ARRAY(0xac36c1a4)
 
Commentaire client

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un double album essentiel à nouveau disponible, 26 août 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Froberger : Pièces pour clavecin (CD)
Froberger est un personnage central de la musique baroque de clavier. Il a joué un role central de pollenisateur entre les différentes cultures européennes de par ses multiples voyages entre Stuttgart (sa ville de Baptême), Rome, Paris, Londres, Vienne et d'innombrables autres villes d'allemandes, sans citer ses dernières années de services à Montbéliard, ville européenne par excellence.

Nombre d'enregistrements au clavier font figurer des oeuvres de Froberger et ils sont souvents réussis car la musique de Froberger a un charme et une poésie communicative. Cependant, il n'y a finalement que peu de réussites incontestables. En effet, les oeuvres de ce maître sont assez insaissables entre virtuosité et recueillement, lyrisme et variation rythmique effreiné sans mentionner les multiples dissonances dont il est parfois difficile de savoir s'il faut les jouer en tant que telles où les tempérer par un accord plus égal.

Justement, ces enregistrements Froberger de Rampe font partie des rares réussites incontestables de la discographie de ce grand voyageur.

La prestation de Siegbert Rampe dans Froberger est un heureux mélange d'érudition (Rampe est ni plus ni moins que l'éditeur des oeuvres de Froberger), de choix vraiment impeccable des instruments (il y en a une sacré variété dans ce double album et ils ne sont pas choisis au hasard), de cette concentration relachée qui fait prendre à chaque note sa place, de cette capacité à ménager les silences sans entrer dans une atmosphère dépressive, de démarrage soudain mais presque anodins et non forcé dans les fameuses progressions en imitation du maître...

Bref, il s'agit d'un double-CD (en plus bon marché) à ne pas manquer avant qu'il redisparaisse du catalogue!

Si vous ne pouvez pas investir dans l'intégrale de bob van asperen (très belle mais chère et qui a aussi ses limites), vous pouvez compléter ce double album de Siegbert Rampe par un autre double album bon marché et épatant: l'anthologie de Ludger Remy

Mes autres anthologies de référence (celle de Remy est bonne mais surtout incontournable de par l'étendue de son programme - dans les suites- et son prix) sont celles de Blandine Verlet et de Gustav Leonhardt (il y en a au moins 3 mais la dernière est la plus abordable dans tous les sens du terme) et si vous voulez un autre Froberger encore plus inventif et insaisissable (il en agace certains), je vous conseille aussi le volume 4 de l'intégrale de Richard Egarr.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Classer par: Le plus ancien d'abord | Le plus récent d'abord
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 28 août 13 22:27:22 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 28 août 13 22:27:51 GMT+02:00
Il est vrai que le disque de Leonhardt est d'une intelligence et d'une beauté remarquables. Il a le défaut de ses qualités, à savoir de nous donner les "best of" de Froberger (ses lamentations parce que quelqu'un est mort ou qu'il s'est fait voler à Londres... Shocking, isn't it?) de sorte qu'on hésite ensuite à acquérir d'autres disques qui immanquablement nous offrent les mêmes pisèces ... mais vous savez que cette chasse aux doublons est mon péché mignon.

PS qui n'a rien à voir: j'ai découvert cet été aiu festival du Comminges Marcel Pérès (j'ai même mangé une garbure avec lui, çà crée des liens). Cet homme est tout simplement en train de révolutionner le grégorien et, je pense, restitue autant que faire se peut ce qu'il était lorsque les chantres de Charlemagne ont essayé d'adopter le "modus cantandi" italien. Quand il chante le Kyrie Eleison, on dirait que cela provient des entrailles de la Terre.....

En réponse à un message antérieur du 29 août 13 08:50:18 GMT+02:00
Nicolas dit:
Cher Gérard,

Merci de votre visite.

L'anthologie de Leonhardt est remarquable, mais celle-ci est plus copieuse et plus complète et et plus diverse aussi au niveau des instruments choisis. Le Mietke de Leonhardt n'étant qu'un juste milieu qui va à peu prés bien sur toutes les pièces mais qui n'est pas représentatif de la multitude de clavier que Froberger a connu (même s'il manque le clavicorde dans cette anthologie). Et puis des fois, cela fait du bien d'écouter d'autres clavecinistes aussi, ce ne sont pas tous des manchots...

Quant aux doublons, moi je les recherche comme une facon de découvrir les différentes palettes interprétatives possibles d'une même oeuvre et pour tenter approcher leur "essence", comme une sorte d'approche par triangulation... Ce qui fait que j'ai souvent au moins 3 versions des musiques que je considère comme des chefs d'oeuvre. Cela a des conséquences (limite le répertoire notamment et/ou creuse le porte monnaie), mais c'est mon choix...

Pour Marcel Pérès, je l'ai découvert il y a quelques années quand il faisait le plain chant de la messe des paroisses de Couperin par Jean-Charles Ablitzer (je me rappelle l'introitus interminable, minéral, intransigeant...) mais j'avoue que j'écoute encore peu les musiques plus anciennes du moyen âge dont Pérès s'est fait, semble-t-il, une spécialité.

Avant-hier, j'ai écouté Mirage de Kaija Saariaho en concert, une expérience très intense. Après les sonates de Schumann et Sibelius paraissaient un peu fades en comparaison... Il y a du Cage en elle (il s'intéréssait beaucoup aux champignons aussi...), son oeuvre est radicale, personnelle, expressive et surtout respire la liberté et ne nous assomme pas des vérités (j'avoue que les Klavierstuecke de Stockhausen me posent problème de ce point de vue) mais on s'éloigne de Froberger! Quoique...

J'espère que vous avez passé un bon été.

Amicalement
Nicolas

En réponse à un message antérieur du 29 août 13 10:07:07 GMT+02:00
Ah les klavierstucke de Stockhausen en les 134 (si je ne m'abuse) accords à répéter dans un crescendo imperceptible dans la IX. A mon sens, le premier cahier est le mieux.
J'ai travaillé une petite pièce de Cage cet été, intéressante par l'importance donnée aux silences et par contraste aux legato des fragments mélodiques, et aux contrastes consonances/dissonances écrits dans un esproit sé&riel, ce ui est, quoiqu'on en dise, une bonne approche pour mrtytre en place le sysytème. J'ai aussi travaillé son "landscape", un tantinet répétitif selon un plan 15*15. Mais l'expérience vaut le coup d'être tentée. A l'opposé, j'ai travaillé une des plus vieilles pièces françaiss pour clavier, la fantaisie pour "orgue ou espinette" de Costeley. Pour bien la rendre, il faut parfois se torturer des derniers doigts de la main gauche .(type changement 5-4 prendant que le pouce est bloqu sur une pédale intérieure)..

Amicalemnt à vous, Gérard.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

5.0 étoiles sur 5 (1 commentaire client)
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Nicolas
(TOP 50 COMMENTATEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 29