 1977 N° 126 Page 92
1° Album 1969 33T Réf : WEA 42027
1969 est une bonne année pour le rock dur, en tous cas une de mes préférées. Non seulement "Let it Bleed", "Second Winter" et "Led Zep 2" sortent en l'espace de quelques mois, mais c'est l'année où Detroit commence enfin à carburer autour de deux albums renversants : "Kick Out The Jams" du MC5 et "The Stooges" des mêmes.
Incontestablement, le Five se dégage comme un nouveau leader. Leur premier album chez Elektra fait oublier jusqu'au souvenir du "Baby Please Don't Go" des Amboy Dukes et dynamite toutes les structures préétablies. Se déchainer, danser, suer, crier, tout casser, ne plus se laisser emmer..., briser les entraves, planer très haut et mourir d'extase, tel est le programme de "Kick Out The Jams". Dés le premier morceau, les dés sont jetés, la balance établie ; il est des flics, des pères, des gouvernants à droite (mostrite guitar, Sonic Smith) et des kids à gauche qui souffrent, meurent, font partie d'un grand gang qui monte et qui n'a pas de chef. En dépit des allusions aux Panthères Blanches, le MC5 reste un groupe qui considère que le "Rock'n'roll EST la révolution" (Wayne Kramer). Et plus encore qu'à Sun Ra, c'est aux Who qu'ils se référent, radicalisant les possibilités de "Can't Explain" d'une manière que Pet Townshend n'aurait même pas imaginée. je veux dire que l'affrontement de guitares de "Come Together", le "Motherfucker" de "Kick Out", l'intro de batterie de "Starship", le duel de "Bordeline", le flash de "Rocket Reducer N°62" ouvraient des cases par centaines dans les cellules des auditeurs. Le seul morceau "politique" au vrai sens du terme était emprunte à John Lee Hooker "Motor City Is Burning", mais le MC5 devint aux yeux du rock-biz et de l'establishment (qui sont souvent une seule et même chose) un groupe de rouges, de communistes, et d'une manière générale, "Les hommes à abattre". Non seulement Elektra avait enregistré "Kick Out" en une seule et unique nuit, n'offrant au groupe aucune chance de se rattraper, mais en plus la réaction de l'Amérique fut unanime. Dans un pays où l'explosion hippie venait de faire la une de la grande presse, on ne comprenait pas : "Un album ridicule, prétentieux", pouvait-on lire dans le "Rolling Stone", "Rendez moi mon argent !"
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.8 étoiles sur 5 (6 commentaires client)
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur