undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Commentaire client

30 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Une tache d'ombre..., 11 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rio (CD)
L'écoute de cet album est une déception à la hauteur des promesses lues ici ou là, y compris celles de Keith Jarrett lui-même dans la presse. Plusieurs écoutes pénibles ne font que confirmer qu'on est ici, loin, très loin de ses meilleurs concerts solo publiés, toutes époques confondues. Visiblement en panne d'inspiration, Keith jarrett nous sert un catalogue d'improvisations articulées autour de gimmicks et de recettes plutôt rances et inintéressantes, mille fois déjà entendues . Le plus inquiétant c'est l'incompréhensible autosatisfaction et le manque de lucidité dont keith Jarrett fait preuve à propos de ce concert. Comment ce génie du piano qui a publié tant de pièces maitresses dans sa carrière peut-il se satisfaire de sortir ce disque? On sait que, depuis longtemps, ses concerts solo sont systématiquement enregistrés, "pour capter le génie au moment il sort de sa boite", dixit Manfred Eicher d'ECM . On a de la peine à imaginer qu'il n'y avait rien de mieux à sortir, à part céder au caprice de la star elle-même. Ici, autant s'abstenir, il n'y a quasiment rien à sauver. A chaque fois qu'une petite lueur d'espoir apparait au détour d'une phrase, d'un semblant de thème, les minutes suivantes ont tôt fait de tout ramener dans l'anonymat. A la fin du disque, si on a le courage d'aller au bout, on est étonné de constater qu'on n'a, ni vibré, ni entendu quelque chose de vraiment remarquable. On a souvent l'impression d'entendre des standards plus ou moins habilement rhabillés (part 4 et 7 par exemple), et quand il y a des thèmes plus personnels "jarrettiens", c'est mal exécuté mal exploité ( part 3, part 6 par exemple). Le jeu est heurté, sans fluidité, avec tant d'approximation rythmique et de fautes qu'on a parfois du mal à croire que c'est le maitre himself derrière le clavier, surtout quand on sait ce dont il a été capable dans le passé. Du canada dry de Keith Jarrett et Je me suis replongé dans mes albums préférés (sun bear concerts, la scala en tête) pour le vérifier. A tout prendre, Paris/London était bien meilleur, beaucoup de déchets, mais au moins deux ou trois morceaux qui valaient publication (l'intro du concert de Londres, la part 2 du concert de paris...), le tout servi par un son et des pianos exceptionnels. Encore une fois, l'impression qui domine à l'issue de ce disque, c'est l'incompréhension. Si on oublie les considérations bassement commerciales, pourquoi publier ça ? Jusqu'au son du piano très moyen, bruyant et avec une tendance à zinguer, vraiment le seul point commun avec le Köln concert s'il fallait en trouver un...
Et ne me parlez pas du final, d'une mièvrerie affligeante. Triste, vraiment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
  [Annuler]

Remarques

Suivre les remarques par e-mail
Suivi en cours par 2 clients

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-8 sur 8 de cette discussion.
Message initial: 13 nov. 11 11:41:00 GMT+01:00
Girard dit:
Tout à fait d'accord avec votre commentaire, j'ai bien peur que KJ soit entré dans la tâche d'ombre - pour reprendre votre titre ô combien pertinent - terminale des génies mégalomaniaques. La mégalomanie exacerbée mène souvent à la décadence subconciemment induite. Le fameux "Grandeur et décadence" que les sociologues connaissent bien et dont l'Histoire fourmille d'exemples dans tous les domaines d'activité de l'homme. Espérons que KJ pourra s'extraire de cette spirale infernale avant le stade ultime de la paranoïa maladive. Cordialement. Jean-Pierre

Publié le 13 nov. 11 11:48:13 GMT+01:00
Nico dit:
....la France est il un peuple de gens aigris ? >>>"tout était toujours mieux avant"...."c'est nul"..."mais comment ose t'il"....gniarf jme marre !!!
La critique est facile...
Sinon cet album, et bien moi je le trouve...bon>>>encore que pas complètement appréhendé
Certaines pieces sont vraiment spé, un peut comme des toiles de Kandinsky, ou de Miro, d'autres vraiment romantiques, voir gothiques, ou crépusculaires, d'autres encore évoque le New Jersey....et puis nom de Zeus le dernier morceau est juste beau !!!
Bref ce disque me fait voyager, et me fait du bien (j'ai envie de dire surtout dans ses moments plus consensuels)
C'est drôle de comparer les coms français avec ceux des autres pays sur amazon...ailleurs les auditeurs sont hyper enthousiastes...ouai ça doit être ça : pays d'aigris.... : (
Bon aller je déménage O_o !!!!

En réponse à un message antérieur du 13 nov. 11 13:07:51 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 13 nov. 11 16:38:31 GMT+01:00
Girard dit:
A Nico...
Il est vrai que les français sont des "aigris" pour reprendre votre terme, personnellement je dirais plutôt des "insatisfaits notoires". C'est peut-être parce que nous nous complaisons dans le dénigrément systématique - ce que vous semblez penser -, c'est peut-être aussi parce que nous sommes exigeants et que nous cherchons à voir juste un tout petit peu plus loin que la ligne d'horizon habituelle. Donnez nous au moins le bénéfice du doute. Contrairement à ce que dit l'adage (que vous citez) la critique n'est pas plus aisée que l'encensement. Aduler est tout aussi facile (surtout sur Amazon), mais il est vrai que la critique est souvent malheureusement perçue comme une agression. C'est une erreur que de penser cela. Le commentaire de "Electrocompanion" - auquel j'adhère globalement - ne se veut pas agressif. La passion - et Dieu sait combien KJ suscite de réactions passionnées - déclenche toujours des postures extrêmes. Il suffit de l'accepter (inutile de déménager !) sans pour autant préjuger qu'elles sont l'oeuvre de passionnés "aigris". Fustiger un commentaire sincère pourrait tout autant être considéré comme l'illustration d'une attitude "aigrie"...
Cordialement. Jean-Pierre
PS: je ferai donc une nouvelle écoute de cet opus, parce que quoi qu'il arrive le génie de KJ est passionnant...

