Commentaire client

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Oriental, 18 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Infidels (CD)
Un des derniers très bons albums de Dylan , plein de ferveur et de souffle ... et de grandes chansons . Il date quand même de 83 ! Depuis , pas grand-chose ... Dylan est mort .
La voix est fantastique et il chante diaboliquement bien , avec une rage , une force et une énergie qui font plaisir à entendre .
Le son hyper clean est le seul hic , un peu "design" ... la propreté du tout technique qui pointe son nez ( c'est Knopfler , factotum du moment , qui produit ) .
Le propos du disque est polémique , politique : Dylan pose en surplomb de la mosquée du dôme du rocher à Jérusalem , non loin du Kotel Hamaaravi ( le mur occidental , le mur "des lamentations" ) et semble interroger les pierres des terres de Palestine qui se sont tant croisées des deux côtés de la frontière .
A soupeser les drames , on peut toujours rêver de les neutraliser , de les rendre "caducs" comme disait Yasser ... et comme dit le poète : qui nomme le monde , le domine .
Et ça tombe bien : j'ai toujours préféré Dylan quand il arrête de dire qu'il n'a rien à dire , qu'il est juste un musicien comme les autres , patati patata , qu'il veut qu'on lui foute la paix avec toutes ces conneries de prophète et de voyant , que lui ce qu'il aime c'est surtout Blind Willie Mc Tell , Odetta , Woody Guthry et Elvis ... alors qu'il émine dans à peu près tout ce qui s'étudie longuement ( la poésie , la peinture , l'architecture , les religions , les Hassidiques ... ) et qu'au fond , il n'aime que lui ... et peut-être un peu les Byrds , à cause des guirlandes électriques qu'ils ont installées sur ses chansons au milieu des sixties , les préparant pour le succès en les rendant banales , trop rapides ... sans sa voix traînante .
Si on croit tout ce qu'il dit , cela supposerait que sa seule présence , son jeu de scène et sa musique ( qu'il estime très élaborée ) suffisent à attirer encore les foules .
Or nous savons tous que Dylan c'est bien plus que ça et on peut lui en vouloir de l'avoir oublié , de ne plus vouloir ( pouvoir ? ) jouer son rôle de génie effronté , de s'être rangé du côté des petits notables raisonnables de la technique musicale , les Clapton et tous ceux de son genre , lui qui était si allumé , si brillant dans le brouillon .
A présent , je crois , plus personne n'attend de Dylan une sorte de poésie douloureuse à l'arrogance oraculaire , cette façon à la fois ironique et sans appel qu'il avait de la scander au mépris de tout calcul ... comme si l'on voulait se punir de la pertinente audace de nos émotions d'autrefois , les garder rangées , à l'abri du feu , sans cri , sans vie ... Jadis , le poète accompagnait le guerrier dans les armées , et on le visait autant ... c'était Dylan !
Cette impudeur , cette prise de risque , quand il réglait ses comptes avec ses chéries ( magnifique "idiot wind" , plein d'orgueil et de méchanceté , sur Blood on the tracks ) lorsqu'il jouait les redresseurs de torts ( the lonesome death of Hattie Carroll , avant , Hurricane , après ... ) ou qu'il endossait le rôle de la peau de vache pleine de fiel ( "one of us must know" sur Blonde on blonde ) il a fini par les perdre à vouloir faire du blues et du calypso avec des Mexicains , lui qui excellait dans le grand n'importe quoi verbal , son génie , sa simplicité ...
Quel bonheur c'était de l'entendre chanter , le voir articuler , la rage au coeur , des chansons pleines de mots , la mine hargneuse , le verbe rougi comme il faut , et appliqué sur la plaie comme il se doit .
Et c'est ainsi qu'il réapparaît ici , avec encore une fois ( la dernière ? ) des numéros plein sa besace , comme au bon vieux temps de sa jeunesse de saltimbanque quand il s'occupait à peindre ses chefs d'oeuvre .
Sur un fond reggae de limousine , "jokerman" , ou plus rude avec "man of peace" ( toutes deux très percutantes grâce à Sly Dunbar et Robbie Shakespeare ) il s'attaque aux hypocrites , aux simagrées des conformistes chargés de nous amadouer ...
Plus loin , sur un rock carré à la Bob Seger , mais de bien plus haute volée ( union sundown ) il déplore avant que ce ne soit à la mode , notre complicité d'acheteurs face à la mondialisation qui s'installe , faisant de nous de parfaits collaborateurs de l'ultra capitalisme .
Jouant encore et toujours sur les émotions , n'ayant jamais fait que cela à ses meilleurs moments ( Dylan est un chanteur émotionnel , on entend les larmes ... la colère ... ) il nous balance du doux ( I and I , sweetheart like you , license to kill ) et son contraire ( the neighborhood bully , sa vision géopolitique pro-Israël ) de façon tout autant radicale , et sincère ... ça s'entend dans la voix .
Huit titres , c'est pas beaucoup ( on trouve la suite , les "invendables invendus" , dans les Bootleg series ... ) les troupes peuvent sembler maigres , mais elles sont blindées comme la caisse du pape , et c'est assez pour un retour d'exil triomphant .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

