ARRAY(0xa9e09018)
 
Commentaire client

38 internautes sur 46 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un disque en forme de mise au point sur toute une vie, 25 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Baron Samedi - Livre-disque (CD)
Je fais partie des vieux "déçus" de Lavilliers, de ceux qui l'ont adoré à la fin des années 70 et au début des années 80. Jusqu'à ce qu'il cède à la démagogie politique, à l'auto-glorification d'une légende fabriquée de toutes pièces, et s'intéresse plus au culturisme qu'à la musique.
Oh, même dans ses années fades il est quand même parvenu à sortir quelques morceaux d'anthologie comme les Mains d'Or ou On The Road Again.
Il faudrait vraiment être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître le grand talent de l'auteur de Fensch Vallée, même s'il n'a guère été sollicité au cours des vingt dernières années.
Jusqu'à ce disque.
Je l'ai écouté par curiosité et je me suis surpris à l'apprécier beaucoup.
Les rythmes bossa sont toujours là, même s'ils savent désormais se faire plus discrets.
Les mots sont égaux à eux-mêmes, les vieux rêves aussi (les States avec "Y'a pas qu'à New York", Haïti avec "Baron Samedi").
La voix ne fait pas son âge.
Les arrangements, très travaillés, sont toujours séduisants. L'utilisation intelligente des cordes donne d'ailleurs une réelle dimension cinématographique à l'ouvrage.
Plus important encore: on ne s'ennuie jamais.
Alors, attention, je ne vais pas dire que le grand Nanard a retrouvé sa jeunesse. Simplement qu'il n'essaye pas ici de se faire passer pour ce qu'il n'est pas. Et c'est bon de le redécouvrir.
Il nous offre au final un très bon disque d'excellente chanson française.
Le loubard bon chic s'est un peu rangé, le révolté soixante-huitard s'est adouci, mais le vieux lion parvient encore à rugir.
Allez, pour le coup, j'ai bien envie de lui pardonner ses compromissions passées.

Morceaux préférés: "Scorpion", co-écrit avec Romain Humeau sur un texte de Nazim Hikmet. Une grosse faiblesse aussi pour "Y'a pas qu'à New York" (Marc Estève/Teofilo Chantre - Fred Pallem), qui sonne comme du très grand Lavilliers d'il y a 30 ans, la maturité en plus.

PS: Le texte de Cendrars qui s'étire sur 26 minutes sur un fond sonore gainsbourien... mouais. C'est bien de l'écouter une fois. On voit ce que Lavilliers aurait aimé faire. Mais je n'ai pas l'impression qu'il ait tout à fait atteint son but. Pas grave.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 2 clients

Classer par: Le plus ancien d'abord | Le plus récent d'abord
Afficher les messages 1-10 sur 13 de cette discussion.
Message initial: 27 nov. 13 18:17:55 GMT+01:00
excellent commentaire plein de tendresse vis a vis du vieux loubard; même constat que toi je vais l écouter VU

Publié le 28 nov. 13 10:05:26 GMT+01:00
Solal dit:
Qu'entendez-vous par "Jusqu'à ce qu'il cède à la démagogie politique"?

En réponse à un message antérieur du 28 nov. 13 10:09:00 GMT+01:00
Jean Bal dit:
Merci, Ramone, pour ce petit mot. J'avais peur d'avoir été un peu dur, mais j'en ai voulu pendant pas mal d'années à Lavilliers et j'ai eu un vrai plaisir à le retrouver en très grande forme avec cet album. Un grand bonhomme, quand même.

