Commentaire client

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rencontre des 3em Suites, 20 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach: 6 Suites for cello solo (CD)
Tout d'abord, un coup de chapeau sincère à Nicolas qui aura été le 1er à s'exprimer sur cet extraordinaire enregistrement.
J'ai eu un Professeur qui nous répétait :"Et n'oubliez pas ni l'étiologie et ni le contexte". Il avait raison. Les quelques lignes qui suivent ont pour objectif de savoir d'où on part pour mieux saisir où l'on va...et situer le présent enregistrement. J'espère que vous ne les trouverez pas superfétatoires.

PREAMBULE.
La Suite provient de la juxtaposition, au 16em siècle, de 2 danses différentes: une modérée binaire et une plus rapide ternaire. Fait important la Suite possède en son origine une forte dimension corporelle: la Danse.
FROBERGER établit la structure de la Suite qui sera peu ou prou celle qu'utilisera JS BACH: un prélude introductif, une allemande, une courante, une sarabande, 2 danses variables ( menuet,bourrée ou gavotte) et une gigue en final...la dimension charnelle reste prégnante.
JS BACH compose ses 6 Suites pour violoncelles seul entre 1717 et 1723 à KÖTHEN, principauté Calviniste. Incontestablement, il a du éprouver une intense jubilation, cet inexpugnable expérimentateur,à écrire pour un instrument à 4 cordes peu aimé à l'époque, alors que la viole de gamble recueillait tous les suffrages.
Il n'avait de choix que d'innover, en réinventant un univers contrapuntique sur un instrument au potentiel polyphonique apparemment limité.
Et il a réussit magistralement.
Donc: danse,corps,innovation et dextérité dédiée
Par malheur, les partitions autographes des Suites ont disparu et leurs copies ne font leur apparition qu'en 1825. Dès 1901 Pau CASALS commence à les jouer. La musique dite "Classique" s'empare de ces oeuvre qu'elle "interpréte" avec bonne foi sans doute, mais aussi avec ses instruments et ses approches...qui reste objectivement éloignés de celles de la période Baroque...ainsi que des 4 thêmes évoqués plus haut. Il ne s'agit pas, dans ce propos d'opposer, mais de légitimement différencier.
Il faut attendre 1992 et le talentueux et aimable BYLSMA pour disposer d'une version mémorable, baroque et plutôt bien enregistrée.

LE PRESENT ENREGISTREMENT: SUPERBE
WISPELWEY en est donc à sa 3em version des Suites. Je partage l'avis de Nicolas sur les 2 premières avec une nuance : à l'aulne de celle-ci la première risque bien de devenir un peu plus "sa" "classique" !
Pour la présente captation notre excellent musicien remplace son violoncelle NORMANN de 1710 par un ROMBOUTS de la même année.
Mais, élément fondamental, il passe de 415 HZ du modèle traditionnel des instrumentistes baroques au 392 HZ soit un demi-ton plus bas.
Bien plus que la modification de fréquence, le changement de tension de cordes oblige à adapter en continue la façon de jouer.
La justesse est moins aisée à trouver et l'instrument à tendance à se désaccorder plus facilement.
Cependant la sonorité devient magnifique, plus grave, plus boisée et s'harmonise mieux avec l'oeuvre.
Du reste, le diapason 392 était celui en vigueur à la cour de KÖTHEN à l'époque où JS BACH élaborait ses Suites. La boucle est bouclée.
Le violoncelle est ici plus volubile. Les retours d'archet, qui semblent parfois plus âpres, laissent entendre plus de vérités sur l'instrument et son jeu dynamique..quel son!
L'excellente prise de son nous fait percevoir véritablement le corps à corps entre le musicien et son instrument.
La danse initiale et elliptique reprend ses droits dans cette version incroyablement humaine et baroque. Elle bruisse de vie, de 'sauvagerie" contenue, une merveille qui ne s'exonère pas de sa dimension charnelle.
WISPELWEY n'hésite pas à recourir à des micro-silences pour relancer le rythme.
L'articulation des phases, les respirations et la qualité du rubato font également la différence.
Cet enregistrement parle une langue connue à notre coeur, notre esprit et notre corps. Bien sur qu'il bouscule nos habitudes..tant mieux. Certains ne l'aimeront pas

Le DVD qui accompagne les 2 CD est fort interessant, il explique la genèse de la démarche de WISPELWEY et apporte moult renseignements (Sous-titres en français).

