Commentaire client

122 internautes sur 164 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 L'Essai qui n'en est qu'un, 23 février 2011
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comprendre l'Empire (Broché)
On le sait, et il se définit lui-même ainsi: Alain Soral est un essayiste, un polémiste, un virtuose du "Logos" et de la dialectique manipulant des concepts (mais bien qu'il aime à dire qu'il en créé, mieux vaudrait dire qu'il les appréhende et les utilise avec une efficacité tranchante).
Ce livre est l'aboutissement de 3 ans de réflexions, mais aussi de 53 ans d'expériences personnelles en tous sens (je ne retracerai pas ici le parcours d'Alain Soral, qui est en soi aussi intéressant qu'instructif). Fort de son sens de l'analyse et de la dynamique du mouvement qu'il a créé ("Égalité et Réconciliation", Alain Soral a justement senti la nécessité d'un Manifeste qui fixe sa pensée et sa ligne de mire. Ceux qui connaissent ses idées et visionnent régulièrement les vidéos internet le concernant ne découvriront rien de nouveau dans cet ouvrage, qui constitue donc une synthèse de sa vision du monde et de ses enjeux.
Aussi ceux qui se reconnaissent dans son analyse en feront leur "petit livre rouge", qui trônera sur leur table de chevet et leur permettra de "reprendre une dose". Je dis cela avec une certaine ironie, mais aussi une certaine affection, car je fais partie de ceux qui observent attentivement l'évolution intellectuelle et politique d'Alain Soral, et trouve que le meilleur côtoie le pire chez lui.

Le meilleur: Alain Soral reprend et adapte l'ensemble des réflexions parmi les plus pertinentes et adaptées à la compréhension des défis que pose le monde d'aujourd'hui (néo-libéralisme ou "libéralisme sécuritaire", immigration, bien-pensance, gauche caviard, repli identitaire et tentations racialistes...). Soral a lu des auteurs essentiels tels que K. Marx, C. Lasch, Proudhon et d'autres, et cela se ressent. Mais loin de se contenter de les reprendre et les juxtaposer, il les assemble et les fait coexister dans sa propre grille d'analyse, souvent teintée d'une ironie mordante et efficace.
Loin d'étaler une science, Alain Soral a voulu écrire un livre "coup-de-poing", peu cher et lisible par tous. Cet objectif, apparemment banal, est rarement atteint par les "intellectuels" que critiquent vertement Alain Soral.

Le pire: L'auteur est un polémiste, autodidacte, habitué à s'exprimer oralement et le faisant de manière brillante et rapide (jusque là que des qualités). Mais l'incision et la rapidité d'esprit n'aident pas toujours à la profondeur d'analyse, et Alain Soral s'est lancé dans un grand écart qui pousse à la frustration ceux qui attendaient davantage de lui. Le découpage du livre en une multitude de micro chapitres (parfois de 5-6 lignes!) ressemble par moments à un succession d'haïku (petits poèmes japonais) qui n'ont pas l'avantage de la beauté. Car si Soral parle bien, son style est tout autant oral, et parfois rebutant. Les parenthèses et les points de suspension pullulent, mais n'est pas Céline qui veut). Et les coquilles et fautes sont assez présentes (et si on peut lui concéder l'excuse des moyens limités de la maison d'édition, il n'empêche qu'il montre qu'il peut même fauter sur des noms propres, ex. p.22, etc..) Jusque là, que du style me direz-vous. Oui, mais cela conduit au reproche essentiel: l'absence de toute référence, les "analyses" rapides, en coup de vents, et la sélection des seuls éléments qui vont dans le sens de sa démonstration, en négligeant de nombreux aspects. Pour Soral il n'y a pas d'idéologie réelle, pas de représentation mentale effective (sauf pour "le peuple") et toute sa description de l'oligarchie en fait une secte volontairement malfaisante, juive et maçonnique.
Si sa description globale est pertinente, on glisse rapidement vers un "complotisme" qu'on aurait pu ne pas lui reprocher, si Alain Soral développait, montrait ses sources et ses preuves. Mais rien de cela. Les citations de début de chapitre, s'ils semblent pertinents, sont quelquefois tirés de sources bien hasardeuse (mise par écrit d'une interview présente sur internet montrant un réalisateur prétendant qu'on voulait lui implanter une puce et que Rockfeller lui a proposé de venir dans leur club pour "conquérir le monde": on se rapproche plus de "Minus et Cortex" que de l'analyse géopolitique...). Cette description du monde est par ailleurs assez apocalyptique (avec de nombreux rapprochements bibliques qui sont souvent maladroits et inopportuns). Enfin, un esprit critique et un tant soit pu "éveillé" politiquement et culturellement pourra pointer de nombreuses failles dans ses raccourcis historiques (étant historien de formation, je suis sensible à la nuance et sa monocausalité répétée me gêne beaucoup).De plus, son mélange de vision globale/mondiale et française aboutie parfois à des résultats moins que simplistes: explication du départ de De Gaulle "par la Banque", omniprésence d'une maçonnerie qui est pourtant loin d'être universelle...sauf quant on l'assimile ouvertement au judaïsme comme le fait A. Soral. Car enfin, pourquoi le nier, Soral glisse doucement et tendancieusement dans ce livre de l'antisionisme politique à l'antisémitisme visionnaire...

