• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le trône de fer, tome 1 a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le trône de fer, tome 1 Poche – 11 janvier 2001

3.7 étoiles sur 5 150 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,10
EUR 8,10 EUR 2,78

trone
Le Trône de Fer
Découvrez tous les tomes de la série Le Trône de Fer en cliquant ici.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Le trône de fer,  tome 1
  • +
  • Le trône de fer, tome 2 : Le donjon rouge
  • +
  • Le trône de fer, tome 3 : La bataille des rois
Prix total: EUR 24,70
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Comme la plupart des récits de fantasy, Le Trône de fer est une histoire pleine de bruit et de fureur, où s'expriment la passion absolue du pouvoir et ses corollaires : le mensonge, la trahison et, au final, la violence et le meurtre. Dans ce monde médiéval, un mur gigantesque sépare le nord du royaume des terres aux forêts anormalement glaciales, hantées, selon les vieilles légendes, de loups-garous et de créatures fantomatiques. Mais le roi Robert a d'autres motifs d'inquiétude : des désertions minent sa légendaire Garde de nuit, victime d'embuscades, et on conspire contre lui. Le duc Stark, son fidèle allié, va donc devoir quitter ses terres pour rejoindre la Cour. Car derrière les grands mots d'honneur et de loyauté, des complots se nouent…

Couronné du prestigieux prix Locus (catégorie Fantasy) en 1997, Le Trône de fer, premier volume d'une trilogie, est un récit superbe. George Martin, un auteur qui sait prendre ses distances avec les clichés du genre, inscrit une réussite majeure à une œuvre déjà riche. --Stéphane Nicot

Quatrième de couverture

Il était une fois, perdu dans un lointain passé, le royaume des Sept Couronnes... En ces temps nimbés de brume, où la belle saison pouvait durer des années, la mauvaise toute une vie d'homme, se multiplièrent un jour des présages alarmants. Au nord du Mur colossal qui protégeait le royaume, se massèrent soudain des forces obscures ; au sud, l'ordre établi chancela, la luxure et l'inceste, le meurtre et la corruption, la lâcheté et le mensonge enserrèrent inexorablement le trône convoité. Pour préserver de l'ignominie les siens et la dynastie menacés se dresse alors, armé de sa seule droiture, le duc Stark de Winterfell, aussi rude que son septentrion natal. Mais, en dépit du pouvoir immense que vient de lui conférer le roi, a-t-il quelque chance d'endiguer la tourmente qui se lève ? Dans la lignée des Rois Maudits et d'Excalibur, Le Trône de Fer plonge le lecteur, sans lui laisser reprendre souffle, dans un univers de délices et de feu. L'épique et le chevaleresque côtoient sans cesse le vil et le démoniaque. La bravoure et la loyauté se heurtent à la duplicité et à la fourberie. Mais dans ce tourbillon d'aventures cruelles, ce sont finalement l'amour, la tendresse, l'indestructible force de l'amitié qui rayonnent au-dessus des ténèbres. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Le grand problème du Trône de Fer est... son traducteur (et son éditeur). J'ai lu les 100 premières pages avant de jeter l'éponge, atterré par le niveau du traducteur. Le style est très mauvais : pour vous donner un exemple, à un moment, un personnage meurt violemment (et est donc au milieu d'une flaque de sang). Le traducteur ne trouve rien de mieux pour décrire la scène que "il nageait dans ses caillots"...

Sérieusement, le livre paraît être très bon. Mais la forme le rend plus qu'illisible. On ne peut pas apprécier de lire un texte traduit par un dictionnaire des synonymes !!

Une des pires traductions que j'ai jamais vues... Si vous êtes anglophone, jetez vous sur la version originale.

Une interview du traducteur.
[...]%2C_traducteur_du_TDF%2C_par_la_Garde_de_Nuit

M. SOLA : Il m'arrive de déplacer un paragraphe pour lui donner sa place logique, éviter un doublet, rectifier une contradiction etc.

Pourquoi avoir traduit direwolf par loup-garou qui a une image très spécifique dans notre société ?

M. SOLA : Faute de mieux. Et parce que le roman se déroule dans une société hors du temps et des références habituelles.

On ne saurait mieux dire, la traduction se résume par l'expression "Faute de mieux". Si vous n'arrivez pas à lire en anglais et que vous aimez la langue française, passez votre chemin...

