Commentaire client

6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 samouraï de Kurosawa, 12 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les 7 samouraïs [Édition Collector] (DVD)
Difficile de parler après deux bonnes évaluations déjà anciennes, mais comme je venais de voir récemment le remake de John Sturges (1960), "les sept mercenaires", le film qui en a inspiré l'intrigue devait être vu également. Quelle belle découverte !

Ce film de 1954 est réalisé au Japon (par Kurosawa) avec des acteurs japonais, et il ne s'agit pas de mercenaires (au sens propre du terme c'est à dire d'hommes payés à la tache pour tuer) il s'agit d'hommes de guerre avec un code l'honneur comme le sont nos chevaliers du Moyen âge. L'action du reste est située également à la fin Moyen âge et l'intrigue du film a réellement inspiré celle des "sept mercenaires" on y retrouve les mêmes personnages et les mêmes survivants de cette brillante guerre des paysans contre les "bandits" qui les affament. Les personnages sont introduits par des astucieuses confrontations avec un samouraï rasé (pas étonnant que Sturges ait ensuite choisi Yul Brynner pour incarner le chef de guerre des Samouraï-mercenaires). Les samouraï vont enseigner l'art de la guerre à ces fragiles paysans (ruses, tranchées, barricades, luttes au couteau), ils vont fraterniser et modifier leur comportement et recevoir la gratitude de ceux qui les ont engagés et devenir des combattant disciplinés... Les attaques diffèrent de celles du remake et l'on est médusé devant l'habileté que ces hommes armés de piques emprisonnant un cavalier en armure. La scène est renouvelée de nombreuses fois, les bandits en armure, stupides, se croyaient par leur nombre, invincibles...Les femmes paysannes japonaises sont cachées (comme les mexicaines du remake) mais l'idée géniale est de montrer un père horriblement jaloux qui va déguiser sa fille en homme (pour lui éviter d'être "abordée" par les hommes que l'on gâte par ailleurs) et inévitablement cela va la conduire à rencontrer un jeune samouraï disciple, au grand drame de tous.

La grande différence entre les deux films c'est la mise en scène qui nous rappelle, ici, que les spectacles, en Asie Chino-Japonaise, sont des pièces de théâtre, on y retrouve donc une gestuelle ample et suivant une musique agrémentée de gong, les coups de sabres sont empreints d'une symbolique qui tue aussi bien que l'arme elle même...Une belle image finale, des femmes plantant le riz, conclut et traduit la joie des paysans victorieux. Sturges conclut du reste comme Kurosawa, ce sont les paysans qui sont vainqueurs...

Film Noir et Blanc dont la longueur (2h33) passe inaperçue. Très beau.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-6 sur 6 de cette discussion.
Message initial: 14 déc. 09 16:24:54 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 21 juin 10 16:15:06 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 14 déc. 09 18:46:09 GMT+01:00
marialicia dit:
Gerlan,
En me relisant je trouve qu'il est écrit un peu en charabia.
Une remarque encore, il est vraiment beau mais plus difficile à regarder que celui de Sturges, probablement une question de culture Occidentale confrontée à l'Orientale.
Merci pour votre passage et vote.

En réponse à un message antérieur du 21 déc. 09 00:20:11 GMT+01:00
[Supprimé par Amazon le 21 juin 10 16:15:07 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 21 déc. 09 11:20:40 GMT+01:00
marialicia dit:
gerlan,
c'est aussi pour ça que je l'ai regardé beaucoup plus difficilement que celui de Sturges qui est vraiment un western, le début est long mais guidée par le western j'ai supporté !
à plus tard, amitiés

Publié le 8 janv. 10 06:47:55 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 8 janv. 10 06:49:27 GMT+01:00
Vu.Pour l'annecdote au sujet des"Sept mercenaires", ce n'est pas Sturges qui a choisi Brynner mais le contraire. En effet c'est Yul Brynner qui possédait les droits pour le scénario, les ayants achetés directement à Kurosawa.

En réponse à un message antérieur du 8 janv. 10 10:25:12 GMT+01:00
marialicia dit:
quelle culture cinématographique !!!!
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

5.0 étoiles sur 5 (12 commentaires client)
5 étoiles:
 (12)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 40,00
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Lieu : Paris

Classement des meilleurs critiques: 113