undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
La société comme verdict (Histoire de la Pensée) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 10,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La société ... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La société comme verdict : Classes, identités, trajectoires Poche – 1 octobre 2014


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 10,00
EUR 10,00 EUR 13,95

Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La société comme verdict : Classes, identités, trajectoires + Retour à Reims + En finir avec Eddy Bellegueule
Prix pour les trois: EUR 25,10

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Paru en octobre 2009, Retour à Reims a rencontré un écho considérable et suscité de très nombreux débats. Didier Eribon entreprend aujourd'hui d'approfondir le récit et les réflexions qui s'entrecroisaient dans cet ouvrage, devenu un classique. La société assigne des places. Elle énonce des verdicts, qui s'emparent de nous et marquent nos vies à tout jamais. Elle installe des frontières et hiérarchise les individus et les groupes. La tâche de la pensée est de porter au jour ces mécanismes d'infériorisation et la logique de la domination et de la reproduction sociales. C'est à un véritable renouvellement de l'analyse des classes, des trajectoires, des identités et du rôle central et ambivalent des institutions (notamment le système scolaire, le droit, la politique...) dans leur fabrication que nous convie Didier Eribon. Avec pour horizon l'idée que seule une démarche qui place au centre de ses préoccupations le problème des déterminismes par lesquels nos vies sont régies peut nous permettre d'ouvrir la voie à une politique de l'émancipation.

Biographie de l'auteur

Didier Eribon est philosophe et sociologue. Il est professeur à l'université d'Amiens. Déjà en Champs : Michel Foucault (Flanmiarion, 1989 ; Champs, 1991, nouv. éd., 2011), Réflexions sur la question gay (Fayard, 1999 ; nouv. éd., Champs, 2012) et Retour à Reims (Fayard, 2009 ; Champs, 2010).



Détails sur le produit

  • Poche: 254 pages
  • Editeur : Flammarion (1 octobre 2014)
  • Collection : Champs Essais
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2081314010
  • ISBN-13: 978-2081314016
  • Dimensions du produit: 17,8 x 1,1 x 10,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 116.088 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jack Kernoch le 18 novembre 2013
Format: Broché Achat vérifié
Cet ouvrage de Didier Eribon s'ancre dans la dynamique du précédent, "Retour à Reims", avec, entre les deux, un petit opuscule qui reprend des entretiens parus dans des revues. Autant j'ai été vraiment intéressé par la démarche sociologique de l'auteur dans "Retour à Reims", autant "La société comme verdict" m'a semblé beaucoup plus centré sur une espèce d'auto-analyse de la trajectoire de l'auteur, mais aussi de ses réactions au succès un peu inespéré de "Retour à Reims". Or, ces réactions ne servent plus l'universel sociologique du précédent ouvrage (c'est à dire la possibilité pour chaque lecteur d'analyser les différentes étapes d'une trajectoire appréhendée comme un paradigme d'un parcours de mobilité sociale, avec ses obstacles), mais elles confinent à un nombrilisme beaucoup trop appuyé à propos d' expériences particulières. Cependant, il s'y trouve des pages qui apportent un éclairage subtil sur certaines expériences de malaise de classe, et des analyses novatrices sur d'autres sociologues issus de la classe ouvrière, par exemple sur Richard Hoggart. Ce qui m'a un peu gêné, c'est la filiation revendiquée et trop appuyée à Bourdieu et à son analyse théorique de la domination. En effet, on doit avoir une lecture distanciée des ouvrages de Bourdieu et relativiser la "vérité scientifique" de ses écrits, tellement affirmée par lui-même, tout en reconnaissant ses apports importants à la sociologie.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Miguel Labarca le 6 septembre 2014
Format: Broché Achat vérifié
Face à un ouvrage si riche, on a vraiment l'embarras du choix pour en faire un commentaire. Tellement d'idées formulées avec maestria: le tribunal invisible; les sentences dont on ignore pourquoi elles ont été rendues; l'homosexualité comme un repoussoir, comme ce qu'il est impensable à la fois d'être et de paraître; les ruses du déterminisme; la réflexion éblouissante sur la mère d'Annie Ernaux et sa contemporaine de Simone de Beauvoir, mais qui vivaient dans le même pays sur des planètes différentes et à des années-lumière l'une de l'autre; et je pourrais continuer indéfiniment. Le sien - comme il le dit si bien- est l'un des ces livres qui créent leur public en donnant une expression et un sens à des expériences et à des sentiments partagés....
On apprend énormément sur soi même grâce à ce texte; tout le monde, en particulier les personnes homophobes, devraient s'y plonger et ça leur ouvrirait des horizons insoupçonnés.
Bravo Didier Eribon!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?