Je me demande vraiment comment on peut, aujourd'hui, vouloir éditer un tel livre (qui est une référence du genre) et trahir l'œuvre en se disant que ce n'est qu'un objet commercial, que ça se vendra mieux sous un autre titre, qu'un redécoupage des livres s'impose et qu'on se fiche de la qualité de la traduction pourvu que les ventes soient bonnes !!

Lamentable !
18 commentaires 337 sur 349 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
J'ai trouvé la première partie très bonne, la seconde un peu fouillis. Beaucoup de personnages apparaissent, et on ne se rappelle pas toujours qui est qui et qui fait quoi. Ce premier tome n'est en fait qu'une grosse introduction aux personnages et au contexte et ne se suffira pas à lui-même, contrairement au premier tome de l'Assassin Royal, par exemple, qui était une histoire à part entière.

Comme d'autres, je regrette également la traduction franchement moyenne : Phrases grammaticalement incorrectes ou n'ayant carrément aucun sens, mots collés... Et j'ai cru comprendre que le traducteur s'était permis de prendre quelques libertés. C'est dommage, car ces erreurs gâchent quelque peu l'immersion.

En conclusion, ce premier tome se laisse lire, mais l'intrigue ne m'a pas plus captivée que ça.
Remarque sur ce commentaire 20 sur 20 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Lady Lama TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 23 février 2010
Format: Poche
J'ai lu avec passion et avidité les tomes du Trône de Fer disponibles (4 en anglais, et 12 en français je crois). Le prochain, la Danse des Dragons, devrait sortir au printemps 2010.

J'ai été émerveillée et captivée par l'histoire. La lecture des 50 à 100 premières pages a été laborieuse, on se demande où on tombe, de quoi on parle, cela paraît très lent... et soudain on se rend compte qu'on est plongé dans l'histoire comme dans un grand huit, avec des rebondissements incroyables, des personnages fascinants et une histoire d'une ambition peu commune.

Tous les tomes adoptent le même principe: des chapitres de 20 à 40 pages chacun, s'attardant sur une personne en particulier. D'un côté cela ralentit l'histoire (pour le dernier tome, j'ai vu 10 personnages en 100 pages, donc peu d'avancement à ce moment-là), d'un autre côté cela permet de creuser la psychologie des personnages, de voir qu'ils sont rarement tous noirs ou tous blancs (sauf certains, comme Cersei de la maison Lannister, et que j'adore détester), et de s'attacher à eux.

L'histoire en elle-même : dans les 7 royaumes, la dynastie des Targayen (animal emblématique: le dragon) a été mise à bas par Robert Barthaneon, qui s'est installé sur le Trône de Fer dominant les 7 royaumes. Sa position paraît instable, Robert étant plus un guerrier qu'un gestionnaire. Les autres Maisons (les plus hauts chevaliers, détenant les plus grands fiefs) voient ses faiblesses et certaines convoitent ce trône. Même en interne Robert est contesté, et sa jolie reine, Cersei, ne rêve que d'une chose, se débarrasser de lui.
Lire la suite ›
3 commentaires 57 sur 61 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Rares sont les livres capables de me captiver en quelques pages. Le Trône de Fer en fait partie.
Sont-ce les descriptions chatoyantes ? La richesse d'une intrigue qui surprend à chaque chapitre ? Le monde médiéval décrit avec une précision que je n'avais jusqu'alors jamais vu en fantasy ? Ou tout simplement la vie qui se dégage des personnage ?
L'intrigue (une famille de nobles plongée malgré elle dans une sordide affaire de complot royal) peut sembler facile au premier abord, mais elle s'étoffe au fur et à mesure que se prononce l'attachement aux personnages, dont la profondeur psychologique n'a rien à envier à ce que j'ai lu de mieux en la matière. Chaque chapitre prend le point de vue d'un personnage différent (une dizaine au total), méthode qui peut en rebuter certains mais qui a des avantages évidents en terme de narration et de compréhension de l'intrigue.
Les petits bémols viennent bien évidemment de la version française, d'une part la traduction qui sent souvent bon le traducteur automatique, d'autre part l'habituel tronçonnage irrégulier de chaque tome, dont Pygmalion est maintenant familier. Mais un autre petit défaut (imputable à GRR Martin celui-là) peut être trouvé dans la trop grande multiplication des personnages dès ce premier tome, ce qui a tendance à perdre le lecteur dans un fatras de noms.
Mais ces légers tracas n'empêchent pas le lecteur assidu de succomber à la dépendance à l'une des meilleures séries de fantasy actuelles.
Remarque sur ce commentaire 56 sur 60 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?