La symphonie d'une vie et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 10,48

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire La symphonie d'une vie sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La symphonie d'une vie [Broché]

Georges Prêtre , Isabelle Prêtre
3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
Prix : EUR 19,95 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 26 août ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 14,99  
Broché EUR 19,95  

Description de l'ouvrage

10 avril 2013 Essais et entretiens
Né en 1924 dans le Nord, à Waziers, Georges Prêtre restera comme l'n des plus grands - et des plus souriants - chefs d'orchestre français du XXe siècle.
Après des études musicales à Douai, premier prix de trompette du Conservatoire de Paris en 1944, il fait ses débuts en 1946 à l'Opéra de Marseille, avant d'être engagé au Capitole de Toulouse (1951-1955). Entré en 1956 à l'Opéra-Comique, il y crée La Voix humaine de Poulenc, d'après Cocteau : le début d'une amitié et d'une estime mutuelles.
Chef associé du Royal Philharmonic Orchestra pendant près de dix ans, il ne restera qu'un an directeur musical de l'Opéra de Paris (1970-1971). Chef préféré de Maria Callas, il dirige les derniers concerts de la diva à Paris et Londres. Au cours de sa carrière internationale, il a même dirigé à Vienne L'Opéra d'Aran de Gilbert Bécaud ! Choisi par les musiciens du Philharmonique de Vienne pour diriger les concerts du nouvel an 2008 et 2010, il est à cette occasion le premier chef français à la tête de cet orchestre depuis 50 ans.
Au fil de ces entretiens, Georges Prêtre évoque ses origines ch'tis, livre de nombreuses anecdotes professionnelles, raconte ses rencontres avec des artistes tels que Callas, Poulenc ou Karajan, et livre des vues originales sur la mise en scène, la psychologie musicale et les aléas du métier.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La symphonie d'une vie + Un si grand chagrin : Réponses vitales aux inconsolables
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Des corons du Nord aux podiums du monde

Premier déclic. - Jack Diéval. - Le chemin du conservatoire de Douai. - L'appel de la trompette. - Jazz à Lille. - La rue de Madrid. - Henri Dutilleux. - Mes professeurs. -Réfugié à Paimpol. - Retour dans le Nord. - Survivre à Paris. - Trompettiste de jazz. - Engagé volontaire. - - Vlà le major ! - Une chambre à Montmartre. - Interpréter ! - Audition par André Cluytens. - Premier podium. - La Fondation Straram. - Olivier Messiaen. - «Voulez-vous venir diriger à Marseille ?"

*

ISABELLE PRÊTRE : Quelle fut ta première rencontre avec la musique, toi qui vivais dans un milieu si éloigné de tous les arts ?

GEORGES PRÊTRE : Un poste de radio ! J'avais quatre ans. Il m'a suffi d'entendre Le Roi d'Ys d'Édouard Lalo, sur Radio Lille, pour être emporté par le flot de la musique. J'ai toujours eu des déclics qui ont changé ma vie en m'ouvrant le champ du possible. Ce fut le premier.

- Qu'appelles-tu -déclics» ?

- Des prises de conscience spontanées. Des évidences. Des illuminations. Ou plutôt des révélations. Sur moi-même, mon désir profond... Une vérité qui était en moi et qui, grâce à quelque chose d'extérieur, personne ou événement, surgissait.

- Comme le jour, un peu plus tard, qui décida de ta vraie vocation : être chef d'orchestre ?

- Oui, comme ce jour où, caché derrière les trombones, l'étudiant que j'étais au conservatoire et qui se préparait à devenir compositeur fut, grâce à la vision et à l'écoute d'un chef d'orchestre, sûr soudain de sa vocation. Et ce n'était plus celle d'être compositeur. Je connaissais désormais le chemin. Celui que j'allais prendre.

- Pourquoi ce jour-là ?

- Parce que je me disais : «Mais pourquoi dirige-t-il ainsi ? Pourquoi fait-il ou ne fait-il pas cela ?» Bref, je m'énervais, un feu commençait à brûler en moi.

- Qu'as-tu fait, à quatre ans, de ton premier «déclic» ?

- Il a surtout servi à mes parents pour me tenir tranquille car j'étais, comme tous les garçons, un peu dissipé. Or je pouvais rester des heures sur mon petit tabouret à écouter la musique... Ensuite, deux ans plus tard, je leur ai exprimé mon désir d'apprendre cet art qui déjà m'habitait.

- Ce fut donc ton premier contact avec la musique...

- Non : mon premier déclic. Je tiens à cette différence car mon premier contact, je l'avais eu encore plus tôt. En fait, dès ma naissance. Grâce à mon milieu de vie. Pendant que défilaient les films muets sur l'écran du cinéma acheté par ma grand-mère, deux ou trois musiciens jouaient. Souvent les Diéval, l'un au piano, l'autre au violon. Ils étaient gentils et avaient du talent. Leur fils allait devenir le grand pianiste de jazz que le monde connaît, Jack Diéval.

(...)

Biographie de l'auteur

Au cours d'une très riche carrière, Georges Prêtre, né à Waziers en 1924, premier prix de trompette du Conservatoire de Paris en 1944, s'est vu confier les rênes du Capitole de Toulouse, de l'Opéra-Comique, de l'Opéra de Paris ou encore du Wiener Symphoniker, "son" orchestre. Sa fille Isabelle, écrivain, philosophe et psychologue, est l'auteur de nombreux essais, parmi lesquels Thérèse de Lisieux (Oeil, 1997) et Les Saints psychologues (Saint-Augustin, 2013).

Détails sur le produit

  • Broché: 260 pages
  • Editeur : Ecriture (10 avril 2013)
  • Collection : Essais et entretiens
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2359051008
  • ISBN-13: 978-2359051001
  • Dimensions du produit: 22,4 x 14 x 2,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 214.803 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
1 étoiles
0
3.5 étoiles sur 5
3.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ode à la joie 25 juillet 2013
Format:Broché
Un très beau duo entre un père chef d'orchestre et une fille philosophe. Questions complices de l'une, réponses élégantes et divertissantes de l'autre. "La musique contient tous les arts...Je me sentais comme une flamme de volcan contenue dans un briquet...La vie sans musique n'est plus la vie...". Ce livre n'est pas seulement une promenade à travers soixante ans de musique, c'est aussi un cocktail d'humour, d'amour et de culture. A consommer sans modération.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2.0 étoiles sur 5 Symphonie d'une vie 25 décembre 2013
Format:Broché|Achat vérifié
A la lecture de ces entretiens , je me croyais dans le monde des bisounours : tout est beau, tout est parfait !Aucune allusion, pas la moindre ligne sur Suzanne Lefort qui fut la première épouse de Georges Pretre Cet hymne inconsidéré au Maestro me déçoit beaucoup Je m'attendais à lire un minimum de critiques !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?