Commentaire client

6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Exceptionnel témoignage historique, 28 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les entretiens de Nuremberg : Conduits par Leon Goldensohn (Poche)
Ce témoignage d'un psychiatre, juif, officier de l'Armée américaine, dont la mission était de s'entretenir avec les anciens responsables de l'Allemagne nazie, jugés pour crimes de guerre à Nüremberg, est capital dans la compréhension du Mal. L'humanité de l'auteur est surprenante face aux démons. Ce livre est donc émouvant et riche d'enseignements.

Le procès de Nüremberg, très bien rendu dans le très grand De Nuremberg à Nuremberg de Frédéric Rossif, éclairé avec talent par Joseph Kessel (Jugements derniers : les procès Petain, Nuremberg et Eichman), nécessité absolue pour donner un nouvel élan à l'Humanité, condamnant la sauvagerie absolue du nazisme permit ainsi à un psychiatre de nous rendre les témoignages précieux de ses entretiens avec les hauts dignitaires nazis, emprisonnés qu'il eut de janvier 1946 (six semaines environ après le début du procès) à la fin du mois de juillet de la même année.

Une photo, une brève notice biographique précèdent chacun de ces portraits.

Au rang des accusés :

Karl Dönitz, Hans Frank - le gouverneur général de la Pologne - , Wilhelm Frick, Hans Fritzsche, Walther Funk, Hermann Göring, Rudolf Hess, Alfred Jodl, Erns Kaltenbrunner, Wilhelm Keitel, Constantin von Neurath, Franz von Papen, Joachim von Ribbentrop, Alfred Rosenberg, Fritz Sauckel, Hjalmar Schacht, Baldur von Schirach, Albert Speer, Julius Streicher.

Au rang des témoins :

Erich von dem Bach-Zelewski, Kurt Daluege, Sepp Dietrich, Franz Halder, Rudolf Höss (Le commandant d'Auschwitz parle), Albert Kesselring, Ewald von Kleist, Erich von Manstein, Erhard Milch, Rudolf Mildner, Otto Ohlendorf, Oswald Pohl, Walter Schellenberg, Paul O. Schmidt.

Ces voies surgies du passé sont à écouter dans la mise en perspective de ce dialogue qui ne juge pas, qui révèle. Précieux document pour comprendre l'Histoire.

La banalité du mal (Hannah Arendt à propos de Eichmann à Jérusalem). Aucun de ces anciens dignitaires nazis n'admet sa culpabilité. Chacun rejette la faute sur l'autre, souvent voisin de cellule, quand ce ne sont pas les morts (Hitler). Pitreries infâmes, lâchetés, misère intellectuelle (qui n'exclut pas une certaine intelligence manipulatrice chez de nombreux bourreaux), pathologies mentales constituent le lot de ces entretiens.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 19 de cette discussion.
Message initial: 29 août 09 11:11:42 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 30 août 09 08:23:10 GMT+02:00
Très intéressant: je connaissais le document mais maintenant je vais le lire. Tous ces gens étaient surdiplômés: Ohlendorf avait deux doctorats. C'était la "recette" du nazisme que de na pas s'appuyer que sur des instincts primaires mais d'être capable de créer un corps de doctrine et une littérature. A ce sujet, signalons le sinistre Ernst Jünger, un des auteurs préférés de Hitler, qui est passé au travers des gouttes pour une vague participation à la tentative du 20 juillet 44.

En réponse à un message antérieur du 29 août 09 15:31:02 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 9 mars 12 10:28:51 GMT+01:00]

Publié le 29 août 09 16:19:45 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 21 juin 10 16:20:03 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 29 août 09 16:44:01 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 9 mars 12 10:28:54 GMT+01:00]

En réponse à un message antérieur du 29 août 09 18:40:48 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 21 juin 10 16:19:11 GMT+02:00]

Publié le 29 août 09 20:57:18 GMT+02:00
Vaste débat en effet qui me semble, à moi, tourner en rond quand on se focalise sur les dignitaires; en gros, monstres ou pas monstres? Une fois ce point éclairci, a-t-on beaucoup avancé? Ce qui m'intéresse, c'est le côté des "récepteurs" qui détiennent en dernier ressort les clefs du problème. A ce titre, l'infantilisation, la déresponsabilisation du peuple par une société, la nôtre, de plus en plus maternante (victimisation, assistanat généralisé, principe de précaution...etc) nous rendent mûrs pour une nouvelle catastrophe, sous une autre forme évidemment. La Boétie avait déjà circonscrit le problème. Y a-t-il eu autre chose de mieux depuis? En tout cas pas les délires de Reich, avec sa Psychologie de masse du fascisme, relu récemment (avec peine), ouvrage totalement inepte.

En réponse à un message antérieur du 30 août 09 08:22:21 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 30 août 09 10:04:37 GMT+02:00
Cher Gerlan,

Je n'ai pas, en elle-même une passion pour "l'histoire guerrière". Je m'intéresse aux comportements paroxystiques qu'elle représente. J'ai fait mon service dans les commandos de l'Armée de terre ou j'ai fait 8 mois de semi-disciplinaire, étant à l'époque comme tous les jeunes c.... de ma génération, antimilitariste. J'en ai gardé un bon souvenir et de bonnes relations avec les militaires puisque je suis aujourd'hui, entre autres, professeur à l'école de guerre! Une troupe livrée à elle-même ressemble à un cataclysme naturel. C'est l'art du commandement que de savoir le neutraliser.
Vous noterez à mes autres lectures que ce qui me concerne directement, au-delà de la dimension technique de mon métier (ouvrages que je commente peu) c'est la distinction entre le bien et le mal, la question de la vie bonne et de la bonne société, bref, ce que l'on appelle communément la philosohie politique.
Merci de vos commentaires et appréciations.

En réponse à un message antérieur du 30 août 09 08:28:51 GMT+02:00
Shuffle master,

Les nazis n'étaient pas des "monstres" au sens pathologique du terme. Le système reposait sur une inversion du système de valeur chrétienne, ce que Hitler, dans le programme du NSDAP de 1924 appelait le "christianisme positif" (voir la magnifique étude de Kathleen Harvill-Burton sur le sujet). Les médecins SS soutenaient ne pas trahir le serment d'Hypocrate en tuant les juifs, mais au contraire le servir puisqu'ils nettoyaient l'humanité de ses parasites.
Que tout cela passe par l'infantilisation de la société, c'est certain: je vous invite à lire le chapitre "la société à irresponsabilité illimitée" dans "Gouverner par le bien commun".
Amicalement,

En réponse à un message antérieur du 30 août 09 08:55:01 GMT+02:00
J'ai noté dans le précédent message, adressé à Gerlan un intérêt pour les comportements paroxystiques de l'histoire guerrière. Le malheureusement oublié Gaston Bouthoul, créateur de la polémologie, a écrit sur le sujet des pages remarquables et originales en ce sens qu'elle laissaient de côté l'aspect moral, dont vous conviendrez qu'il est par nature relatif. Cet auteur figure-t-il au programme de l'école de guerre?

En réponse à un message antérieur du 30 août 09 11:33:32 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 21 juin 10 16:19:11 GMT+02:00]
‹ Précédent 1 2 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.2 étoiles sur 5 (5 commentaires client)
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 12,20
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Latour07
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Lieu : Paris, France

Classement des meilleurs critiques: 375