En réponse à un message antérieur du 28 nov. 13 10:20:26 GMT+01:00
Jean Bal dit:
Solal. La dxernière fois que j'ai vu Lavilliers sur scène, ce devait être en 82-83 à Metz, alors qu'il était dans sa grande phase bronzé-musclé-anneau dans l'oreille. A la fin du concert, il a fait entonner par toute la salle "Longwy vivra!". Et tout le monde était en délire. Longwy n'a pas vécu. Et à ce moment-là, déjà, je savais que le Nanard vendait de l'espoir pas cher. Et ça je n'ai pas aimé. J'avais plusieurs potes sur Longwy qui ont pris en pleine poire la fin de la sidérurgie. Beaucoup ont fini, comme moi, par se demander si Lavilliers ne cherchait pas à se faire le défenseur de toutes les causes perdues... pour vendre seulement quelques disques de plus. Son couple avec Lisa Lyon, au milieu des 80s, était une vraie caricature de showbizz branchouille. Et tandis que Bernard accomplissait - enfin - les voyages qu'il avait souvent raconté dans ses chansons, la Lorraine industrielle est morte. Pourtant, dieu sait qu'ici il était aimé! Adoré, même! N'avait-il pas passé deux années en forteresse à Metz pour insoumission? (FAUX), n'avait-il pas travaillé dans les usines de la vallée des anges? (FAUX), n'avait-il pas sillonné le Sertao pour y découvrir la Copoeira? (FAUX). Oui, à un certain moment, le Lavilliers que nous voyions parfois dans les manifs et les comités de soutien s'est fait beaucoup plus distant, plus sophistiqué. Et, franchement, je ne suis pas certain que ses opinions soient toujours très sincères. Mais, je m'en fous aujourd'hui. Lavilliers, c'est aussi un auteur/interprète francophone dans la lignée des Ferré, Brassens, Ferrat... le rock et la bossa en plus. Une vraie bête de scène qui vient de sortir un album digne de ses grands classiques. Mais, maintenant, si tu veux en savoir plus sur l'homme, le vrai, je te conseille la lecture de Les vies liées de Lavilliers. Pour bien aimer ses idoles, mieux vaut les connaître.

En réponse à un message antérieur du 29 nov. 13 17:59:22 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 29 nov. 13 19:44:57 GMT+01:00
toutes ces remarques me plaisent et sont justifiées à mon gout. Perso : premier concert 1976 à St Brieuc salle Robien, et depuis au moins 10 fois,la dernière encore à St Broc (2010), mais les meilleurs souvenirs sont Olympia (sortie "Des champs du possible"), et concert au Zénith pour "If", ou il est lui même venu présenter la première partie (un obscur groupe russe sympa mais sans plus" radio KEKCHOSE" ??? peu importe le nom), Rennes 1986 ("Voleur de feu" avec Papazian, et Aroyo !!!) En fait Nanard ment tout le temps, raconte tout un tas d'histoires vraies ou fausses : 'il a connu "Bobby" Marley, dansé la polka avec Hugo chavez, joué aux échecs avec Fidel, etc etc etc, cherché des morts à Saigon.... on s'en fiche, c'est un CONTEUR, un mec que l'on écoute quand il chante, ou qu'il raconte des histoires qui n'ont ni queue ni queue sauf pour lui ("On the route eugène")...pas grave..., un mec que l'on regarde quand il remue ses cuisses dans son cuir, quand il roule ses biceps, quand il arrache ses accords la tête penché sur sa guitare... sa voix, sa façon de "conter", la musique qu'il met sur ses mots...je pars je voyage, je vois les bâteaux, j'entends le vent dans les écoutilles, je vois les femmes métisses danser devant des feux, je vois Santiago en flammes (without rock 'n roll..;) etc etc... en fait pas plus envie que çà de le connaître.. un ami qui s'occupait de concert m'a dit plein de sales trucs sur lui : égo,super égo, énorme égo, exigences particulières démentes... etc etc... m'en fous je veux juste qu'il chante qu'il me fasse chialer quand il chante Betty faut pas craquer", que je pense à Kippling "Mon fils", quand je rate un truc et qu'il faut recommencer sans dire un seul mot... etc etc. Nanard c'est vraiment un type à part dans la chanson française. Quand à le comparer à Férré-rat çà doit lui faire plaisir, perso j'exècre ces deux types pour toutes les raisons possibles et imaginables, leur engagement solennel, leur démagogie à deux balles (faites ce que je dis...), et un talent surement discutable, leur diction prétentieuse, le peu de prestations scéniques que j'ai pu voir...... (même Whitesnake c'était mieux cette année au Hellfest) jamais chialer en écoutant Ferrat (et son poulet aux hormones, pauvre naz), mais bon si çà le fait pour d'autres tant mieux pour eux. Tous les disques de BL ne se valent pas loin de là, à mon avis "If"et sa pochette glacée, et la période "Traffic" "Pigalle la blanche", "Idées noires"... c'est du lourd, même son duo avec Nicolletta.... ! j'adore.Oui je pense que tu as raison, il raconte des histoires, le seul truc c'est que j'y crois quand je l'entends.

