Un tout petit monde et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Un tout petit monde a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Un tout petit monde Poche – 2 janvier 2004


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 0,01
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 10,65
EUR 7,90 EUR 0,18
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,50 EUR 0,50

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 10,65 Livraison à EUR 0,01. Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement). Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Un tout petit monde + Changement de décor
Prix pour les deux : EUR 20,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

En préambule de son roman, précisant que toute ressemblance avec des faits ou des personnages réels serait fortuite, David Lodge invite son lecteur à ne pas se laisser abuser par la fiction qui lui est donnée à lire. Faussement soucieux de préserver l'honorable image du microcosme dont il se moque, cette précaution d'usage n'a d'autre but en vérité que de signifier la réalité de son propos. En matière d'ironie, Lodge est un maître incontesté, et pour servir ses méchantes ambitions, il pousse la caricature (acide, mais jamais amère) parfois jusqu'à l'extrême. Ainsi, il traque, dénonce, fustige et se moque superbement des mesquineries calculatrices, des petites ambitions des "grands littérateurs" qui se déplacent de congrès en réunions internationales comme ils iraient à la parade, jouant les érudits, les beaux esprits ou encore les séducteurs de salons. Mais avant tout, sa métaphore nous touche et nous amuse, car effectivement, "que le monde est petit" ! --Lenaïc Gravis et Jocelyn Blériot

Biographie de l'auteur

Professeur honoraire de littérature à l’université de Birmingham, David Lodge a enseigné de 1960 à 1987. Auteur de romans, de pièces de théâtre, il a publié cinq livres de critique littéraire, un recueil d’essais et « édité » des anthologies de textes classiques. L’Art de la fiction est paru en 1991 sous forme d’articles dans The Independant on Sunday.


Détails sur le produit

  • Poche: 496 pages
  • Editeur : Rivages (2 janvier 2004)
  • Collection : Rivages Poches
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2869305583
  • ISBN-13: 978-2869305588
  • Dimensions du produit: 17 x 11 x 2,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 40.237 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par ikaria le 17 janvier 2004
Format: Poche
Ce pourrait être le scénario d’un film de Denys Arcand, dans la lignée du Déclin de l’Empire Américain et des Invasions Barbares. Mêmes ambiances, même univers : le milieu universitaire.
Ici, c’est aux colloques que David Lodge s’intéresse plus particulièrement. Il montre avec beaucoup d’humour et une bonne dose d’ironie comment les conférences au bout du monde, sous couvert de communications érudites et de recherche scientifique sont bien souvent prétexte à diverses pratiques stratégiques et politiques proches du marché pour l’emploi, lorsqu’elles ne virent pas carrément au club de rencontres ou de vacances…
Au-delà des connaissances, ce sont aussi des sentiments qui circulent entre ces gens qui se retrouvent régulièrement de colloque en colloque, et qui en viennent à former un « petit monde » à eux, avec ses codes, ses rites et ses hiérarchies, qu’on appelle aussi la « communauté scientifique »…
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par L. Pierre TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 14 décembre 2009
Format: Poche
J'avais lu "Nouvelles du paradis" et avais déjà bien apprécié cet auteur à l'humour ravageur qui ne se privait pas de remettre en cause les religions avec son héros, sujet à la crise de foi, dans le site quasi paradisiaque (du moins à l'origine!) des Iles Hawaï.
Ici, on suit les pérégrinations (et la quête du Graal amoureux) d'un jeune universitaire irlandais puceau, parti à un colloque de littérature anglaise.
Très vite et assez subtilement, l'auteur nous fait découvrir une galerie de personnages typiques que l'on va suivre, dans un premier temps à l'occasion de ce premier congrès, puis dans une suite de lieux plus ou moins exotiques décrits avec beaucoup de brio (les pages sur le Japon sont vraiment impayables! notamment quand le héros prend connaissance des traductions locales des chefs d'oeuvre shakespeariens...)
Je ne résiste pas également à l'occasion de siter la page 367 de l'édition de poche où les protagonistes hésitent à commettre l'acte adultérin, en soupçonnant l'autre d'exploiter la scène dans un futur best-seller!
On dévore les 500 pages du roman, en étant sans arrêt surpris par les rebondissements plus ou moins abracadantesques (comme le signale un autre lecteur) élaborés par un auteur à l'imagination débridée. Je défie en effet tout lecteur d'imaginer, ne serait-ce que le dixième des révélations dévoilées au cours du dernier chapitre, à l'occasion du congrès annuel du MLA (Association des Langues Modernes) : chapeau l'artiste!
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par P. Odile le 2 août 2004
Format: Poche
Voilà un bon livre de vacances, rigolo, un tantinet coquin, franchement étonnant.
Au début, cela semble très sérieux mais, bien vite, apparaissent des tas de personnages qui se croisent dans ces colloques dont les sujets importent peu finalement à ces universitaires de renom qui ne pensent qu'à passer d'agréables vacances et jouir de tous les plaisirs, sans exception.
Le ton est alerte, les personnages nombreux interviennent au gré des pages, c'est léger et si drôle!
On pardonnera à David Lodge ses invraisemblances. Finalement, cela n'a pas grande importance. Le livre délire parfois et nous entraîne dans des histoires un peu "abracadabrantesques".
Un livre pour les vacances, absolument!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cled le 21 novembre 2013
Format: Poche Achat vérifié
Anita était arrivée rayonnante au bistrot qu'on appelait l'annexe juste derrière la fac, car c'est là que tout le monde, étudiants, profs et personnels de retrouvaient, ou plutôt tentaient de continuer à cohabiter devant un demi par flemme d'aller plus loin.

Elle nous annonça la réussite de sa soeur. À trente et un ans cette dernière venait de réussir le concours de l'HDR, un pas décisif vers la carrière de professeur des universités. Nous nous apprêtions à fêter l'événement quand le professeur Pons, levant un nez rougeaud de son verre dans sa direction déclara d'une voix pâteuse que pour réussir à cet âge il fallait avoir couché. Tout le monde se tourna alors vers le faciès violacé, le regard effaré dans un silence glacial. Anita pâli et se raidit sous l'affront.

Retrouver le professeur Pons dans "Un tout petit monde" n'est pas très difficile puisque lui-même se reconnaît dans les histoires les plus extravagantes propagées par des étudiants et collègues sans rapport avec, même celles en provenance de lointaines universités du village planétaire.

Le lecteur non averti peut me croire sur parole, ce monde est réellement petit et, passant sur certains aspects typiquement britanniques de l'ouvrage, il pourra sans hésiter le transposer dans notre beau pays. Il s'amusera franchement et sans arrière pensée à sa lecture, car rien n'est vraiment exagéré, la fiction étant parfois en-dessous de la réalité. Bien entendu, toute personne se reconnaissant dans ce livre a beaucoup de soucis à se faire, mais c'est comme dans les concours, il y a toujours des candidats.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?