Au final, Alain Soral donne l'impression d'avoir été conscient de la nécessité d'un manifeste-synthèse, mais n'est pas allé jusqu'au bout de la démarche. Le livre n'est réellement accessible et compréhensible qu'à ceux qui l'ont ECOUTE et COMPRIS, dans toutes ses nuances (et ses errements, mais ce n'est là que mon opinion...).
Et l'on ressent l'envie, au cours de la lecture, de lui téléphoner en disant: "peux-tu préciser ce que tu veux dire ici?", "euuuh cette citation tu l'as trouvée où?"). On me répondra que le lecteur n'a qu'à regarder; certes, mais c'est handicapant. Surtout quand ce que l'on vérifie est parfois très décevant.

Je pose une hypothèse: celle d'un A. Soral quelque peu atteint d'hybris" (démesure) et qui, à force d'être entouré d'un cercle d'admirateurs impressionnés par son talent oratoire, se laisse aller à la facilité et à la réflexion facile et basique. A. Soral a beaucoup lu, mais son consumérisme littéraire (mais uniquement dans une sélection "contestataire", puisque toute autre pensée est forcément, d'après lui, "du système", "collabo" et "mensongère" ou encore "manipulée") semble l'avoir conduit à produire un assemblage parfois contradictoire de tout ce qu'il a pu glaner.

A ne lire qu'après l'avoir écouté (pour l'apprécier), mais également et seulement après avoir lu d'autres ouvrages/essais/ travaux historiques (pour être conscient des faiblesses de ses analyses).
Le lecteur exigeant et désireux d'aller au fond des choses préfèrera aller directement à un livre comme "La révolte des élites" de C. Lasch, que Soral a parfois repris, mais qui va plus au fond des choses, et à moindre coût (7-8 euros, puisque en poche) qu'un A. Soral qui en fait une soupe clairette, mais assaisonnée d'ingrédients bien suspects....

PS: ma critique doit être aussi longue qu'une dizaine de parties de "Comprendre l'Empire"...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 3 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-10 sur 23 de cette discussion.
Message initial: 2 mars 11 20:59:19 GMT+01:00
Primex dit:
Bravo et merci Stilico. Ton commentaire est la preuve qu'il est tout à fait permis de critiquer A. Soral sur ce site sans être systématiquement taxé d'antisoralisme primaire!
Non! Non! Non! Il n'existe pas de lobby pro-soral ici! :)

Publié le 9 mars 11 14:57:15 GMT+01:00
[Supprimé par l'auteur le 16 mars 11 20:33:32 GMT+01:00]

Publié le 21 mars 11 13:06:50 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 21 mars 11 13:07:44 GMT+01:00
Dan Merry dit:
Ton commentaire est pertinent et je partage ses grandes lignes, cepandant je pense que le manque de references est delibéré. C'est pourquoi c'est un livre qui doit deboucher sur d'autres lectures, notamment le livre (et son documentaire en anglais desolé) d'un professeur d' histoire d'harvard nommé Niall Ferguson qui retrace l'asencion de l argent:
L'irrésistible ascension de l'argent
The Ascent of Money [Import anglais]

De ce qui est du pire, je pense que Soral finira par se liberer de ces tendances. Le style est ici moins pertinent car comparé aux pavés d'intellos bobos producteurs recidivistes d'usines à gas, un Soral a le merite de se lire sans aspirine. Et la théorie du complot judéo-maçonnique est aussi solide qu'un chateau de cartes. C'est pourquoi le meilleur de Soral reste à venir.

