ARRAY(0xb7003414)
 
Commentaire client

18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Bonne cuvée, 3 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : At The Edge Of Time (Edition Limitée 2CD) (CD)
Quatre ans après A Twist In The Myth, les allemands de Blind Guardian sont de retour. Si les années 90 les ont vu pratiquer une musique très speed, le début des années 2000, avec A Night At The Opera (2002) puis A Twist in the Myth (2006), ont permit à Blind Guardian de s'aventurer dans de nouvelles directions : très travaillé et orchestré pour le premier, et beaucoup plus rock et direct pour le second.

Avec 10 titres et 1h de musique, At the Edge of Time se présentait comme potentiellement bien construit et digeste (rappelons nous les 22 titres de Nightfall In Middle Earth). Les morceaux courent entre 4 et 6 minutes dans l'ensemble, à l'exception de l'ouverture et de la fermeture atteignant les 9 minutes. Notons aussi le changement de ligne dans l'artwork, réalisé par un artiste italien (celui-là même qui réalise les pochettes de Rhapsody). Aimera ou aimera pas : c'est très lisse et le jeu de couleurs (toujours les mêmes utilisées par cet artiste, quasiment) n'est pas en accord avec la musique, à mon avis.

Bref venons-en à la musique à proprement parler. Sans surprises, Blind Guardian fait du Blind Guardian, de la même manière qu'il l'a fait avec ANATO et ATITM : des variations notables, certes, mais de le fond la musique reste calibrée pour parler au fan.

On a donc le retour de la musique speed avec lequel les allemands ont pris peu de risques, illustrée par exemple par les bons Tanelorn, Valkyries (un petit côté Punishment Divine sur la fin, pas désagréable) et A Voice in the Dark. Ces titres sont bien taillés, efficaces, avec des passages de bravoure comme on les aime et des solos bien calés. Le risque majeur est, bien sûr, que ces titres passent mal dans le temps et saoulent rapidement à la manière de Control the Divine dont seul le refrain retient un peu l'attention, mais pas bien longtemps. Un morceau sort particulièrement du lot pour moi, et c'est Ride Into Obsession, qui porte bien son nom. Peut-être le plus speed, celui où la voix se fait la plus aiguë et les guitares tranchantes...mais attendez ce break inattendu et parfaitement placé et vous verrez ! Quant au refrain, il n'a rien à envier aux classiques du groupe.

Les fans se retrouveront aussi avec les traditionnelles ballades, ici Curse My Name et War of the Thrones. La première commence de la pire des manières possible, façon The Maiden and the Minstrel Knight sur ANATO, toute la mièvrerie de la fantasy en concentré : la petite rythmique en 3/4 à mid-tempo, le flutio, les tambours etc...Qui plus est ce titre fait perdre beaucoup de rythme après l'enchaînement de trois titres speedés. On notera quand même que le titre finit sur une sacrée montée en puissance dont je sauverai du bûcher les 30 dernières secondes m'ayant un instant rappelé la beauté du finish de And Then There Was Silence sur ANATO. War of the Thrones est plus simple, mais aussi bien plus efficace, car elle ne cumule pas tout ces clichés et a le mérite de propose l'inverse des ballades habituelles de Blind, c'est-à-dire qu'au lieu de nous la faire "couplet heureux" et "refrain tragique", ils nous font l'inverse ce qui donne au refrain une puissance très rafraichissante.

Enfin, il faut aborder les deux morceaux principaux de cet album, les deux plus réussis et aussi les plus longs : Sacred Worlds et Wheel of Time. La première est déjà connue depuis la sortie du jeu Sacred 2. Néanmoins elle se voit ici agrémenté d'une ouverture par l'orchestre qui est très réussie (et c'est là qu'on se dit que les gars de Blind Guardian ont un certain talent dans l'arrangement et que l'album orchestral pourrait faire très mal). L'orchestre ajoute une réelle fraîcheur de part la puissance largement supérieure à tout synthé : les instruments vivent. Notons les cuivres auxquels BG fait peu appel d'habitude et qui ici vous font pêter de sacrés moments de bravoure. Pour finir avec ce titre, il est très bien construit et très inspiré. Mon préféré pour le moment. Wheel of Time fait aussi largement appel à l'orchestre, ici bien plus oriental (qui a dit Precious Jerusalem ?). Mêmes qualités que pour Sacred Worlds, excellent en finish, avec ceci de moins que je trouve les parties de voix moins inspirées (et donc moins inspirantes) que sur la chanson susnommée, choses compensée par un bridge de grosse qualité.

Que peut-on alors conclure sur cet album ? Comme je le lisais sur une chronique, Blind Guardian est malheureusement maître de son territoire et ne prend pas de risques pour en sortir. Les fans et amateurs, moi compris, apprécient toujours un album des allemands car il apporte ce qu'il faut de nouveauté pour que ça passe. Mais pour un étranger à cette musique, peine perdue. Je pense qu'ils ont laissé passé la chance après A Night At The Opera, après lequel tout était permis pour faire exploser les conventions dans lesquels ils sont restés cantonnés (oui, je suis un grand fan de And Then There Was Silence). Je mettrai un 6/10 à cet album car il est malheureusement de bonne qualité, alors que l'on sait le quatuor capable de choses énormes vu les qualités de compositeur qu'ils ont. J'attends désormais l'album orchestral, qui pourrait faire office de nouvel ANATO et ainsi ouvrir des perspectives sur lesquelles je prie qu'ils sautent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Classer par: Le plus ancien d'abord | Le plus récent d'abord
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 5 août 10 18:01:39 GMT+02:00
Mézigue dit:
Je pense exactement la même chose : le groupe a joué la sécurité. Je sais pas dans quelle mesure c'était leur volonté ou alors s'ils ont eu envie de rassurer les fans après A twist in the myth qui les avait vu totalement abandonner le Speed Metal.
Les 2 pavés symphoniques me font quand même espérer quelque chose de vraiment grand pour l'album orchestral. Mais le reste du temps, je m'ennuie : ça mouline des clichés à la pelle, et personnellement, j'en ai ma claque de leurs ballades médiévales interchangeables.

En réponse à un message antérieur du 5 août 10 18:08:33 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 5 août 10 18:09:39 GMT+02:00
L. Aymeric dit:
Haha oui Curse My Name me donne vraiment la gerbe (comme Skalds and Shadows avant etc...) ! J'ai pas beaucoup d'infos sur l'album orchestral mais je crois aussi qu'il y a moyen que ce soit du bon.
Les autres compos sur cet album, genre Ride Into Obsession ou Valkyries ont de très courts passages vraiment intéressants : le break basse/batterie sur la première et les gros ch½urs à 3 min sur la deuxième. Des petits gimmicks qui marchent très bien, ce qui me ramène vraiment à penser qu'ils ont un grand talent d'écriture dans un registre rock/metal et pas seulement orchestral. Qu'ils ne l'exploitent pas dans ce genre de disque m'étonnera toujours, et c'était, je crois, là qu'était le grand mérite de A Twist In The Myth.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Lieu : Lyon

Classement des meilleurs critiques: 118.326