[Ajouter un commentaire]
Publier un commentaire
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Amazon affichera ce nom avec vos soumissions, y compris les chroniques de clients et les posts de discussion. (Plus d'informations)
Nom :
Badge :
Ce badge vous sera affecté et apparaîtra avec votre nom.
There was an error. Please try again.
Consultez lintégralité des directives ">ici.

Remarque Officielle

En tant que représentant de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quelle que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
Le nom et le badge suivants seront affichés avec ce commentaire :
Après avoir cliqué sur le bouton Publier, vous serez invité à créer votre nom public qui sera affiché avec toutes vos contributions.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.  Plus d'informations
Sinon, vous pouvez toujours publier un commentaire normal sur cette évaluation.

Ceci est-il votre produit ?

Si vous êtes l'auteur, l'artiste, le fabricant ou un représentant officiel de ce produit, vous pouvez publier un commentaire officiel sur cette évaluation. Il apparaîtra immédiatement au-dessous de l'évaluation, quel que soit l'emplacement où celle-ci est affichée.   Plus d'informations
 
Délai système expiré

Nous n'avons pas pu vérifier si vous représentez le produit. Veuillez réessayer ultérieurement, ou réessayez maintenant. Sinon, vous pouvez publier un commentaire normal.

Puisque vous avez déjà publié un commentaire officiel, ce commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous. Vous pouvez également modifier votre commentaire officiel.   Plus d'informations
Le nombre maximal de commentaires officiels a été atteint. Le commentaire apparaîtra dans la section du commentaire ci-dessous.   Plus d'informations
Aller s'identifier
 

Remarques

Suivi en cours par 1 client

Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-2 sur 2 de cette discussion.
Message initial: 8 févr. 13 22:33:22 GMT+01:00
Dernière modification par l'auteur le 8 févr. 13 22:35:42 GMT+01:00
Gnarfman dit:
Fantastique commentaire comme celui portant sur Street Legal (premier album que j'ai aussi acheté de Dylan en 1982 avant de monter définitivement dans le train avec ce Infidels : ça crée des liens!). Oui, Infidels est un immense...double album : il convient simplement d'y intégrer les titres souvent magistraux sortis sur les Bootlegs : Foot of Pride (chanson de Dylan préférée de Lou Reed), Blind Willie McTell, Someone' s Got a hold of my heart (largement meilleure que la version d'Empire Burlesque), Lord protect my childs mais aussi et surtout "Death is not the end" (parue sur "Into the Groove" mais enregistrée durant les sessions d'Infidels) et deux magnifiques covers (presque) introuvables: "This was my love" (d'une tristesse abyssale) et "Angel Flying to the groove"...Est-ce vraiment le dernier grand album de Dylan dear Soul Sister? "Oh Mercy" est aussi un très beau double album ("Series of dreams", "Dignity", "Born in time"...)...Pour en revenir à Infidels, il existe une version de Jokerman d'Eliza Gilkyson à damner Dylan himself (bien que ce soit largement déjà fait depuis Desolation Road...) So long, from Soul brother to Soul Sister

Publié le 7 déc. 13 01:58:35 GMT+01:00
joan dit:
Bravo pour votre commentaire passionné qui m'a beaucoup plus. Je suis loin d'être d'accord avec tout mais woah quel punch vous avez !
Vous avez bien pointé l'essentiel : chansons de très haut niveau du genre "Jokerman" ou "Don't fall apart on me tonight" et interprétation réellement superbe...(ajoutons : de beaux solos de Mick Taylor) mais hélas une...production sans âme estampillée années 80.
Cordialement.
‹ Précédent 1 Suivant ›

Détails de l'évaluation

Article

4.2 étoiles sur 5 (9 commentaires client)
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Commentateur


Classement des meilleurs critiques: 6.648