• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le sanglot de l'homme noi... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le sanglot de l'homme noir Relié – 4 janvier 2012

4.2 étoiles sur 5 13 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 15,30
EUR 15,30 EUR 6,79

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Le sanglot de l'homme noir
  • +
  • Le sanglot de l'homme blanc : Tiers-monde, culpabilité, haine de soi
Prix total: EUR 22,70
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Je suis noir, et forcément ça se voit. Du coup les Noirs que je croise à Paris m appellent « mon frère ». Le sommes nous vraiment ? Qu ont en commun un Antillais, un Sénégalais, et un Noir né dans le Xème arrondissement, sinon la couleur à laquelle ils se plaignent d être
constamment réduits ?

J oublie évidemment la généalogie qu ils se sont forgée, celle du malheur et de l humiliation traite négrière,
colonisation, conditions de vie des immigrés... Car par-delà la peau, ce qui les réunit, ce sont leurs sanglots.

Je ne conteste pas les souffrances qu ont subies et que subissent encore les Noirs. Je conteste la tendance à ériger ces souffrances en signes d identité. Je suis né au Congo Brazzaville, j ai étudié en France, j enseigne désormais en Californie. Je suis noir, muni d un passe-port français et d une carte verte. Qui suis-je ? J aurais bien du mal à le dire. Mais je refuse de me définir par les larmes et le ressentiment.

Biographie de l'auteur

Né en 1966, au Congo Brazzaville, Alain Mabanckou réside en Californie. Il est professeur titualire de littérature à l'Université de Californie-Los Angeles. Romancier, il a été récompensé par le prix RFO du livre, le prix du roman Ouest-France-Étonnants Voyageurs, le prix des cinq continents de la francophonie et le prix Renaudot. Après Lettre à Jimmy  (2007), Le sanglot de l'homme noir est son deuxième livre chez Fayard.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Né en République du Congo en 1966, Alain Mabanckou passe son enfance dans la ville côtière de Pointe-Noire où il obtient un baccalauréat en Lettres et Philosophie avant de poursuivre des études de Droit en France.

Depuis 1993 il a publié plusieurs romans, poèmes, récits, livres de jeunesse et essais. Ses écrits sont traduits dans une quinzaine de langues.
Il a reçu de multiples distinctions littéraires, notamment le PRIX RENAUDOT en 2006 pour son roman "Mémoires de porc-épic" paru aux éditions du Seuil.
En 2010 Mabanckou a publié "DEMAIN J'AURAI VINGT ANS" (Gallimard), devenant au passage le premier auteur d'Afrique noire francophone à être publié dans "La Blanche", la collection littéraire de référence créée il y a un siècle (mai 1911) par les Editions Gallimard.

Il vit depuis 2002 aux Etats-Unis où il est Professeur de littérature à l'université de Californie-Los Angeles (UCLA).




Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Format: Relié
Si le titre du livre semble répondre à celui de Pascal Bruckner ("Le sanglot de l'homme blanc"), le parallèle que l'on serait tenté de faire entre les deux ne mènerait pas bien loin tant ils sont différents... je serai tenté de dire, en simplifiant, qu'ils ne concourent pas dans la même catégorie.

Dans ce livre Mabanckou prend une position courageuse contre l'attitude, à la fois simpliste et peu volontariste, qui est très répandue parmi les africains en général, qui consiste à reporter sur l'Europe, et plus particulièrement sur les anciens pays colonisateurs, la cause de tous leurs malheurs actuels. Il y parle également de la soi-disant "Identité" africaine et va jusqu'à dire que "l'expérience du colonialisme ne crée pas une identité" ! De même l'auteur fait une énorme différence entre l'africain et l'africain-américain... Quant au français, c'est bien "la" langue par laquelle il faut passer ! Certainement que tout cela ne va pas plaire dans certains milieux ou dans certaines "communautés" et, a fortiori, à certains africanistes "bien-pensants"... L'auteur se montre relativement optimiste ; Il se veut responsable mais donne l'impression de vouloir rester en deçà de certaines limites, et c'est bien dommage.

Le livre aurait gagné à avoir un peu plus de consistance et de structure et, à ce point de vue, il ne peut pas vraiment être considéré comme un véritable essai. Certaines conversations rapportées sont-elles réellement utiles ? N'aurait-il pas mieux valu les résumer ou les condenser ?
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 9 sur 11 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Bibliophilette TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 1 avril 2012
Format: Relié
Quand un romancier décide d'écrire un essai et d'utiliser sa propre histoire, cela donne un livre bien écrit, agréable à lire, mais peut-être pas très abouti.

Dans cet ouvrage, Alain Mabanckou dénonce avec un certain courage la tendance à la victimisation stérile des Africains qui tendent à expliquer tous leurs malheurs actuels à l'aune de la colonisation d'hier et le leurre d'une identité noire, soulignant que la couleur de la peau ne crée par une identité commune. "Qu'y a-t-il de commun, en dehors de la couleur de la peau, entre un Noir en situation régulière qui étudie à Sciences Po, un sans-papier d'Afrique de l'Ouest, un refugié haïtien ou un Antillais de couleur issu d'un département intégré au territoire français ? Rien."

Il dénonce les préjugés xénophobes de plus en plus présents en France, le malaise né du débat sur l'identité nationale, mais aussi le racisme des Noirs envers les Blancs de plus en plus souvent accusés de tous les maux. Il s'insurge contre le courant "africaniste" qui s'interroge sur la nécessité de l'utilisation de la langue française comme langue d'écriture et le mépris avec lequel sont traités les écrivains noirs hors d'Afrique (dont il fait bien entendu partie). "Il n'y a pas d'un côté les vendus, les larbins qu'on applaudit dans les salons, et, de l'autre les dignes, les résistants munis d'un brevet d'africanité délivré par on ne sait quelle instance.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Relié
Le sanglot de l'homme noir est une presentation de l'image que les noirs se font d'eux même. Il va au delà des noirs vivant en France et aborde les difference de perception entre noirs de France, noirs d'Amérique et noirs d'Afrique. C'est aussi le courage d'aborder la vérité de la responsabilité de l'homme noir sur sa position dans la société; responsabilité qui pendant longtemps a été minimiser par plusieurs et notamment par beaucoup d'écrivains noirs.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
La position de Alain Mabanckou sur la négritude, la condition des noirs en France et aux USA, sur la littérature, va souvent à l'encontre des courants actuels qui prônent l'accusation des puissances coloniales, le retour aux langues africaines...
Il soulève la question de l'identité nationale. Il n'y a rien de passéiste dans ses propos mais une réflexion posée sur ce qui est son univers.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Relié Achat vérifié
je l'avais vu en tv avec sa casquette et son style decontracté; à l'époque de la pensée unique,il arrive à faire passer des idées qu'on aurait dù mal à dire comme lui,car il evoque le regard des autres des deux côtés de l'atlantique , sans oublier son Congo natal;le passage sur ses etudes à Nantes est à decouvrir
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Relié Achat vérifié
délais respectés, parfait état et petit mot convivial, c'est parfait, en ce qui concerne la lecture elle-même, quelques idées intéressantes et des portraits significatifs... agréable à lire mais on reste un peu sur sa faim
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?