Cet enregistrment va rejoindre chez moi ceux de BYLSMA, COCSET et de QUEYRAS (trop méconnu). En attendant je l'écoute en boucle. Une réelle réussite, fruit du travail incessant d'un MUSICIEN d'exception

Je précise quand même que je vous recommande plus que chaudement cet admirable coffret !!!

Bonne et revitalisante écoute

Bien à vous toutes et tous.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 2 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-7 sur 7 de cette discussion.
Message initial: 21 nov. 12 09:40:22 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 21 nov. 12 10:20:51 GMT+01:00
Nicolas dit:
Cher Dominique,
Merci pour ce commentaire qui mérite largement son premier VU. Je me sentais un peu seul...
Je suis d'accord avec vous que cet enregistrement va plus loin que ses versions précédentes... après dire qu'il est le meilleur est une autre affaire et mon avis n'est pas encore tranché sur ce sujet. Ce qui est tranché chez moi est qu'il est meilleur que son second enregistrement en tout cas qui est pour moi sa version "classique".

Sa première version est très subtile rythmiquement et très innovante. Elle est plus minimaliste au sens avant guardiste du terme que classique et en même temps parle avec un naturel confondant. Maintenant, c'est vrai que cette dernière version a du vécu!

Une petite précision concernant le contexte de composition de ces suites: il y a de la jubilation mais il se peut qu'il y ait beaucoup de douleur comme dans la chaconne pour violon. Bach n'a pas eu que des joies à cette époque. Sinon, il ne faut jamais oublier que BACH n'a apparemment jamais joué de violoncelle et les a peut-être composées ces suites en utilisant un violoncelle d'épaule facilement jouable pour un violoniste et/ou au clavier.

Concernant Queyras, je ne pense pas que sa version soit méconnue, vu le nombre de commentaires positifs et de prix qu'elle a recue en France et ailleurs. Je la trouve à la fois belle, parfaite techniquement (sauf la prise de son) mais aussi surcôtée avec une propension à éviter l'obstacle plutôt qu'à dire les choses clairement. De ce point de vue, je préfère largement cette dernière version de Wispelwey ou des versions expressionistes comme celle de Zuill Bailey (qui a aussi ses travers mais qui dit aussi quelque chose) pour sortir du monde des instruments historiques.

Cordialement
Nicolas

P.S.: Sinon (pour reprendre l'humour corrosif de Minouschka à propos des sous commentaires de mon commentaire), je ne connaissais pas la version de BYLMAS mais elle doit être excellente...

En réponse à un message antérieur du 21 nov. 12 10:20:53 GMT+01:00
KANTATEN dit:
Bonjour! Comment vous ne connaissez pas la version BYLMAS, elle est pourtant excellente, au niveau de celle de TARTELIER ou FOURPIER !
Pour en revenir, plus sérieusement, à votre commentaire, et au mien par la même occasion, je ne pense pas que cette version soit la meilleure. Je ne le formule pas du reste. Mais elle figure à mon sens dans l'actuel trio/quartet de tête dont fait partie BYLSMA que j'ai eu le plaisir de rencontrer et d'entendre...comme du reste Bruno COCSET que j'ai oublié de citer. Je vais le rajouter. Sinon gare ! Ce que j'aime dans cette 3em version de WISPELWEY, c'est la continuité intelligente dans la brisure des codes dans lesquelles est parfois enfermée l'interprétation de cette oeuvre..et la musique baroque encore parfois. Mais c'est un autre débat.
Bien cordialement

En réponse à un message antérieur du 21 nov. 12 12:16:01 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 21 nov. 12 14:58:48 GMT+01:00
Nicolas dit:
Sans oublier la fameuse version de CALLAS (je ne me rappele plus s'il y a un L ou deux, à moins que ce soit deux Ss...)

