undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles3
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: Broché|Modifier
Prix:21,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"Fuyuko a trente-quatre ans; correctrice, elle travaille en free-lance pour l'édition, vit seule et ne s'imagine aucune relation affective. Elle ne se nourrit pas de ses lectures: elle décortique les mots, cherche la faute cachée, l'erreur embusquée. Elle n'écrit pas, ne connaît pas la musique, s'habille sans la moindre recherche.
Mais Fuyuko aime la lumière. Elle ne sort la nuit qu'au soir de ses anniversaires en hiver, seule, pour voir et pour compter les lumières dans ce froid qu'on peut presque entendre si l'on tend l'oreille, dans cet air sec et aride mais quelque part fertile.
Timide, introvertie, Fuyuko va néanmoins laisser entrer deux personnes aux abords de sa vie: Hijiri, son interlocutrice professionnelle, et M. Mitsutsuka, un professeur de physique qui lui offre un accès d'une autre dimension vers la lumière: le bleu a une longueur d'onde très courte, elle se diffuse facilement, c'est pourquoi le ciel apparaît si vaste."

Ce titre poétique. Cette quatrième de couverture alléchante. Cette héroïne au métier si proche du mien. La garantie de qualité offerte par le label Actes Sud. Ce roman allait beaucoup me plaire, j'en étais certaine.

Erreur. Ce roman est le pire que j'aie lu depuis le début de l'année, au minimum. Pour surmonter son incapacité à avoir des rapports sociaux normaux, Fuyuko boit. Et son alcoolisme tranquille est à peu près la seule chose qui la définit. Pour le reste, le personnage est sans saveur et sans intérêt. Sa collègue Hijiri, censée (j'imagine) représenter la femme japonaise moderne et libérée, se livre à des monologues si insupportables de certitude et de bêtise qu'on a envie de lui taper sur la tête pour la faire taire. M. Mitsutsuka reste parfaitement transparent tout au long du livre, et on ne comprend même pas ce qui peut bien attirer Fuyuko chez cet homme terne de vingt ans son aîné. Et l'histoire? Bah, il n'y en a pas vraiment. Fuyuko biberonne du saké, Fuyuko écoute parler Hijiri, Fuyuko travaille méthodiquement mais sans passion, Fuyuko bien bourrée retrouve M. Mitsutsuka au café et ne trouve rien à lui dire pendant des mois. J'ai pourtant l'habitude de la littérature japonaise, de son rythme souvent lent, de la pudeur de ses personnages qui contraste si fort avec les débordements amoureux occidentaux. Mais là, il n'est même plus question de pudeur pour moi: juste d'un vide abyssal.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Plus encore que Seins et oeufs, qui a fait connaître Mieko Kawakami, De toutes les nuits, les amants est un roman profondément japonais mais dont la résonance atteint une forme d'universalité sur la condition féminine d'aujourd'hui. Un livre minimaliste, dans ses dialogues notamment, lesquels semblent constamment perchés sur les crêtes de l'indécision. Fuyuko est une héroïne singulière. A près de 35 ans, elle n'a jamais connu l'amour et ne semble pas décidée à vivre autrement que dans la solitude, exerçant un métier de correctrice free lance qui lui permet de se désocialiser sans états d'âme. Dire qu'elle est introvertie serait un euphémisme, elle sort à peine, ne se lie jamais, n'a pas de hobbies particuliers si ce n'est de boire plus que de raison. Elle pourrait être ennuyeuse, Fuyuko, puisqu'elle n'a rien à dire à personne, mais c'est tout le talent de la romancière japonaise que de la rapprocher progressivement de nous avec une grande finesse psychologique. D'une certaine manière, De toutes les nuits, les amants est une comédie romantique (dysfonctionnelle) puisque rencontre il y a, avec un professeur de physique lui-même légèrement à côté de la plaque. Leurs rendez-vous sont des sommets de non dits et de banalités subtilement ciselés. Le livre est le portrait touchant d'une jeune femme fragile, craintive et inhibée qui tente de s'ouvrir à l'amour et au monde. Y parviendra t-elle ? Le suspense vaut largement celui du plus palpitant des polars.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 janvier 2016
Fuyuko est une jeune femme de 34 ans extrêmement introvertie et solitaire. Elle est correctrice dans une maison d'édition qu'elle va quitter car elle ne parvient pas à s'intégrer dans l'équipe. Dès lors, plus seule que jamais, elle va travailler en indépendante. sa seule relation professionnelle est Hijiri, elle rencontrera aussi, dans des circonstances un peu rocambolesques le professeur de physique Mutsutsuto qui répondra à ses questions concernant, notamment la lumière qui la fascine.
Fuyuko boit pour parvenir à surmonter sa timidité.
Curieux roman où il ne se passe pas grand chose. Curieux personnages plus évoqués qu’analysés. Pourtant, on s'y attache et on (en tout cas moi) ne lâche pas le bouquin.Lorsqu'on l'a terminé, il continue à hanter les pensées et on se surprend à s'interroger. Ça me donne envie de découvrir d'autres romans de cette auteure.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,50 €
21,00 €
17,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)