Commentaire client

20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film puissant à découvrir absolument, 7 septembre 2007
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bouge pas, meurs et ressuscite (DVD)
Un chef-d'oeuvre aux yeux de la plupart des spectateurs qui l'ont découvert, assez éberlués, au début des années 90. A l'époque où un vent de liberté soufflait enfin dans le cinéma russe - il s'est malheureusement assez rapidement estompé - le film de Kanevski était le plus intègre, le moins inféodé à l'air du temps, et sans aucun doute le plus puissant. Kanevski, lui-même mauvais garçon comme son personnage Valerka, par la suite emprisonné, n'a réalisé que deux films de fiction à plus ou moins forte dimension autobiographique - Une Vie indépendante, hélas indisponible en dvd, est à la fois une suite et une revisitation de Bouge... - et un documentaire, Nous, les enfants du 20ème siècle, vision crue et dérangeante du sort réservé aux enfants des rues dans le Saint-Pétersbourg du milieu des années 90. Depuis, plus rien. Peut-être cela est-il dû à un blocage créatif, mais on craint que ce soit plutôt son décalage avec la Russie poutinienne et la main-mise de Nikita Mikhalkov sur l'Union des cinéastes qui aient contribué à réduire au silence une personnalité aussi singulière que Kanevski.

Chronique d'une adolescence dans une contrée perdue de l'est de l'Union soviétique de l'après-guerre (voir synopsis), Bouge pas... donne une forme magnifique aux souvenirs du cinéaste dans un noir et blanc à la fois brut et très travaillé, comme les souvenirs. Le film, post-synchronisé comme tous les films soviétiques et russes jusqu'à une date relativement récente, a une bande-son élaborée par Kanevski lui-même, qui fait les voix de certains personnages, siffle, chante, etc., donnant une couleur particulière à la recréation de ses propres souvenirs. Sa position de démiurge est d'ailleurs remise violemment en question à la fin du film, dure pour le spectateur comme pour le réalisateur, qui se montre sous un jour cru de manipulateur. Au-delà du cadre assez désespérant, la vitalité des jeunes personnages (et des acteurs qui les incarnent) est plus forte que tout. Le jeune Pavel Nazarov est éblouissant de bout en bout, et un peu l'équivalent pour Kanevski de Jean-Pierre Léaud pour François Truffaut. Dans Nous les enfants du XXème siècle, une scène terrible montrait Nazarov en prison, reproduisant le schéma de ce qui était arrivé à Kanevski, mais apparemment en pire - Nazarov avait déjà l'air comme détruit, déshumanisé. Je ne sais évidemment pas ce qu'il est devenu depuis, mais ce que Kanevski aura capté de cet adolescent qui avait lui aussi déjà beaucoup vécu est absolument exceptionnel. Dinara Droukarova trouvait là son premier rôle, elle qui désormais vit et tourne en France (cf. mon commentaire sur le très beau Depuis qu'Otar est parti... de Julie Bertuccelli).

Le titre, qui provient d'un jeu qui serait un peu l'équivalent de 'Un, deux, trois, soleil', a de forts échos dans le film, non seulement dans le récit lui-même, mais aussi parce que cette oeuvre a sans doute été une manière pour Kanevski de ressusciter en tant qu'homme et en tant que créateur. Film à n'en pas douter chrétien, il se pose la question de la rédemption et de la grâce (sans que le film tombe pour autant dans le spiritualisme).

Deux entretiens en bonus, un avec Vitali Kanevski, très intéressant, qui revient sur certains des aspects que j'ai rapidement évoqués dans mon commentaire, sur ce que ce film a pu représenter pour lui au-delà de sa réalisation. L'autre entretien est avec Dinara Droukarova. Deux compléments de qualité, qui éclairent quelque peu le film. Le plus important étant tout de même que la copie utilisée est plutôt bonne, respecte à peu de choses près le cadre et les contrastes du N&B. Une édition plus qu'honnête dans l'ensemble. VOSTF uniquement.

Un film à découvrir absolument, et à chérir. A quand l'édition d'Une Vie indépendante, peut-être un peu moins réussi mais qui est le complément indispensable de cet astre noir? Un coffret comprenant les deux films s'impose.

NB Quelques parallèles existent entre ce film et la Trilogie de Bill Douglas, cinéaste écossais qui a lui aussi passé une bonne partie de sa vie créatrice à revenir sur son enfance. Ces films exceptionnels sont enfin disponibles dans une édition française, en tout point remarquable : Trilogie Bill Douglas + livre. Par ailleurs, les enfants et leurs relations ne sont pas sans rappeler ceux de la première partie de Sibériade d'Andrei Konchalovsky, qui vient de sortir en dvd en France chez Potemkine.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 2 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-6 sur 6 de cette discussion.
Message initial: 5 mai 10 21:31:54 GMT+02:00
LD dit:
J'ai oublié de préciser qu'il y a deux entretiens en bonus, un avec Vitali Kanevski, très intéressant, qui revient sur certains des aspects que j'ai rapidement évoqués dans mon commentaire, sur ce que ce film a pu représenter pour lui au-delà de sa réalisation. L'autre entretien est avec Dinara Droukarova. Deux compléments de qualité, qui éclairent quelque peu le film. Le plus important étant tout de même que la copie utilisée est plutôt bonne, respecte à peu de choses près le cadre et les contrastes du N&B. Une édition tout à fait correcte dans l'ensemble.