Votre commentaire va m'inciter à les réécouter un peu plus et je sens que je vais bientôt devoir réviser le mien qui n'était que temporaire. Sur la continuité dans la brisure, j'ai trouvé que c'étais un peu limite pour certains passages de la 4eme et 5eme suite où la continuité est un peu en danger mais je vais réécouter...

En réponse à un message antérieur du 21 nov. 12 16:07:35 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 21 nov. 12 16:29:37 GMT+01:00
KANTATEN dit:
Concernant QUEYRAS, une des erreurs qu'il a commise est d'avoir enregistré sa version dans une église...ce qui pose des problèmes parfois difficiles à gérer à l'enregistrement comme au mixage numérique pour un instrument seul. Erreur que n'a pas commise BYLSMA lors de son fameux enregistrement de fin Janvier 1992 sur le "Servais"...supérieur à mon avis à celui de 1979. Vous avez du reste fait un excellent commentaire de la version de 1992 sur ce site à la fin de Septembre de cette année me semble t'il.
Compte tenu que je vous laisse ce message entre 2 avions, je vous laisse le soin de placer consonnes et voyelles là où elles seraient absentes !!!!!
Bien cordialement

En réponse à un message antérieur du 1 déc. 12 20:37:13 GMT+01:00
Nicolas dit:
Le débat de savoir quelle version de Bylsma est la "meilleure" est une vaste question qui divise beaucoup. Certains jugent la seconde trop cérébrale, maniérée, réfléchie alors que la première serait pleine de passion, d'émotion sincère, avec une vitalité unique et avec un charme propre aux version pionnières, d'autres trouvent la première trop classique/musicale, un peu trop jouée "d'un bloc" avec une prise de son douteuse... Moi j'ai longtemps préféré la première mais j'ai appris à aimé la seconde qui est en fait plus proche de l'esprit de l'oeuvre (également présenté dans le DVD) où les suites ne sont pas des suites "normales". J'ai appris à comprendre les "excès" de Bylsma dans la seconde ainsi que ses passages presques classicisants (et qui ne le sont en fait pas...)

En réponse à un message antérieur du 1 déc. 12 21:09:41 GMT+01:00
KANTATEN dit:
Bonsoir Nicolas. Heureux d'avoir de vos nouvelles. 1er ou 2 em Version de BYLSMA ? la critique et le public ont préféré la seconde version"diaposoné d'or" en France et qui a obtenu d'autres récompenses dans d'autres contrées. BYLSMA lui même préfère la seconde qu'il trouve, de mémoire, plus proche de sa lecture idéale de l'oeuvre. Mais après tout Jean Sébastien de nous a pas laissé un CD de sa propre interprétation! Il n'a même pas laissé d'annotations sur le manière de jouer ces Suites. Nous sommes donc condamnés à la subjectivité. Pour moi les 2 sont d'excellente facture même si j'ai un faible pour la 2em, mieux enregistré et ,surtout, plus subtile qu'il n'y parait. Pour moi c'est l'émotion ressenti, la fidélité à la partition, la musicalité et les subtiles nuances de l'interprétation qui font la différence...subjectivité qu'il faut bien accepter.
Bon Dimanche Nicolas

En réponse à un message antérieur du 1 déc. 12 21:46:48 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 1 déc. 12 21:49:36 GMT+01:00
Nicolas dit:
Je sais que bylsma préfère sa seconde, mais l'avis de l'interprète n'est pas parole d'évangile quand on voit que tortelier préférait de loin sa seconde que je trouve moyenne par rapport à la première... Sinon j'ai rencontré et lu beaucoup de gens qui préfèrent la première version de bylsma et qui attribuent les louanges de la critique pour la seconde à une dérive du système...Le fait est que la beauté de la seconde est plus exigeante qu'il n'y parait au premier abord.
Cordialement
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

5.0 étoiles sur 5 (5 commentaires client)
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

KANTATEN
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Lieu : Alpha du Centaure

Classement des meilleurs critiques: 134