Commentaire client

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Cet admirable "Nô" de la solitude...!, 11 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Samourai (DVD)
"Il n'y a pas de plus profonde solitude que celle du samouraï si ce n'est celle du tigre dans la jungle... peut-être..."
Le film débute par cette citation attribuée au Bushido (code des principes moraux que les samouraïs japonais étaient tenus d'observer).
Cette phrase citée en exergue du film, place l'histoire sous le signe de la fatalité qui le situe aux frontières d'une tragédie antique dans le sens où les hommes sont confrontés à leur destin.

SYNOPSIS : Tueur à gages, Jeff Costello a reçu pour mission d'exécuter le tenancier d'un night-club. Il accomplit froidement et parfaitement sa tâche, mais en sortant de l'établissement, il est dévisagé par un client, par la préposée au vestiaire et par la pianiste. Amant d'une femme entretenue, Jeff (Alain Delon) lui demande un alibi pour la nuit. Tout le monde respectera la loi du milieu, celle du silence face à la police. Mais le commissaire (François Périer) est obstiné, il multiplie les traquenards pour prendre au piège le tueur solitaire. D'autant plus solitaire qu'il est également traqué par ses anciens commanditaires qui voient en lui un comparse "grillé"...

Jeff Costello est un marginal intégral, sans besoin, sans passion, sans jamais manifester la moindre émotion, sans passé et pire...sans avenir. Un être que rien ne relie au monde extérieur qu'il traverse avec une superbe indifférence. Même l'amitié est absente... Quant à l'amour, il se présente sous les traits d'une amie de cœur à qui il refuse de témoigner la plus infime émotion.
Il y a dans le film de Jean Pierre Melville un remarquable documentaire sur l'enquête et la filature qui permet de saisir dans sa plénitude l'immense talent d'observateur et de narrateur du cinéaste. Sa volonté didactique est extrême qui aménage des inserts de plans de métro qui clignotent pour que nous ne perdions pas la moindre parcelle de l'itinéraire de Jeff durant sa filature...Séquence remarquable au demeurant qui joue sur la durée et la précision topographique pour mieux impliquer le spectateur dans le rythme de son thriller. La préparation et l'exécution d'un crime parfait commis par Jeff Costello est tout aussi remarquable d'efficacité et de grande sobriété ; et même si parfois cette recherche de perfection semble apprêtée voire figée, force est de reconnaître que la direction d'acteurs est admirable et la composition d'Alain Delon légendaire : démarche hiératique, regard bleu glacial, économie de gestes et de mots. L'acteur retrouve ici une présence, un magnétisme et une concentration qui situe son rôle à la hauteur de ceux qu'il incarnât sous la direction d'un Visconti ou d'un Clément.
Il est vrai que Melville a très souvent reconnu sa parfaite et pleine communion avec le comédien et souligné entre eux une complicité qui lui fît décerner l'épithète "prodigieusement doué".
Il faut également souligner la merveilleuse musique du regretté François de Roubaix qui savait mieux que quiconque créer une harmonie entre les éléments constitutifs d'une même nature.
"LE SAMOURAÏ" restera "non seulement" l'un des meilleurs films de Delon mais également du maître, J.P.Melville.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 21 de cette discussion.
Message initial: 13 sept. 10 09:57:55 GMT+02:00
Luc B. dit:
La quintessence du style Melville. Delon y est superbe, comme Perrier et les autres. Ce film m'a hanté longtemps, j'y voyais là le summum du cinéma, après mes deux autres idoles Chaplin et Welles, et avant de bien connaître Kubrick. Quand j'écrivais des scénars, et que je faisais mon découpage (préparation des plans) la question revennait sans cesse : comment Melville s'y serait pris pour filmer ça ? ! Le Samouraï était ma référence absolue ! Aujourd'hui, je ne saurais dire s'il est meilleur ou pas que Le Cercle Rouge, ou Le Deuxième Souffle... Le Doulos est une pure merveille aussi...

En réponse à un message antérieur du 13 sept. 10 11:54:02 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 13 sept. 10 19:43:21 GMT+02:00
Merci Luc,
A l'heure où tu me lis , les rectifications n'ont pas encore été validées. J'ai en effet, ajouté quelques lignes dans le texte afin d'étoffer un peu ce commentaire. "Le Samouraï" méritait tout de même une "étude" plus approfondie que celle de ma première mouture.
Je vois qu'on a le même dilemme "Le cercle rouge" ou "Le samouraï"..?
et si ce choix n'était pas à faire... si "justement" on décidait de ne pas choisir..!
A eux seuls, ces deux perles représentent la quintessence du style "Melville"... avec ses personnages plus romantiques que réels, évoluants dans des décors épurés à l'extrème.
Malgré tout, j'ai toujours pensé que dans ces deux excellents films, la forme primait sur le fond...c'est pourquoi mon choix se porterait plutôt sur "L'armée des ombres" qui, tout en conservant une rigueur "Melvillienne" aboutie, aborde un sujet moins hermétique et plus en phase avec la réalité de son époque en contribuant au bien commun.

En réponse à un message antérieur du 13 sept. 10 19:46:06 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 24 sept. 10 13:06:00 GMT+02:00]

Publié le 13 sept. 10 20:59:52 GMT+02:00
Mon préféré de Melville... j' en ai pas, je les aime tous...

@+

En réponse à un message antérieur du 13 sept. 10 23:46:04 GMT+02:00
merci "le chat bleu"...
il existe deux excellents coffrets...
le premier : 2 DVD "Le samouraï" et "Le deuxième souffle".
le deuxième : 4 DVD "Le cercle rouge"..."un flic"..."Bob le flambeur"..."L'armée des ombres".
Ce sont les 6 meilleurs Melville (selon moi) réunis dans ces 2 coffrets...!

En réponse à un message antérieur du 14 sept. 10 07:27:08 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 28 sept. 10 17:36:55 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 15 sept. 10 00:09:00 GMT+02:00
merci marlon
A+...

En réponse à un message antérieur du 17 sept. 10 03:18:21 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 20 oct. 11 16:56:06 GMT+02:00]

Publié le 17 sept. 10 09:36:11 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 17 sept. 10 09:36:44 GMT+02:00
Fab Free dit:
Moi je choisis. C'est celui-là parce qu'il est sans faille. Les autres sont également grands mais il y a toujours un petit truc qui cloche. Par exemple, dans le cercle rouge, cette scène ou Bourvil se cache derrière des grosses lunettes n'est pas crédible. C'en est même curieux.
Alors que là, tout est parfait, froid en apparence mais vivant, oh combien, de manière sous-jascente. Tu oublies de citer le grand ami, compagnon (et sauveur) de notre héros : le canari.
Super com.

En réponse à un message antérieur du 17 sept. 10 09:38:02 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 17 sept. 10 09:38:20 GMT+02:00
Merci lepetitalex,
Celui-ci au contraire, je crois que les chaines nationales le diffusent assez régulièrement.
Tous les 3 ou 4 ans environ... Melville est encore parfois à l'honneur, cette semaine par exemple c'est "Le Doulos" qui est passé sur Arte. Pourvu que ça dure...!
‹ Précédent 1 2 3 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.6 étoiles sur 5 (30 commentaires client)
5 étoiles:
 (25)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
EUR 19,99
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Lieu : France

Classement des meilleurs critiques: 418