Commentaire client

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 100% BIO, 22 octobre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Salt Two - Édition Limitée (Digipack) (CD)
Après avoir eu la chance d'interviewer Daniel Gildenlöw par téléphone pendant une bonne quarantaine de minutes, et écouté Road Salt Two en boucle pendant presque deux semaines, alterné avec Road Salt One pour être bien sûr d'avoir tout compris, je crois pouvoir vous annoncer que Pain Of Salvation est le premier groupe 100% Bio, et que Road Salt Two (comme le One) est bien un album 100% Bio, garanti sans additif et sans effet superflu. Le virage était déjà bien amorcé avec Road Salt One (même avec le Linoleum murmurent certains), Road Salt Two ne fait que confirmer ce retour à la terre, à la musique vraie, sans une once de tricherie, ce son vintage qui caractérise Pain Of Salvation aujourd'hui. Si vous avez détesté Road Salt One, et même si je suis surpris, je dois avouer, qu'il me sera très difficile de vous convaincre avec son jumeau Road Salt Two, tant la suite est logique (essayez quand même). Si par contre vous aviez aimé, ou comme pour moi, vous avez appris à aimer ce nouveau style minimaliste et pur du groupe alors vous serez tout aussi conquis par le deuxième volet.
Quand on lit l'interview, on réalise que Daniel est dans une démarche particulière, qu'il est en croisade (vaine ?) contre les super productions, contre le son surfait, voire contrefait des albums modernes. Selon lui 90% des artistes sont visés. Lui propose une démarche vraie, sans artifice, d'où mon idée du 100% bio.
C'est vrai que le son de Road Salt Two (tout comme son prédécesseur) fait très années soixante-dix. Le son de la batterie est minimaliste (pauvre Léo !) tout comme le son des guitares, laissant le champ libre au chant, toujours exceptionnel de Daniel.
Coté compositions, c'est encore du bon. Après une intro symphonique, sympa (moi elle me fait penser au boléro de Ravel bizarement), Softly She Cries ouvre vraiment l'album. C'est un morceau faussement mou, lancinant, avec un gros riff de guitare et une signature de temps improbable. L'émotion du chant de Daniel est déjà énorme, encore mis en valeur par la lourde rythmique et le retour des violons du thème d'intro. C'est probablement le morceau qui ressemble le plus au style Pain Of Salvation d'antan. Sur Conditioned, on ne peut s'empêcher de penser à Linoleum, dans le style c'est très proche, avec aussi un break lent et très beau dans son milieu. J'aime beaucoup l'ambiance médiévale de Healing Now, qui rappelle beaucoup le live acoustique 12:5 et aussi un passage de Be. C'est un morceau aux guitares acoustiques, très beau, captivant, où la voix de Daniel est très en valeur. le décor change carrément pour To The Shoreline, dont l'intro pourrait bien être la musique d'un western d'Ennio Morricone. C'est une chanson magnifique, tout en contraste et au chant en petites touches. Daniel pousse la chansonnette assez haut dans les aigus, sur une très belle mélodie, on a l'impression de galoper sur une plage. Eleven nous emmène dans une ambiance hippie, très années soixante-dix, un peu psychédélique. L'ombre de Janis Joplin plane sur le morceau : les chœurs, le son des guitares, les tambourins, les hurlements de Daniel, le petit break du milieu et son changement de rythme hyper rétro, tout est dans le même trip.
Avec 1979, Daniel semble porter le deuil de la décennie qui s'achève. C'est un morceau qui rappelle Sisters, très doux, au chant et au piano. Un moment de grâce comme Daniel et son team savent nous les concevoir. Comme avec Softly She Cries, on retrouve dans The Deeper Cut un Pain Of Salvation plus traditionnel. J'aime bien ce morceau, où le chant est encore impressionnant, et où on note aussi une belle démonstration du jeu de batterie de Léo. Le seul truc qui me gêne un peu, c'est la répétition d'une phrase par les chœurs, pendant que le morceau monte en puissance. Ca prend un peu la tête. Dans Mortal Grind on alterne les moments calmes et le chant torturé de Daniel. C'est plutôt bien foutu. je trouve Through The Distance encore magique, un peu comme Road Salt dans le premier volet. La mélodie est superbe, le chant de tête de Daniel encore très beau. Le morceau the Physics Of Gridlock est une sorte de morceau OVNI, bien conçu, avec une musique assez lancinante et répétitive, une belle mélodie, un bon refrain. La fin est aussi étonnante, puisque chantée en Français, avec un accent qui force un peu à tendre l'oreille. C'est un peu mystérieux. L'album se finit sur End Credits, un morceau symphonique, avec pas mal de violon qui, si on réécoute l'album, s'enchaine sur le premier.
Je note aussi que deux morceaux du Linoleum EP sont passés à la trappe, puisqu'il ne sont ni dans Road Salt One ni dans celui ci. Il s'agit de If You Wait et de Gone. Ca nous rend l'EP plus collector encore.

Avec Pain Of Salvation, on se dit que les hippies sont de retour, mais les hippies modernes, des hippies 2011, obnubilés par la pureté de leur son, le son vintage des années soixante-dix. Peut être pas un album facile d'accès mais, ni plus, ni moins que Road Salt One. Mais quand vous en trouvez la clef, c'est du bon, du beau, du bio...

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-3 sur 3 de cette discussion.
Message initial: 10 nov. 11 12:42:17 GMT+01:00
prog man dit:
Les départs récents des différents membres du groupe ne seraient-ils pas la preuve que le sieur Daniel a l'encéphale qui ne rentre plus dans la boîte cranienne - un peu comme Portnoy chez Dream Theater...

En réponse à un message antérieur du 10 nov. 11 13:31:30 GMT+01:00
Je ne le pense pas. D'ailleurs ils terminent la tournée comme prévu donc c'est qu'ils ne sont pas en si mauvais terme. Peut être que l'évolution musicale ne leur convient pas/plus, par contre.

En réponse à un message antérieur du 3 déc. 11 18:43:26 GMT+01:00
Denis, j'ai pu interviewer Léo, batteur de Pain Of Salvation, et seul rescapé avec Daniel. Je l'ai questionné sur ces départs. A lire sur auxportesdumetal.com dans la mise à jour du 4 décembre
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur

Didier Lalli
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Classement des meilleurs critiques: 295