Commentaire client

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 LELOUCH FILME CE QU'IL CONNAIT LE MIEUX : LUI MEME !, 15 janvier 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une Fille et des Fusils (DVD)
Quatrième métrage de Claude Lelouch, UNE FILLE ET DES FUSILS (1964) fleure encore bon la Nouvelle Vague, avec cette caméra en liberté dans les rues de Paris, et ce générique égrené à la voix (Guitry et Welles le faisaient aussi). Le départ est réussi, avec Martine, sourde-muette, qui échange avec Jacques en écrivant à la craie sur les murs, les bancs, les pavés. L’insouciance sera de courte durée. Jacques et ses trois potes, ouvriers d’usine, fondent une école du gangstérisme, pour à terme, arrondir les fins de mois.

Lelouch fait mouche avec ces quatre pieds nickelés qui se gavent de romans et films noirs pour apprendre le métier, puis passent de la théorie à la pratique, dérobant des tablettes de chewin-gum, du courrier, des pommes... puis des flingues. Lelouch est à l’aise dans ce registre, la cocasserie, la loufoquerie. Et on sent le malaise poindre. Peu de temps après la guerre d’Algérie, quatre ans avant mai 1968, les mouvements contestataires et les vagues de kidnapping, ces apprentis-extrémistes de pacotille ne revendiquent aucune pensée politique. Ils sont justes béats d’admiration pour Capone et Dillinger. Lelouch visionnaire et cynique ? Non, car il s'en fout. Ce qui l’intéresse ici, c'est filmer sa propre cinéphilie, ses fantasmes, mais pas une époque, encore moins de vrais gens.

On se doute bien que tout cela va virer au drame, que le jeu du « pan t’es mort » et l’amitié ne feront pas long feu. Malgré la fraicheur des comédiens (Jean Pierre Kalfon, Amidou, les autres sont mauvais) et l’enthousiasme du réalisateur, la machine tourne rapidement à vide. Lelouch n’a pas de point de vue, de pensée, ces personnages sont artificiels, sans vie réelle.

Parce que Lelouch est fasciné par le cinéma américain, ses personnages doivent l’être aussi, et par extension, les spectateurs de ses films. Sauf que regarder Lelouch filmer, n'a rien de fascinant ! C'est au plus, une curiosité. La séquence western est grotesque (comme celle d'UN HOMME QUI ME PLAIT) la mise en abîme du tournage, les courses et dérapages de bagnoles, les zooms arrière, la caméra suggestive, les regards caméra intempestifs… L’arsenal Lelouch se met en place… Lelouch, c’est le film et le making-off en même temps. Je filme en prenant soin de vous montrer comment je fais. Si le scénar prévoit « un tireur est posté sur un toit des Champs Elysées », je vous montre quinze fois que c’est vraiment Amidou perché là-haut, filmé à l’arrache, sans autorisation de la préfecture… Parce que ça fait chouette. Ça frime. Sauf que la scène est totalement improbable, mais ça, Lelouch s'en moque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 3 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-7 sur 7 de cette discussion.
Message initial: 17 janv. 14 18:15:39 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 17 janv. 14 20:22:23 GMT+01:00
Ecole du gangstérisme? Alors il faudrait dire "Lemouche fait louche". Alors cette chronique de Springsteen, ça vient?

En réponse à un message antérieur du 18 janv. 14 10:40:03 GMT+01:00
Luc B. dit:
Ca va venir, mais pas ici, je ne suis pas stupide !!

En réponse à un message antérieur du 18 janv. 14 15:44:55 GMT+01:00
J'avais bien compris que ce ne serait pas ici.

En réponse à un message antérieur du 18 janv. 14 16:23:53 GMT+01:00
Fred_NC dit:
Je note qu'il y en a qui déblo(c)quent...

En réponse à un message antérieur du 21 janv. 14 04:36:25 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 4 févr. 14 14:45:33 GMT+01:00
Félicitation pour ce brillant commentaire ainsi que ta lucidité concernant le cinéma de Lelouch...
ça me consolerais presque de nos divergences sur cet autre cinéma...tu sais, heuuu... comment s'appelle t-il déjà ?...
Ha oui : la "New-Vieille Vague"...!
:-)

En réponse à un message antérieur du 17 févr. 14 20:25:34 GMT+01:00
Ouhman dit:
Ohhhh c'te mauvaise foi ! Reprocher à Lelouch de ne pas mettre de revendications politiques dans son film ! Comme si tout film digne de ce nom devait englober la réalité de l'époque de son tournage vue au prisme de l'histoire à venir...
Et pourquoi ne pas reprocher à Melville l'absence de référence à la Shoah dans l'Armée des ombres tant qu'on y est ?

En plus, dire que Lelouch ne filme que lui-même, tu es dur : moi je vois surtout un jeune type qui s'éclate avec sa caméra en ne respectant aucune autre règle que l'envie de raconter une histoire. On peut dire que c'est prétentieux de vouloir s'affranchir de ce que les aînés ont défini, mais c'est le luxe de la jeunesse, non ?

Vilain Luc. Dire que je viens de voir Dr Folamour et que j'ai bien aimé, pour une fois...

En réponse à un message antérieur du 18 févr. 14 10:14:19 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 18 févr. 14 10:17:36 GMT+01:00
Luc B. dit:
Disons que ce que je trouve dommage, c'est qu'il y avait tous les ingrédients pour virer au pamphlet, et que Lelouch semble ne pas oser aller dans cette direction. Parce que cela ne l'intéresse pas (c'est son droit) mais moi, cela m'aurait intéressé !!

J'adore quand Lelouch expérimente avec sa caméra, oui, il s'amuse avec, il est inventif, il a son propre style, et ça, je ne lui enlèverai jamais. Sauf qu'au plaisir de filmer, s'ajoute aussi le plaisir de montrer qu'il filme... Regarde comme il insiste dès qu'il y a un plan "osé" à nous montrer comment il a fait. Regarde comme dans les making-of, on le voit sans arrêt avec sa caméra, courir, cadrer, s'élever à la grue, être suspendu à une corde dans une cage d'escalier. Oui, je crois que le personnage central des films de Lelouch, c'est lui même et sa caméra.

Je suis certain que si on lui posait la question, il serait d'accord. Il dirait : "il y a deux types de héros dans mes films, les femmes, pour que je puisse tomber amoureux, et ma caméra".

Et sur l'exemple que je cite (je n'invente rien, c'est dans ce film !!) on voit bien que la séquence sur les toits des Champs Elysées est voulue pour être spectaculaire à l'image, qu'à chaque fois qu'on voit un acteur perché là haut, il faut comprendre que Lelouch y est perché aussi (puisqu'il cadre lui même). Alors que dans la logique des personnages, c'est stupide de monter ce coup à cet endroit, et de se planquer avec des mitraillettes 60 m au dessus !! Pourquoi il a écrit une scène pareil, Lelouch ? C'est stupide !! Sauf si son projet était de monter sur un toit au dessus des Champs pour filmer Paris.

Dr Folamour... T'as pas intérêt à être désagréable... Sinon je chronique "Un homme et une femme".

(J'ai revu "le chat et la souris", y'a des passages formidables, j'adore Reggiani, mais encore une fois, bon sang, tiens-les en laisse tes comédiens !! En 1975, ce n'est plus à mettre sur le compte de sa jeunesse...)
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

3.5 étoiles sur 5 (2 commentaires client)
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 6,99
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Luc B.
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 187