Commentaire client

23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une merveille intemporelle., 2 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Antigone (Broché)
Ah, Antigone ! Le seul livre que j'ai lu et relu et relirai encore. La malédiction qui touche les descendants d'Oedipe, à la suite du destin tragique et inéluctable de celui-ci. La révolte d'Antigone et la question de l'arbitrage entre la justice humaine et le souci d'ordre de la Cité, du dilemme de la conciliation entre justice et liberté (voir à ce sujet l'excellent « Socrate contre Antigone ? : Le problème de l'obéissance à la loi inique en philosophie morale » de Thierry de Vingt-Hanaps).

Je viens de relire une nouvelle fois cette courte pièce de théâtre, cette fois à mes enfants, qui en ont été ravis ; il n'y a pas d'âge pour philosopher...
On admirera en particulier la présentation mémorable du Prologue au début de la pièce, avec les personnages en arrière-plan, scène qui m'avait tout de suite captivé dès ma première lecture.
Je n'en dis pas plus. Vraiment à savourer. C'est LA pièce qui m'a ensuite guidé vers la lecture de l'intégralité des pièces de Jean Anouilh, qui m'ont énormément plues et que j'aurai plaisir également à lire de nouveau un jour (J'avoue ne jamais avoir eu le courage, en revanche, de lire l'original de Sophocle, dont l'écriture me rebute un peu).
Une oeuvre vraiment immortelle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 14 sept. 10 12:26:42 GMT+02:00
Christelle dit:
J'avais envie de vous envoyer un petit mot, car je sais que vous aimez la pièce d'Anouilh et en particulier l'histoire de cette femme qui refuse d'obéir à une loi qu'elle trouve injuste. Je viens de recevoir, de la part du théâtre d'Arles, avec qui nous travaillons, une petite synthèse de la pièce de Sophocle qui sera jouée dans l'année. J'ai beaucoup apprécié la réflexion qu'ils ont menée pour rendre certains questionnements actuels. Je pensais que cela pourrait éventuellement vous intéresser. Ce n'est pas de moi, mais de la troupe:

"Antigone n'est pas seulement le classique qu'on apprend dans les écoles. C'est cette jeune fille qui nous pose la question essentielle de notre abdication. Où en est ta révolte? A quoi t'es-tu soumis? Le monde te semble-t-il suffisamment acceptable pour se taire? Mais au-delà de ces questions intimes, c'est la question de la résistance aujourd'hui qui est urgente.
Antigone ne négocie pas. Elle refuse d'un bloc au prix d'en mourir. Et elle ne se dresse pas contre un système mais contre un homme, frontalement, à portée de voix. Ce face-à-face, où est-il? Où peut-il être? Quels visages ont aujourd'hui Antigone et Créon?
Pour quelle idée mourir? Comment ne pas abdiquer devant un monde qui nous fait mal, mais où l'opposition frontale est brouillée? Où les instances du pouvoir sont multiples, peu cernables et lointaines? On l'aperçoit parfois, Antigone, sur les visages des adolescents dans les rues de Grèce et d'Iran, dans une usine menacée de fermer... Mais comment croire encore qu'on peut changer les choses? Que les révoltes ne sont pas inutiles?"

Voilà de quoi méditer. J'espère que mon initiative aura été bonne et qu'elle vous fera plaisir. J'ai moi-même beaucoup apprécié cette réflexion.

J'apprécie toujours vos commentaires. Merci de nous faire partager vos impressions. Je vois que certains se plaisent à vous "titiller" un peu, je répondrai donc: "La critique est aisée, l'art est difficile."

Pour donner mon avis sur l'"Antigone" d'Anouilh, je dirai que la pièce propose un questionnement intéressant sur l'iniquité de la loi, sur les choix que l'on peut faire face à une condamnation. Le personnage m'agace cependant un peu, car je la trouve très obstinée, ce qui la conduit également à la tragédie finale. Elle est parfois très sèche face à Créon qui tente de la sauver et de sa soeur qu'elle juge sévèrement. Elle manque un peu de compassion, même si je comprends son combat. Le langage un peu familier me gêne également. Je n'ai pas lu Sophocle encore (oh! sacrilège!).

Très bonne journée à vous.

En réponse à un message antérieur du 15 sept. 10 09:47:06 GMT+02:00
Merci à vous.
Antigone, Charlotte Corday, Sophie Scholl, des actes héroïques et extrêmement courageux de réaction qui peuvent paraître vains et conduisent à une mort assurée sans pouvoir réellement changer l'immédiat. Et dont on peut se demander s'ils ne sont pas inutiles.
Mais trois personnages dont on se souvient encore (deux qui ont vraiment existé et une imaginaire), qui ont imprimé leur marque, leur caractère, leur propension à susciter une réflexion qui traverse les siècles et à nous faire réfléchir sur l'opportunité de réagir lorsqu'on ne peut plus se taire, dans les situations les plus dramatiques.

