Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Amazon rachète votre
article EUR 5,12 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le rugby, une histoire entre village et monde Broché – 8 septembre 2011


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction de Paul Dietschy

UNE HISTOIRE MONDIALE ET SINGULIÈRE

Des principaux avatars qu'a connus le football pratiqué dans les public schools, les premiers clubs sportifs anglais ou les quartiers populaires ou villages britanniques, le football rugby est sans doute celui qui a suivi le parcours le plus singulier. Ne pouvant prétendre à l'universalité et au pouvoir symbolique de son cousin le football association, il n'a pas, non plus, bénéficié de la puissance politique et économique de son rejeton, le football américain. C'est donc à une histoire des singularités qu'invitent les différentes destinées qu'a connues le rugby, et ce, dans un espace relativement restreint : celui des îles Britanniques, des anciens Dominions, de quelques îles du Pacifique et d'une partie des territoires sur lesquels s'est exercé à la fin du XIXe siècle l'influence ou l'impérialisme culturel et économique britannique (France, Amérique du Nord, Argentine).
La première singularité réside dans l'espace tout à la fois mondial et discontinu que dessine la géographie du rugby. Dans l'histoire du rugby, le local, le régional et le national sont prépondérants alors que la dimension internationale des compétitions ne propose que des versions tronquées des coupes d'Europe ou du monde. Qu'est-ce en effet que la Heineken Cup, ou Coupe d'Europe, sinon l'affrontement in fine des meilleurs clubs anglais, français, gallois et irlandais ? De même, le trophée Webb Ellis, ou Coupe du monde de rugby, n'est-il pas le club exclusif de cinq formations représentant le coeur économique du rugby mondial et appartenant, à l'exception de la France, à l'ancienne sphère impériale britannique (Afrique du Sud, Angleterre, Australie et Nouvelle-Zélande) ?
L'histoire d'un espace à la fois étiré et circonscrit a déjà fait l'objet de synthèses rédigées par des journalistes spécialisés ou amoureux du rugby et de l'un des premiers ouvrages d'histoire du sport paru en France. Mais, à l'exception de quelques travaux universitaires, dont la thèse d'histoire du sport de Joris Vincent, de livres rassemblant des contributions diverses, de catalogues d'exposition, ou de sites internet précieux, force est de constater que les historiens n'ont pas pris en considération l'objet rugby comme ils ont pu le faire pour le football.
Certes, ici ou là, quelques études réalisées par des spécialistes d'histoire sociale ont proposé des descriptions suggestives de la popularisation du rugby, notamment à Toulouse et dans le Sud-Ouest, mais au total, il n'existe pas encore une véritable «histoire historienne» du ballon ovale. Faute de combattants ? On peut en tout cas constater que l'ouvrage le plus récent sur l'histoire et la culture du rugby français a été écrit par un chercheur anglais, par ailleurs fin connaisseur et des choses du rugby et de l'hexagone. Il est vrai que l'histoire du sport a pris plus d'une longueur d'avance outre-Manche et que d'importants travaux y ont été consacrés au rugby dans des perspectives mêlant histoires politique, culturelle et sociale.
Le présent livre n'a pas vocation à combler ce retard, ni à proposer une nouvelle histoire du rugby français. Comme le colloque qui l'a nourri, il se veut à la fois modeste et ambitieux. Modeste, parce qu'il n'a pas la prétention d'écrire véritablement une histoire globale du rugby, mais d'assembler, à partir d'exemples particuliers, une mosaïque permettant d'approfondir des aspects importants de la société et de la culture rugby - le rugby des villages, par exemple - et en même temps d'accomplir un tour du monde de cette autre histoire globale qu'est celle du rugby. En ce sens, cet ouvrage ambitionne de jeter un pont entre les historiographies latines et anglo-saxonnes au sens large, en réunissant des auteurs travaillant dans et sur les deux hémisphères du rugby, de la Vénétie à l'Océanie, en passant par la France, l'Irlande et le Pays de Galles.

Biographie de l'auteur

Patrick Clastres, agrégé d'histoire, professeur de chaire supérieure, enseigne en classes de khâgne au lycée Pothier d'Orléans. Paul Dietschy, ancien élève de l'ENS de Fontenay-Saint-Cloud, agrégé et docteur en histoire, est maître de conférences à l'université de Franche-Comté. Tous deux animent le séminaire de recherche consacré à l'histoire du sport au Centre d'histoire de Sciences Po à Paris.


Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?