undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Commentaire client

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Pâle résurrection, 4 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sugar Man (DVD)
Le truc du chanteur solitaire, poète inspiré mais maudit, qu'on croyait mort de manière dramatique, sans avoir jamais vraiment entendu parler de lui, et qu'on ressort tout à coup comme un miraculé, c'était magique ! Surtout avec cette belle affiche de l'homme aux semelles de vent, au charme latino, buriné par le soleil, guitare sur le dos, cheminant dans la poussière du Sud, au son d'une rengaine accrocheuse : Sugar Man...
L'ennui c'est qu'après avoir vu le vibrant documentaire retraçant le parcours de loser magnifique du dénommé Sixto Rodriguez, on reste sur sa faim.
Il est bien difficile en effet d'adhérer à cette légende un peu trop merveilleuse pour être totalement vraie. Sans doute avant tout parce que les auteurs en font vraiment trop dans le maniement de l'encensoir.
Tout d'abord l'accumulation de témoignages dithyrambiques, au demeurant aussi anonymes que la vedette, attestant que Rodriguez serait un pur génie : « On n'avait jamais entendu ça », « à côté de lui, Bob Dylan paraît léger... » De fait, on comprend leur incompréhension face à l'insuccès de ses disques...
Et quand ce n'est pas l'outrance, ce sont les contradictions qui surgissent, lorsque est évoquée la popularité inattendue de l'artiste en Afrique du Sud ! Songez donc : son premier album Cold Fact y aurait été aussi célèbre que l'Abbey Road des Beatles ou le Bridge Over Trouble Water de Simon et Garfunkel, et bien plus que les productions d'Elvis ou des Rolling Stones ! C'est bien simple, Sixto Rodriguez aurait été là-bas l'idole des jeunes, le chantre de la lutte anti-apartheid et aurait vendu au bas mot 500.000 disques !
Curieuse démesure, alors que les textes de ses ballades, hormis quelques allusions aux paradis artificiels, paraissent bien inoffensifs, et que l'intéressé lui-même avoue n'avoir jamais eu la moindre relation avec l'Afrique du Sud (il ne savait même pas qu'il y avait vendu des disques!). D'ailleurs comment aurait-il pu devenir célèbre alors qu'une affreuse censure interdisait parait-il systématiquement le passage de ses disques à la radio ?
Bref, devant tant d'incohérences, la curiosité pour le phénomène s'émousse assez rapidement, au fil de ce périple plus bavard que musical (on n'y entend pas un morceau en entier). Si on ressent une certaine tendresse pour le personnage, on ne peut s'empêcher d'éprouver également de la pitié. Le chanteur mal aimé, dont la voix chaude et stridulante n'était certes pas désagréable, quoiqu'au service de mélodies plutôt monocordes, a été malheureusement ressuscité un peu tard. Les deux prestations publiques récentes présentées dans les bonus le montrent en effet chancelant, le souffle court et rauque, grattouillant laborieusement quelques accords sur sa guitare. Pas de quoi se taper le cul sur la glace...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-6 sur 6 de cette discussion.
Message initial: 21 mars 14 07:40:16 GMT+01:00
Il était aussi complètement saoul lors d'une récente sortie à Paris... Mais les textes ne sont pas tout à fait inoffensifs : drogues dans Sugar Man, sexe dans I wonder, violence policière dans Hate Street Dialogue ; la critique sociale est également évidente dans Inner City Blues - entre autres. Et ses deux albums sont excellents... Je n'ai pas aimé le film non plus, mais il a quand même le mérite de nous les avoir fait découvrir (et de nous faire réfléchir sur la déconnexion, de plus en plus fréquente, entre talent et succès).

En réponse à un message antérieur du 23 mars 14 12:56:00 GMT+01:00
Tiens donc Antoine ! Je n'aurais pas imaginé te voir prendre parti sur ce drôle de zombie, opportunément ressorti des greniers poussiéreux du folk... Pour ma part, c'est quand même avant tout un retour très organisé par le marketing. Après le feu d'artifice commercial, il n'en reste quand même pas grand chose et je ne suis pas si sûr que le public soit passé à côté d'un génie. Je ne dirais pas la même chose de gens authentiquement et injustement méconnus comme Iain Matthews par exemple...

En réponse à un message antérieur du 23 mars 14 13:44:17 GMT+01:00
[Supprimé par l'auteur le 23 mars 14 13:44:37 GMT+01:00]

En réponse à un message antérieur du 23 mars 14 13:47:44 GMT+01:00
C'est Pierre qui a répondu ! Mais Antoine, qui a écouté les deux CD à Pékin, a su les apprécier lui-aussi... Je ne crois pas que le retour ait été organisé : l'entregent du "zombie", comme tu l'appelles avec chaleur, ne me semble pas particulièrement dense... Disons plutôt que le film a créé les conditions d'un possible retour. Ensuite, que tu ne penses pas que le public soit passé à côté d'un génie ne m'étonne pas de la part d'un PHT qui se délecte à prendre systématiquement le contre pied de l'avis majoritaire. Et je dois dire que cela ne me surprendrait pas non plus que tu n'aies jamais écouté les deux albums en question ! (allez, avoue, nous sommes entre amis... :-))

En réponse à un message antérieur du 24 mars 14 01:05:59 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 28 mars 14 00:57:11 GMT+01:00
Et bien si, je les ai écoutés ! Avant de les acheter, ce que je me suis en définitive gardé de faire. Car après l'effet de surprise pas désagréable, j'ai rapidement senti monter une certaine lassitude...
Cela dit je ne crois pas que le coup fut monté par l'artiste lui-même, un peu dépassé à l'évidence. Sa sincérité n'est pas en cause. D'autres ont flairé le coup commercial et l'ont propulsé au rang de star et de génie, ce qu'il est loin d'être à mon humble avis. D'où la déception.
Cela dit, c'est vrai que j'aime la contestation, mais je ne nie pas pour autant les valeurs universellement reconnues.
Amitiés à Pierre, à Antoine et aux autres...

En réponse à un message antérieur du 13 avr. 14 20:08:41 GMT+02:00
et ben..................... je suis d'accord.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Lieu : France

Classement des meilleurs critiques: 1.407