Leur réponse était-elle la bonne, n'était-elle pas maladroite (dans certains cas, le résistant entraîne, par ses actes, la vengeance sur d'autres innocents : du type 10 personnes fusillées au hasard, en contrepartie d'un des nôtres tué, par exemple) ? Mais ce sont aussi des actes désespérés, d'impuissance et de volonté d'éveiller les consciences de tous.
Sujet très difficile.

Sur le dernier point, on se pose en principe tous, en effet, les mêmes questions : Antigone n'est-elle pas un peu trop entêtée, au point de ne pas chercher un instant à comprendre la charge qui pèse sur les épaules de Créon et de tenter de le raisonner plus habilement, pour espérer infléchir ses positions, à supposer même que ce soit simplement possible ?
Mais c'est là aussi tout le sens de la tragédie. Et cela révèle également le caractère humain de l'héroïne, qui demeure avec ses imperfections. Presque un caractère d'adolescent un peu immature, par moments, mais en même temps qui nous encourage à ne pas perdre totalement cet esprit de réaction avec l'âge et l'enfermement dans le confort de sa situation.
Un sujet profond, qui restera bien sûr toujours d'actualité en maints endroits de la planète.

Très bonne journée également et bonne continuation.

En réponse à un message antérieur du 15 sept. 10 13:54:46 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 18 sept. 10 15:14:01 GMT+02:00
Christelle dit:
Merci pour votre réponse constructive et les problèmes que vous posez sur le sujet. C'est toujours intéressant d'échanger les points du vue pour les confronter aux siens qui diffèrent, mais sont complétaires. Pour moi, c'est toute la vertu du dialogue sur amazon et dans la vie.

Je sens que je n'ai pas complètement épuisé la réflexion sur le sujet. Je remarque pourtant souvent, en ayant lu quelques travaux ici ou là, qu'on se place toujours du côté d'Antigone. Peu de compassion pour Créon que je trouve très humain chez Anouilh. De mon point de vue,chacun a finalement un rôle à tenir: Antigone doit absolument sauver son frère de la putréfaction et Créon doit contenir un royaume qui risque d'exploser si la loi n'est pas respectée. Aucun ne peut sortir de son rôle, presque par dignité.

J'ai tendance à placer les deux personnages sur le même plan, même si bien sûr une seule est vraiment sacrifiée, emmurée vivante (affreux!). Quoique...Créon doit certainement souffrir de supporter la mort d'un être cher pour une question politique: ne fait-il pas un sacrifice de coeur pour sauver l'état? L'impasse, comme dans toute tragédie.

La mise en scène, dans notre ville, est réalisée par Marie Vauzelle (la fille de Michel Vauzelle, notre président de région). Je sais qu'elle aime bien les tragédies, car l'an dernier, elle avait monté une pièce de Shakespeare. Je verrai bien ce que cela donne, si nous parvenons à avoir des places.

Ce que vous dites sur les résistants est intéressant. Je n'avais pas du tout pensé à la question sous cet angle, dans mon raisonnement un peu binaire. Vous parlez de Charlotte Corday: je ne la connais pas du tout. Il faudra que j'aille voir qui c'est.

Concernant Sophie Scholl, j'aime beaucoup cette héroïne, car elle nous permet de sortir de l'image un peu négative des Allemands qu'on nous présente soit comme ignorants, soit comme complices du régime nazi. Ce personnage nous fait sortir de tous ces clichés. Dommage qu'on approfondisse pas plus cet aspect de l'Histoire dans nos livres scolaires ou au niveau médiatique, plutôt que de parler toujours du génocide juif et d'Hitler. Le génocide, en général, est un acte ignoble de suppression d'une ethnie par une autre communauté, sans aucun état d'âme pour l'être humain en dehors de ce qu'il représente. Cela dit, quand on a fait le tour de la question par des millions de films et de livres, il est bon de parler d'autre chose aussi. On a sinon le sentiment d'être légèrement conditionné: dans quel but?

Merci pour votre réaction sympathique.

Bon mercredi à vous et à votre famille.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.2 étoiles sur 5 (61 commentaires client)
5 étoiles:
 (34)
4 étoiles:
 (13)
3 étoiles:
 (9)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 0,01
Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

Johan Rivalland
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Lieu : LEVALLOIS-PERRET France

Classement des meilleurs critiques: 66