Publié le 9 août 10 09:58:11 GMT+02:00
Le Doq dit:
VU.
ce film est une petite perle.
J'attends depuis des années la sortie en DVD d' "Une Vie indépendante" mais je me demande vraiment si il sortira un jour.

PS : En ce qui concerne mikhalkov, j'en toujours adoré sont cinéma mais je suis de plus en plus déçu par l'homme.

En réponse à un message antérieur du 9 août 10 11:20:57 GMT+02:00
LD dit:
Pour Une Vie indépendante, j'ai bien peur qu'il ne sorte pas, malheureusement, comme tant d'autres films "fragiles" (économiquement, s'entend, en tout cas dont les distributeurs ne peuvent pas se permettre des éditions dvd dispendieuses). Espérons.

Evidemment d'accord sur Mikhalkov, à part que je fais partie des gens qui se sont mis à moins adorer son cinéma depuis déjà une bonne dizaine d'années (avant même qu'on se rende compte que son action sur le cinéma russe était franchement néfaste, sans même parler de ses prises de position politiques). Je l'ai vraiment beaucoup aimé jusqu'à Soleil Trompeur. Et je rappelle l'existence de ces deux excellents coffrets regroupant tous ses premiers films - qu'il faudrait que quelqu'un se charge de commenter... - Coffret Nikita Mikhalkov vol 1 et Coffret Nikita Mikhalkov vol 2.

En réponse à un message antérieur du 9 août 10 14:25:29 GMT+02:00
Le Doq dit:
Justement je voulais faire la critique de ses 2 coffrets mais je n' ai pas encore vu tous les films.
J'ai vraiment adoré "Partition inachevé pour piano mecanique" et "Sans témoin", j'ai pas vu encore "Oblomov" (j'ai un peu peur d'être déçu car j'ai tellement adoré le bouquin de Gontcharov et en général les adaptations cinématographique de livre me laisse sur ma faim), "5 soirées" et "la parentèle".

En ce qui concerne les méfaits de Mikhalkov dans le cinéma russe je ne suis pas bien au courant, mais rien que le fait qu'il soutienne activement Poutine me dégoute du personnage.

Publié le 13 déc. 10 09:06:22 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 13 déc. 10 09:13:43 GMT+01:00
Witold dit:
D'accord sur le fond de votre critique... mais vos raccords sont infondés. Raccorder cela a Poutine/Mikhalkov, est assez chevaleresque. La Russie est entrée de plein fouet dans le XXIe siecle, comme son cinéma: c'est a dire avec les difficultés de produire et distribuer un cinéma d'auteur. Cinéma que l'on a du mal a percevoir, en Russie, comme a l'étranger. En Russie peut-etre plus, tant les salles préferent la facilité du blockbuster et l'argent facile des recettes qui en découlent. En Europe, ce cinéma se limite aux festivals, c'est déja ca. Il faudrait vraiment, pour les amoureux du cinéma russe de qualité, que les maisons d'édition créent des collections russes contemporains. Le réservoir est vaste: Loznitsa, Sebrennikov, Guerman Jr, Kravtchouk, Solomine, Pavel Bardine, Khlebnikov, Dvortsevoy... Le cinéma russe d'aujourd'hui est riche, dommage de passer a coté.

Sinon une excellente édition pour Bouge pas.

En réponse à un message antérieur du 23 déc. 10 17:13:33 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 23 déc. 10 17:29:28 GMT+01:00
LD dit:
Oui, vous avez raison. En fait, ce que j'en disais visait plus la 2ème moitié des années 90, au moment de la transition dans le système de production et de distribution, que ces dernières années. C'est à ce moment-là que des gens comme Kanevski, à la fois francs-tireurs mais ayant peu ou prou réussi à faire leur trou dans le système existant, ont été balayés. Voir Alexei Guerman (le père), et quelques autres. Des personnalités très différentes, qui ont été peu à peu bloquées, du fait du cinéma qu'ils faisaient et de leur incapacité à accepter les compromis qu'ont leur demandait - peut-être aussi en raison de leur rigidité, ce que j'ignore. C'était donc aller trop vite en besogne que de mentionner le seul Mikhalkov. Il aurait mieux valu parler des mutations qu'il a par la suite accompagnées à la tête de l'Union des cinéastes.

Merci de vos remarques.

Cordialement,

LD

P.-S. Tout à fait d'accord avec vous sur l'édition dvd des films russes récents. C'est vraiment la disette. Et d'accord avec les noms que vous citez... pour ceux que je connais, en tout cas, c'est-à-dire quatre sur les huit que vous donnez. Espérons un peu plus de curiosité de la part des éditeurs et... du public.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

5.0 étoiles sur 5 (5 commentaires client)
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 70,00
Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur

LD
(TOP 10 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Lieu : Paris, France

Classement des meilleurs critiques: 9