En réponse à un message antérieur du 14 nov. 11 13:24:57 GMT+01:00
Nico dit:
yep bien dit...et puis après c'est sur, chacun ses gouts, ces opinions...
Et puis il y avait une dose d'humour dans mon com'...mais c'est vrai quelque chose d'aigris aussi....aigris envers "l'aigritude"...c'est un comble ce truc : merci de me le faire remarquer :D
Bon d'accord pour cette fois, je reste, mais attention...
Et oui concernant le "génie" (ou sans guillemets) de KJ, c'est assez passionnant : mais comment fait'il???? Je lisais un interview de lui, ou il racontait que ces doigts jouaient tout seuls...que quelque part le coté reflexion, premédité n'entrait pas en jeu....un peut comme de l'écriture automatique...ou comme Rumi (Poète persan du 12e siecle) à qui les poèmes etait "dictés" par une chose inconnue, comme s'il n’était que le véhicule de ce "savoir">>>c'est surement ça le génie....
Mes hommages My Lord

En réponse à un message antérieur du 14 nov. 11 19:41:56 GMT+01:00
Girard dit:
Quand un artiste dit que ses "doigts jouent tous seuls" cela veut dire qu'il n'a plus à penser à la technique pour éxécuter les notes, mais ce n'est pas de l'automatisme non plus. L'artiste a simplement atteint le niveau de maîtrise technique ultime de son instrument et la note pensée dans sa tête est directement jouée par ses doigts sans avoir à la traduire en un ordre motriciel à ses muscles. Il n'a plus besoin de passer par le stade : je veux jouer un Do donc je dois ordonner à mon index de se poser sur la 1ère touche blanche de l'octave et appuyer, etc... Tout se fait comme s'il n'y avait plus de relai entre le cerveau et la note, comme si le cerveau était dans le doigt, d'où le sentiment que les "doigts jouent tous seuls". La même chose existe pour tous les artistes de génie quelque soit leur art: peinture, cinéma, écriture, arts martiaux, etc.... Tous les génies artistiques nous disent que l'on ne peut atteindre la liberté totale dans son art que si l'on a atteint une maîtrise technique extrême. C'est à ce prix et à ce prix seulement que la musicalité prend le dessus, elle s'impose à l'artiste (plutôt que l'inverse pour ceux qui n'ont pas encore atteint ce stade) et l'artiste donne alors l'impression d'avoir une extraordinaire fluidité dans ses phrasés (ou ses écrits dans le cas de Rumi que vous citez...). On dit souvent qu'il fait corps avec son instrument, une image totalement pertinente, et réellement visible chez les concertistes de musique classique par exemple.
KJ est de ceux là. Il a une matrise totale de son piano et sa musique s'impose à lui. D'ailleurs, bien souvent les génies qui ont atteint ce niveau nirvanesque reviennent à une certaine modestie technique, et privilégie les sonorités, la musicalité et le juste-à-propos de la note, plutôt que l'exubérance des phrasés complexes. Ils reviennent à l'essentiel, c'est à dire l'expression d'un sentiment intime qui les habite à un instant donné à travers leur art. Cela peut parfois se résumer à très peu de chose ou très peu de notes, mais tellement parfaitement justes - non pas belles ou agréables ou harmonieuses - mais justes, au sens premier du terme, dans le contexte de l'instant, en parfaite pleine conscience...
Désolé de m'envoler dans des palabres pseudo-philosophiques, mais je suis un bavard de nature.
Bien à vous
Jean-Pierre

En réponse à un message antérieur du 14 nov. 11 21:25:40 GMT+01:00
Nico dit:
Entièrement d'accord avec votre analyse et je pense que c'est vrai pour de gens que je considère comme des génies : Anouar Brahem, Bjork, etc -pour parler de mes contemporains>>>>qu'on aime ou pas, mais ces deux personnes notamment sont extraordinairement doués à mes yeux-, toutefois, concernant KJ, il semblait dire qu'il ne maîtrisait pas le truc, et que c'est ce qu'il essayait de faire en vain....ces "doigts jouent" avant que son cerveau ne le décident ce qui reviens à peut prêt à dire ce que vous écriviez...mais à un niveau supérieur encore, dans le sens ou il ne semble pas y avoir maitrise du phénomène (tout comme cela semblait aussi être le cas de Rumi -d'où le parallèle-). Bon après je ne suis pas vraiment expert en KJitude, et peut être aussi est ce une forme de modestie de sa part...
Bref
Au plaisir.

En réponse à un message antérieur du 14 nov. 11 22:43:13 GMT+01:00
Girard dit:
L'échange fût un plaisir. Cordialités.

En réponse à un message antérieur du 15 nov. 11 16:07:00 GMT+01:00
Nico dit:
Idem :merci
Et puis si vous amateur d'Ecm, et de piano, je vous conseille les derniers disques de Stefano Battaglia (the river of anyder) et Marylin Mazur (celestial circle) >>>intéressant !!!
Le premier se situe dans la lignée de ce que peut produire Nik Bartsch (avec des tonalités orientales-ce qui n'est pas pour me déplaire-) et l'autre se ballade entre jazz intimiste (un pléonasme pour ce label), musique contemporaine, et "musiques du monde" (pour le travail des percussions)>>>bref un truc typique du label encore une fois :)
Au relire
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 173.086