Publié le 29 mars 11 16:12:38 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 29 mars 11 16:27:22 GMT+02:00
Un point Godwin pour toi Stilico.
Il est bien plus enrichissant et passionnant de lire 10 parties de "Comprendre l'Empire" que ton commentaire.
La qualité oui ! La quantité on voit où cela nous mène...

En réponse à un message antérieur du 2 avr. 11 10:07:05 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 9 mars 12 10:58:17 GMT+01:00]

Publié le 5 avr. 11 16:57:42 GMT+02:00
"La révolte des élites" de C. Lasch est un livre d'une naïveté affligeante.
On trouve dans ce livre : "les élites «progressistes» devraient apprendre le respect des êtres humains, de leurs qualités et de leurs compétences." (p.177) Oh! Les élites ne le font pas exprès alors, elles doivent juste réapprendre! Ce n'est pas qu'il va "plus au fond des choses", c'est qu'il n'exprime pas la même idée que l'essai de Soral. Je peux tout à fait croire que vous êtes assez ingénu pour préférer les idées d'un Lasch, d'une élite qui se trompe, à celle de Soral, d'une élite qui ment, mais dans ce cas assumez vos idées et ne trompez pas les lecteurs.

Vous semblez aussi être un obsédé de la longueur. Vous comparez les "micro-chapitres" à des haïku, cela n'a aucun rapport. Les haïku sont les seuls textes courts que vous connaissez? Certes votre critique est bien longue et assez lourde mais à quoi bon alors qu'elle pourrait être résumée en quelques lignes.

PS : Lorsque j'ai vu ce commentaire, la note qui allait avec, et sa longueur, la première chose que j'ai pensé est : "si le mot antisémitisme, n'est pas présent là dedans, je coupe mes testicules et je les mange". J'ai eu le droit au mot "complotisme" en bonus.

En réponse à un message antérieur du 8 avr. 11 16:28:17 GMT+02:00
Djennadi dit:
mdr ... j ai pense la meme chose meunier sur la fin de ton post

Soral est une personne perspicace qui brise tous les pseudos intellectuels presents sur les plateaux de télé. Il connait les imposteurs et n hesitent pas a entrer dans l analyse profonde des sujets contrairement a tous ces pseudo personnages politiques ou intellectuels qui ne font que de debattre d idees inutiles a la resolution des problemes que rencontrent notre societe depuis maintenant pres de 40 ans.
commencons d abord par analyser la situation et non pas la presenter (dixit journal de 20h)

bon weekend a tous il fait beau!!!

Publié le 31 juil. 11 04:32:35 GMT+02:00
Je conseil ce livre pour tout ceux qui ne sont pas trop literraire comme moi. Meme si le livre n'est pas ecrit avec grand tact, il permet d'avoir un regard mefiant envers notre 'superbe' democratie et de mettre des noms sur de vilains personnages
Lisez le livre et surtout eteignez les jt de TF1!!

Publié le 11 août 11 16:08:48 GMT+02:00
Je pense qu'à la place d'haïku, vous auriez pu utiliser le mot d'aphorisme, genre cher à Nietzsche, ce qui n'est pas un compliment dans ma bouche. Des vérités "révélées", l'impression d'un génie (mais sans sourcer, c'est plus facile !). Soral, on en revient : c'est quelqu'un de très intuitif, mais on a parfois envie de quelque chose de plus consistant, qui s'appuie sur du réel, plutôt que sur sa perception du monde. Je pense que votre hypothèse est très juste (le cercle d'admirateurs). Salutations et merci pour ce commentaire utile et éclairant.

En réponse à un message antérieur du 15 août 11 12:56:21 GMT+02:00
Pour ceux qui souhaitent se déculpabiliser mais surtout ne jamais passer à l'action, faute de courage, ce livre est en effet à déconseiller.
Les livres où on se contente de parler de concepts sans jamais citer de responsables sont nombreux et sauront satisfaire cette clientèle.
Je conseille d'ailleurs à ce propos l'émission "ce soir ou jamais" où Alain Soral fait la promotion de ce livre (ce sera son seul passage, Robert Ménard ne voulant pas l'inviter pour éviter de perdre sa place), où on comprend parfaitement la cause de l'hostilité des intellectuels mondains envers Alain Soral.
‹ Précédent 1 2 3 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.3 étoiles sur 5 (322 commentaires client)
5 étoiles:
 (224)
4 étoiles:
 (40)
3 étoiles:
 (16)
2 étoiles:
 (19)
1 étoiles:
 (23)
 
 
 
EUR 15,50
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 666.277