Commentaire client

5 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Rousseau était-il maso ou désoeuvré?, 26 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Rêveries du Promeneur solitaire (Poche)
Qui, en France, ne connaît pas l'inventeur de l'autobiographie? Qui n'a jamais lu l'incipit de Les Confessions? Et le promeneur solitaire?
Eh bien c'est la même chose. Je cherche et ne vois qu'un intérêt à ce livre, celui de se remémorer le principe des Confessions quand on a oublié en quoi elles consistent. L'autobiographie. La conscience de soi-même. Rappeler que la première préoccupation d'un individu cultivé est toujours lui-même. Et Rousseau fut très préoccupé par lui-même. Il me navre quand je le lis, et le pire, c'est que je me lis en lui. Il l'a tout de suite prétendu : sa confession trouve un écho en chaque individu. Il a donc raison à de nombreux points de vue. Néanmoins est-il nécessaire de retourner le couteau dans la plaie, sans arrêt?
J'ai peut-être l'impression que pour sa dernière oeuvre, en plus de se répéter, il cherche, c'est louable, à se faire du bien à lui-même mais cette fois à nul autre que lui. On découvre certes de nouveaux éléments de la vie (de la fin de vie) de ce personnage. Alors si on l'apprécie, on s'y intéresse. Mais si je n'aime pas le personnage? Vu qu'il est partout, au centre et ailleurs dans son livre, que faire? Fermer le livre? En outre, il manque de souplesse, me semble-t-il, bien qu'il développe un certain nombre de points de vue intéressants, comme la fusion du fantasme et de la réalité dans un paysage réel mais qui lui sied autant qu'un rêve. Quand le songe rejoint la réalité. Certes. Mais à cet humaniste ne va pas bien la misanthropie telle qu'il la décrit pour lui-même. J'ai toujours l'impression qu'il se raconte un mensonge, question de survie. Mais s'il se ment, forcément dans cette confession, il nous ment.
Non, vraiment, navré mais le génie n'excuse pas la faute de goût.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-9 sur 9 de cette discussion.
Message initial: 29 mai 11 11:02:32 GMT+02:00
Sullien dit:
L'inventeur de l'autobiographie... Ce qu'il faut pas entendre !

En réponse à un message antérieur du 6 juin 11 14:19:26 GMT+02:00
Bah oui

En réponse à un message antérieur du 13 juin 11 07:45:55 GMT+02:00
Christelle dit:
Je viens Sam Indiana soutenir votre assertion. Rousseau est considéré comme l'inventeur de l'autobiographie. C'est du moins ce qu'un théoricien très célèbre explique: Philipe Lejeune.

Cela dit, j'ai lu un texte critique passionnant sur ce thème, si cela vous intéresse, qui se trouve dans un des chapitres de Michel Onfray "L'archipel des comètes". Il remet en cause Lejeune et démontre que l'autobiographie trouve ses racines dans l'Antiquité. Un chapitre passionnant et méconnu...

Votre commentaire sur "Les Rêveries du promeneur solitaire" me rappelle les passages que je n'ai pas trop aimé des "Confessions". Rousseau effectivement paraît parfois un peu mythomane. "Les Rêveries" , oeuvre de la maturité, m'avaient davantage touchée.

En réponse à un message antérieur du 16 juin 11 18:55:02 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 16 juin 11 18:56:32 GMT+02:00
Merci Christelle pour votre soutien,

En vrai, je ne fais que répéter un topos appris au lycée il y a une quinzaine d'années.

Il est tout à fait possible que l'autobiographie ait pu être en gestation dès l'Antiquité ; et qui oserait affirmer que le concept textuel des Confessions est né comme une génération spontanée, en ne se basant sur rien, sur aucune histoire de la littérature? Evidemment, ce fut un long travail d'écrivains, un voyage depuis l'Antiquité pour aboutir à sa finalisation par Rousseau au XVIIIème.
Toutefois, si l'on voulait se montrer le plus juste possible, le plus précis aussi, nous dirions que Rousseau est l'inventeur de l'autobiographie mais seulement dans sa forme moderne et assumée.

Je ne vois pas quoi dire d'autre, cette dernière opinion me paraît imparable.

Cordialement.

En réponse à un message antérieur du 16 juin 11 21:20:27 GMT+02:00
Christelle dit:
Vous avez raison sur votre dernière formulation: sa forme moderne et assumée. De plus, votre très bonne mémoire s'appuie sur des textes théoriques qui font foi encore aujourd'hui.

J'ai bien apprécié votre commentaire. J'ai moi aussi quelques réticences avec Rousseau et son rapport à la vérité un peu arrangée à mon avis, sa volonté aussi de se disculper aux yeux du monde. Il n'a jamais écrit que deux lignes sur l'abandon de ses enfants et a écrit des milliers de pages sur l'éducation en général.

En réponse à un message antérieur du 17 juin 11 17:36:40 GMT+02:00
Tout à fait raison.

