Commentaire client

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'un des plus grands romans italiens !, 11 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Fiancés: Histoire milanaise du XVIIe siècle (Poche)
Alessandro Manzoni tient la place en Italie de créateur du roman populaire. N'avait-il pas d'ailleurs du temps de la lire son portrait sur les billets de 100 000 lires qui était les plus grosses coupures, l'equivalent de nos billets de 500 francs. Alors I Promessi Sposi "Les Fiancés histoire milanaise du XVIIeme siécle" et dont Manzoni changea plusieurs fois le titre; qu'est-ce ? Et Manzoni qui est-il ? Sans doute un personnage au caractére trés complexe, qui aprés des études chez les péres, renie le catholiscisme pour épouser les idées révolutionnaires, pour finalement revenir à la religion catholique dont son oeuvre sera profondément marquée. Les fiancés qu'il commença en 1821 et qui devait paraitre dans son édition définitive quelques 21 ans plus tard en 1842, telle une Recherche du Temps Perdu de Marcel Proust italienne. Pour ecrire ce vaste roman, il du d'abord lire une documentation enorme sur les chroniques milanaises du XVIIeme siecle et sur la terrible épidémie de peste qui ravagea la ville et ses environs en 1630. Le roman comporte 38 chapitres et raconte les aventures de deux jeunes paysans Renzo Tramaglino et Lucia Mondella qui s'aiment et veulent se marier. Ce mariage est empéché par Don Rodrigue un riche seigneur. Manzoni nous décrit en des pages trés belles, l'histoire de ces deux jeunes paysans à travers celle de la Lombardie entre 1628 et 1630. L'armée autrichienne répend la ruine et la désolation sur son passage. La description de la peste au chapitre 34; lorsque une femme descend sur le seuil de sa maison avec dans ses bras sa fille de neuf ans morte, mais toute parait de blanc comme pour aller à une fete promise depuis longtemps et qu'elle s'avance vers le convoi qui ramasse les cadavres qui jonchent la rue et qu'elle la donne au croque-morts en meme temps qu'elle lui tend une bourse et lui demande de ne pas oter à sa fille morte un seul fil des beaux habits qu'elle porte, ensuite elle lui dit de repasser dans la soirée pour la prendre elle et sa fille plus jeune, car elles aussi ont la peste. Puis, elle rentre chez elle s'etendre au coté de la seule fille qui lui reste pour qu'elles meurent ensemble, comme la fleur pleinement épanouie sur sa tige avec le jeune bouton, lorsque passe la faux qui égalise toutes les herbes du prés. Sans doute est-ce un des plus beau passage jamais écrit de la littérature italienne. Finalement l'histoire se termine bien et Renzo et Lucia peuvent aprés bien des peripeties se marier. Les fiancés qui est considéré en Italie comme l'un des plus grand roman, l'egal en France des Misérables de Victor Hugo, doit etre lu par tous ceux qui aime et s'interesse à la culture Italienne avec un grand I, c'est un passage incontournable vers le savoir immense de ce beau pays.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 14 août 12 17:54:47 GMT+02:00
NINOIR dit:
Passionnée par tout ce qui fait - et a fait - l'Italie, je dis " grazie mille" pour ce magnifique commentaire.

En réponse à un message antérieur du 18 août 12 13:58:28 GMT+02:00
Mafalda dit:
Salve amica
Grazie a te, sono contenta che per te e l'Italia é stato amore a prima vista.
Mafalda la bambina di Napoli.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.8 étoiles sur 5 (8 commentaires client)
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
EUR 12,30
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Lieu : une italienne de Marseille

Classement des meilleurs critiques: 244