Commentaire client

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une vision exagérément négative, 2 janvier 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Odeur de l'Inde (Poche)
Je suis partagée quant à ce livre.

D'un côté, c'est bien écrit. Bon, la quatrième de couverture annonce un "livre intensément lyrique"... c'est très exagéré. Pasolini nous offre ça et là de jolies métaphores et une écriture très visuelle, mais l'ensemble reste écrit simplement. C'est un récit où on ressent l'émotion de l'auteur, mais ça s'arrête là.

Ensuite, le contenu est parfois pertinent dans son analyse, ou plutôt dans son impression détaillée (Pasolini dit lui-même n'être pas assez spécialiste de l'Inde pour pouvoir profondément analyser) de divers éléments liés à la culture indienne, tels que les castes ou la religiosité. Et là où Pasolini se contente de raconter des rencontres avec des Indiens, le rendu est vivant et touchant.

Mais.

La vision de Pasolini est quand même exagérément négative. Je vous explique: il y a des miséreux dans la rue. L'Inde est pauvre. Okay. Mais dès lors pour l'auteur, tout élément de l'Inde est victime d'une description pathétique ou péjorative.
La saleté est triste (p.14), les murs sont faits de matière "jaunâtre et mourante" (p.15), la paix est "lourde et sale", les quartiers neufs sont "pitoyables" (p.16), la poussière est "sèche et vieille", les immeubles "cadavéreux" (p.22), le silence est "poussiéreux, sec et sale" (p.24), les vêtements sont de "misérable chiffons" (p.32), un turban est "fétide" (p.37), le riz est "sale", les habitations "atroces" (p.40), l'existence en Inde est "intolérable" (p.41), la musique est "primitive" (p.47), le sable est "sale", les magasins "sinistres" (p.61), l'avenue est "funèbre" (p.66), les palmiers sont "tordus et inanimés" (p.76), le pré est "trop vert et poussiéreux" (p.80), les terre-pleins des villages sont "poussiéreux", le lac est "redoutable" et "lugubre" (p.96), le coucher de soleil a des "lueurs sanglantes" (p.98), les marchés sont faits "de poussière et de misère" (p.101)...
Et ce n'est qu'un sélection.
Je ne sais pas combien de fois il a pu répéter "poussiéreux" pour tout et n'importe quoi.

Il y a encore plus fort.
-Les Indiens "mangent comme des chiens" (p.23 et 38).
-Les Indiens sont tels "un essaim de mouches" (p.39).
-L'Inde a une odeur forte de "pauvres nourritures et cadavre" qui paraît miner les Indiens et les empêcher "de parvenir à un achèvement humain"!! (p.80)
-"Je crois même que les Indiens ne sont physiquement pas en mesure d'entendre d'autre musique que la leur." ?! (p.100)

Et là, il y a carrément trois exemples de ce que les anglophones appellent des "howlers", littéralement des phrases qui font hurler:

3."Il est vrai que les Indiens ne sont jamais joyeux: ils sourient souvent, mais ce sont des sourires de douceur, non de gaieté." (p.40)
2. "Tout Indien est un mendiant, même ceux qui ne le font pas par profession, si l'occasion se présente à eux, ne renoncent pas à essayer de tendre la main." (p.80)
Et le meilleur pour la fin... Pasolini se voit attribuer un point Godwin pour avoir oser écrire:
1. "ce Buchenwald qu'est l'Inde"
!!!!

De plus, s'il est clair que Pasolini est vraiment ému par la pauvreté des gens qu'ils croisent et qu'il fait ce qu'il peut pour les aider, et qu'il ne méprise pas l'Inde, il fait parfois d'étranges réflexions. Par exemple, il parlent de la couleur de peau de certains Indiens page 16 et dit qu'ils sont "noirs comme des démons" (!). La peau foncée semble être un peu une obsession ("mollets noirs", "jambes noires et sèches", etc) mais juste après "pauvre peau noire" (p.43) il nous annonce que le noir est la plus jolie couleur pour une peau...
De même, page 17 il nous annonce que Bombay semble toujours célébrer la fête et est pleine de lumière, alors que deux secondes avant il nous parlait des boutiques "suintantes" de lumière et utilisait d'autres termes assez négatifs.
On sent donc une contradiction, ce qui en soit est compréhensible, l'Inde était un pays des contrastes, mais il n'y a pas de logique chez Pasolini et au milieu de très nombreuses descriptions pessimistes on va être soudainement confrontés à un terme agréable.

Je veux bien que Pasolini soit le produit de son temps, mais bon 1961 ce n'est pas si vieux. S'il n'y a pas de racisme au sens classique physique du terme (malgré sa fixation sur la peau noire il la décrit aussi une fois comme belle et parle parfois de beaux visages et sourires), il y a clairement une forme de racisme culturel. Pour Pasolini, l'Inde est sous-évoluée culturellement parlant et il écrit d'ailleurs plusieurs fois l'expression "pauvres petits Indiens" (même en se référant à des adultes). Cette vision paternaliste n'est pas géniale, mais honnêtement le plus gênant est la répétition d'adjectifs déprimants tels que "poussiéreux" ou "lugubre" pour décrire tout et son contraire.

Je ne regrette pas du tout la lecture de ce livre, car je trouve intéressant d'être dans la tête de l'auteur, mais sa vision est à voir avec un esprit critique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 15 août 14 16:42:51 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 août 14 16:44:26 GMT+02:00
Non, vous vous trompez quand au sens de " howler " ( votre traduction mot-a'-mot est exacte " ...des "howlers", littéralement des phrases qui font hurler" ), mais il ne s'agit pas de hurler de de'approuvement quand a' une phrase trop ose'e ou ne'gativement ste're'otypique:
" A howler " est
1) une erreur de commentaire, une erreur de sens d'un mot ou d'une phrase qui est tre's amusante pour l ' e'couteur qui en fait de'rision et embarassante pour celui qui a' fait l 'erreur.
2) cSa peut e^tre aussi une plaisainterie verbale " a joke ", ou " a pun " ( jeux de mot amusant ) de'libere' ( pluto^t que accidental ) et tre' amusante, qui fait hurler l ' e'couteur de rire ( d ' ou': " howl / howler " ).
Michael Thorold, Brighton ( excusez le clavier QWERTY ( pas AZERTY ) qui ne tape pas correctement ).
===
A' part ce point, votre revue est tre's comple^te et approprie'e.

En réponse à un message antérieur du 15 août 14 22:05:05 GMT+02:00
Isara dit:
Merci de l'info. J'avais vu ce mot dans une review, avec le sens de "phrases tellement mauvaises qu'elles font hurler (de rire ou pas)". La page wiki precise plusieurs definitions dont "A glaring (and amusing) blunder, also, a tremendous lie ... Literally something that howls or cries for notice."

Je pense que les 3 phrases de Pasolini que j'ai citées peuvent coller à la définition. Car honnêtement c'est belle et bien de toute façon une bourde je pense que de dire que les Indiens ne sont jamais joyeux et qu'à l'occasion tout Indien fait la manche... Ridicule ^_^
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.1 étoiles sur 5 (10 commentaires client)
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
EUR 4,50
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Isara
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Lieu : France

Classement des meilleurs critiques: 503