En réponse à un message antérieur du 29 nov. 13 22:33:02 GMT+01:00
Jean Bal dit:
Je te suis, camarade. On a envie de croire aux histoires du père Lavilliers. Moi, je l'ai vu trois fois entre 76 et 83. Le truc qui m'a fait mal, la première fois, c'est d'être ému par Sax Aphone en concert - la superbe chanson sur son sax mort d'overdose -, de l'entendre dire que c'est une chanson "trop personnelle" et qu'il ne l’enregistrera jamais... et découvrir 3 mois plus tard qu'elle est sur son live "T'es Vivant". Mais, bon, je le répète: ce gars est un vrai "grand", et on n'en a pas tant que ça. En plus, comme pas mal de gens, j'adorerais boire une bière avec lui... en évitant de parler des sujets qui fâchent. ;-)

En réponse à un message antérieur du 30 nov. 13 10:35:07 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 30 nov. 13 10:35:49 GMT+01:00
punaise Jean !!! j'oublias "Sax aphone", qu 'il présentait en hommage à son pote mort dans les "chiottes d'un bar deVincennes ". phénoménal !!! et effectivement ce morceau est sur "t'es vivant" je pense qu'en vieillissant il va devenir plus abordable, j'ai entendu une autre sale histoire sur lui racontée par Adamo.... voyage en avion ensemble pendant des heures"bla bla bla-fly"... et à la descente d'avion... "on se sépare, faut pas qu'on nous voit ensemble !!!!!".... mais bon je pense sincèrement qu'il faut faire abstraction de tout çà. lorsque je l'entends en interview (je n'ai plus la TV depuis 10 ans), il me gonfle. et pourtant Nagui dit de lui que c'est un vrai artiste : le premier à avoir accepté de chanter LIVE avec groupe à Taratata, alors que tout le monde ou presquelui promettait un rattage total. En tous cas ravi d'avoir causé avec toi et a + .

En réponse à un message antérieur du 30 nov. 13 12:06:51 GMT+01:00
Solal dit:
Je partage entièrement votre vision. Je vais même plus loin: je n'écoute jamais les interviews d'artistes, et surtout pas d'artistes que j'admire. Trop souvent déçu. Tout ce qu'ils ont à dire d'intéressant, ils le disent dans leurs chansons.
Une chose, quand même: talent discutable, Ferré? Allons! Ca sent le dépit amoureux.
Salutations.

En réponse à un message antérieur du 30 nov. 13 12:29:43 GMT+01:00
c'est gentil merci... y a un peu de çà ! a +

Publié le 30 nov. 13 14:01:52 GMT+01:00
Franz dit:
Merci pour ce rare et bel échange en forme d'hommage qui m'incite à retourner voir du côté de Lavilliers, grand récupérateur et recycleur en tout genre mais avec un talent évident. Je ne crois pas, par exemple, qu'il ait cité ses sources à propos de "On the Road Again" car les deux premiers vers de la chanson sont repris texto d'un poème de Victor Hugo intitulé "Aux Tuileries". Cela montre au moins qu'il a du goût pour la poésie et la langue française. Personnellement, c'est ce qui m'a toujours séduit chez lui dès qu'il délaisse ses phrases à l'emporte-pièce "Les barbares habitaient dans les angles tranchants des cités exilées au large du business" for example pour de belles trouvailles comme "Ses ongles durs dans la lumière traçaient des signes et des mystères..." Oui, comme vous dites, on a envie de danser avec la vie (pardon, Céline !).
Bien à vous.
Franz
‹ Précédent 1 2 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Jean Bal
(TOP 50 COMMENTATEURS)   

Lieu : Conflans-en-Jarnisy, France

Classement des meilleurs critiques: 23