Cependant par curiosité, je prévois de lire un jour "Emile ou de l'éducation" qui dort depuis un moment dans ma bibliothèque car, bien que comme vous je ne sois pas un grand aficionados de son auteur, je me demande ce que peut donner ce texte, quand on sait - vous l'avez rappelée - son attitude vis à vis de sa propre progéniture.

Car on peut se poser, en élargissant le point de vue, des questions sur l'intégrité de nombre d'auteurs (Nietzche, Cioran, Goethe et même Freud par exemple...)

En réponse à un message antérieur du 17 juin 11 21:19:37 GMT+02:00
Christelle dit:
Je serai très curieuse de lire votre commentaire sur "Emile ou de l'éducation" une fois que vous l'aurez lu. Vous commentez beaucoup de littérature et cela m'intéresse, puisque c'est une passion pour moi et un métier aussi.

Vous mettez en cause l'intégrité de Cioran ou de Goethe, je suis surprise. Je connais en fait assez mal leur biographie et j'ai dû rater quelque chose...

Très bonne soirée.

En réponse à un message antérieur du 18 juin 11 18:28:42 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 18 juin 11 18:30:59 GMT+02:00
Oui, bonjour,

Je ne devrais pas balancer de telles assertions aussi vivement. Néanmoins je vais essayer de m'en sortir, car j'ai des raisons, bien qu'assez instinctives d'affirmer cela.

D'abord, mon opinion personnelle est que plus l'écrivain est grand, plus sa vie risque de ne pas être à la hauteur de son oeuvre. Ce serait donc un trait assez commun que de constater des lacunes niveau intégrité chez beaucoup d'entre eux.

Cioran: je ne suis pas du tout un bon connaisseur de Cioran. Je me souviens toutefois de quelques ambiances et d'un "Avant je pensais que l'Homme allait disparaître, maintenant je pense qu'il doit disparaître". Le pessismisme de cet auteur m'a été enseigné "sur la vie", c'est à dire au petit-déjeuner par un proche. Et ce proche, après peut-être vingt-cinq ans de réflexion âpre sur la littérature et la philosophie et autant de petit-déjeuner, en est arrivé à reconnaître enfin que l'aphorisme désespéré, désespérant et "limite suicidaire" (ou du moins qui donnerait envie de se suicider) de Cioran avait été pour son auteur au contraire un moyen de ne pas se donner la mort. Et donc que ce poète pessimiste dans son oeuvre avait été un grand vitaliste dans sa vie. Là pourrait (je dis bien "pourrait") se situer l'arnaque. CQFD mais c'est encore discutable bien sûr.

Goethe: je connais bien l'oeuvre romanesque de ce géant allemand que l'on dit romantique. Cependant, cette oeuvre se contredit souvent, pose bien des problèmes, n'en résout jamais aucun. Si! sauf une fois! à la fin du Wilhelm Meister: voyager. Le romantique ne cherche plus à aimer mais à voyager - pour se trouver. Moi je dirais selon ma lecture de l'oeuvre que son voyage c'est une fuite (en avant certes mais une fuite.) Quant au suicide de Werther dans Les Souffrances..., c'est une conclusion irresponsable bien que logique, et l'amour procédé chimique et naturel prôné dans Les Affinités, tout ça se finit tragiquement; donc des fuites et aucun remède. Alors est-ce que Goethe est le reflet de son oeuvre et vice-versa? Sans doute oui, lui qui ne réussit jamais à se fixer à une seule femme, mais cette instabilité bizarrement disparaît à l'ombre de la stature d'une réputation solide et stable de l'écrivain homme d'état sensé, aux multiples facettes. En vérité trop sensible pour la vie, il a pourtant tenté d'en théoriser une tranche. C'est le paradoxe de beaucoup d'auteurs me direz-vous. Mais tous ne sont pas aussi gigantesques que ce symbole de la culture germanique si appliquée, si rigoureuse. En conclusion, l'intégrité de Goethe est victime de sa réputation. Mais il n'avait qu'à se contenter d'écrire...

J'y ai été fort, trop dur avec ce pauvre Goethe (que j'adore cependant, mais ce sont ses faiblesses que j'adore), je sais ; j'accepterais en tout état de cause que l'on vienne me contredire.

Pardonnez, Christelle, la longueur de ma réponse mais elle est déjà courte vue l'envergure de tels sujets.

Cordialement.

En réponse à un message antérieur du 18 juin 11 22:15:26 GMT+02:00
Christelle dit:
Je n'ai pas trouvé votre réponse trop longue. Votre analyse est intéressante et périlleuse aussi. Pas évident à formuler en tout cas. Je saisis vos intuitions. Peut-être que l'oeuvre leur a permis d'échapper au pire en eux, en exprimant leurs faiblesses, ils ont pu indirectement les surmonter et paraître différents dans la vie. Je pense qu'écrire libère.

Merci en tout cas de vous être lancé dans ce développement.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

3.6 étoiles sur 5 (14 commentaires client)
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 4,60
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 14.514