undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_Hercules Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Commentaire client

24 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'apothéose de la carrière de Michael Bay ? (sabordée par une piste son DD 5.1 !), 20 juillet 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Transformers : l'âge de l'extinction [Combo Blu-ray 3D + Blu-ray + DVD] (Blu-ray)
Tout d'abord, n'y allons pas par quatre chemins : la VF Dolby Digital 5.1 est une honte, et ne rend aucunement justice à l'excellence audio originelle de Transformers 4. Encore une fois, le cinéphile français est pris pour une vache à lait !
En dehors maintenant du lamentable travail de l'éditeur français, voici mon modeste avis sur le film lui-même :

Suite au semi-échec du pourtant excellent No Pain No Gain (qui, au regard de la filmographie de Michael Bay, pourrait presque passer pour un film d'auteur !), le réalisateur de Bad Boys renoue avec sa lucrative et explosive franchise : Transformers.

Faisant suite au troisième volet (et non pas reboot comme il l'avait été un temps annoncé), L'Âge de l'Extinction se déroule cinq ans après la bataille de Chicago. Les Autobots n'ont désormais plus la grâce du gouvernement américain et sont traqués sans pitié. Pourtant, les périls qui menacent de s'abattre sur la Terre les feront à nouveau sortir de l'ombre, accompagnés cette fois-ci par un inventeur raté, sa fille et son petit ami.

Premier opus de ce qui s'annonce comme une nouvelle trilogie consacrée aux jouets Hasbro, le film met en scène de tout nouveaux personnages humains. Mark Wahlberg incarne ainsi l'inventeur hurluberlu (son chien mécanique est totalement risible !), tandis que Nicola Peltz (Bates Motel) et Jack Reynor (The Delivery Man) donnent vie à la fille du héros et à son petit ami. En remettant à zéro le casting, il est probable que Bay ait voulu éviter que le public ne se lasse du chassé-croisé amoureux, très convenu, entre Megan Fox et Shia Labeouf – les dérapages continuels de ce dernier n'aidant de plus en rien à le reprendre dans l'aventure.
Le point commun entre les deux protagonistes principaux se trouve en revanche dans leur caractère de losers fantasques, véritable faire-valoir à la puissance des robots géants. Robots qui, après avoir fait passer le personnage de Labeouf du statut d'adolescent à celui d'homme, permettront à Wahlberg de prouver à sa fille qu'il est digne d'être un père. En évinçant ici la traditionnelle romance héros/héroïne, et en la remplaçant par une relation père/fille, le metteur en scène choisit de prendre le contre-pied de la plupart des blockbusters actuels.

Mais de là à dire que Transformers 4 transcende les scénarios de ses trois prédécesseurs, il y a un fossé que je ne franchirai pas. Ainsi, là ou No Pain No Gain mettait en valeur des anti-héros consistants de par leur vacuité - scénaristiquement voulue -, L'Âge de l'Extinction accumule cliché sur cliché. De l'inventeur désargenté à sa fille blonde et belle qui rêve d'une meilleure vie, en passant par le petit ami bellâtre, le camarade idiot et le machiavélique méchant, rien n'est bien novateur. Une volonté de ne pas déstabiliser le public adolescent en brisant les canons du genre ? Sans aucun doute. Mais après tout, qu'importe ? Bay ne s'est jamais targué d'être un Bergman, et les personnages s'apprécient comme un plaisir caché : on sait tout d'eux par avance, mais on en vient à aimer leur côté burlesque.
Le casting est à ce titre impeccable, tous semblant s'en donner à cœur joie au cœur de ce grand défouloir tant scénaristique (le script est parfois trop alambiqué) que visuel.

Car la plus grande force de ce quatrième volet réside, et cela va de soit, dans ses Transformers.
De nouvelles créatures métalliques étant introduites au cœur de l'intrigue, elles n'auront de cesse que de tenter de détruire les robots que nous connaissons déjà bien, Optimus Prime en tête. En résultent de gigantesques combats à grande échelle, tant sur le territoire des Etats-Unis qu'en Chine (le long-métrage est une co-production américano-chinoise, le but évident étant de ne pas passer à côté du milliard de potentiels spectateurs chinois). Il en découle des séquences novatrices (les fameux dinobots sont utilisés à bon escient) et d'autres semblant au contraire lorgner involontairement du côté d'autres super-productions hollywoodiennes (le moyen d'attaque du vaisseau extraterrestre ennemi se rapproche dangereusement du Man of Steel de Zack Snyder). Mais toujours, le spectaculaire prime sur ces considérations, et l'on se trouve rapidement embarqué à bord de ce jouissif grand huit pyrotechnique.

En effet, Michael Bay ne s'est jamais trouvé aussi à l'aise qu'en filmant des destructions de masse, et nous le prouve une nouvelle fois. De plus, il semble totalement assumer le côté bigger than life de son film, et prend visiblement son pied à enchaîner scènes dévastatrices (l'attaque de Hong-Kong) sur cascades démentielles (toutes les courses-poursuites). Comme si, retombant en enfance, le réalisateur montrait sur grand écran ses rêves de bambin, tant dans leur aspect ludique que terrifique (l'exploration du vaisseau ennemi tient presque du film d'horreur !).

Enfin, comment ne pas noter que, pour la première fois, un Transformers se trouve pratiquement propulsé au rang de film épique, entre des créatures ancestrales et des visions proprement chevaleresques, telle Optimus Prime chevauchant un gigantesque dragon de fer et partant à l'attaque d'un ennemi plus puissant et plus nombreux. Le plaisir du spectateur s'en trouve donc décuplé, plaisir encore augmenté par la qualité des effets spéciaux.
Tous sont en effet parfaits, du plus petit détail d'arrière plan au plus grand robot, la 3D native et les prises de vue en IMAX ajoutant à la qualité visuelle de l'ensemble. Et, une fois n'est pas coutume, cette si décriée 3D est ici utilisée avec raison, apportant souvent un réel plus aux prises de vue. Mais surtout, elle oblige Bay à ne pas surdécouper ses plans (défaut récurrent de la première trilogie), les combats étant maintenant lisibles et fluides, et par conséquent encore plus impressionnants.

Pour conclure, L'Âge de l'Extinction est, de mon point de vue, le meilleur Transformers à ce jour, parvenant de plus et contre toute attente à renouer avec l'esprit des productions Amblin 80's, en mêlant rire et action, mort et peur.

A savourer à tout âge !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 11 oct. 14 12:48:20 GMT+02:00
Arwena dit:
Je me suis arrêtée au 1er film dis donc !! J'ai du retard à rattraper quand je lis ton avis.... Il m'a remis les idées en place ! Par contre je suis pas trop fan des versions 3d...

En réponse à un message antérieur du 11 oct. 14 14:24:13 GMT+02:00
matt dit:
Ce Transformers ci m'a en effet laissé une bonne impression ! :-) Au niveau de la 3D, je ne suis habituellement pas un grand fan non plus. Mais pour ce film, elle était vraiment convaincante sur grand écran. Reste à savoir si ce sera aussi le cas avec un home cinéma, ce dont je doute un peu...
‹ Précédent 1 Suivant ›